Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De plus en plus de failles dans le récit du Russiagate (Consortium News)

par William Binney and Ray McGovern 23 Septembre 2017, 05:25 Russiagate CIA NSA FBI Manque de preuves DNC USA Articles de Sam La Touch

Encore plus de failles dans le récit du Russiagate
Par William Binney and Ray McGovern*
Article originel : More Holes in Russia-gate Narrative
Consortium News


Traduction SLT

De plus en plus de failles dans le récit du Russiagate (Consortium News)

Exclusif : De nouveaux tests confirment le scepticisme des vétérans du renseignement étatsunien selon lequel la Russie a "piraté" les ordinateurs du Comité national du parti Démocrate (DNC), indiquant plutôt un téléchargement de courriels par un initié, écrivent l'ancien officiel de la NSA William Binney et l'ancien analyste de la CIA Ray McGovern.

 Ce n'est un secret pour personne que notre mémorandum VIPS (Vétéran Intelligence Professionals for Sanity) du 24 juillet à l'intention du président, intitulé "Le piratage informatique russe était-il un travail effectué de l'intérieur ?"     a suscité des interrogations et des controverses - comme il n'a pas été surprenant d'ailleurs qu'il ait été presque totalement ignoré par les médias grand public.

La campagne médiatique étatsunienne contre la Russie a été si efficace que des gens autrement intelligents n'ont même pas été en mesure d'accepter l'idée qu'ils auraient pu être totalement induits en erreur par la communauté du renseignement. La dernière fois que cela s'est produit en 2003, après une année de propagande, les États-Unis ont attaqué l'Irak sur des renseignements frauduleux - et non simplement "erronés".

Anticipant la résistance des personnes allergiques à repenser "ce que tout le monde sait" sur l'ingérence russe, nous avons basé notre analyse VIPS (Vétéran Intelligence Professionals for Sanity) sur des enquêtes légales que le FBI avait curieusement évité. En d'autres termes, nous nous sommes appuyés sur les principes de la physique et la capacité connue d'Internet au début de juillet 2016.

 

Nous maintenons notre principale conclusion selon laquelle les données de l'intrusion du 5 juillet 2016 dans les ordinateurs du Comité national démocrate (DNC), une intrusion attribuée au "piratage russe", n'était pas un piratage informatique mais plutôt un téléchargement / copie sur un périphérique de stockage externe par quelqu'un ayant un accès physique au DNC.

Cette constatation principale reposait en grande partie sur la rapidité avec laquelle la copie s'est déroulée - une vitesse beaucoup plus rapide qu'un piratage informatique sur Internet n'aurait pu faire à l'époque - ou, semble-t-il, même aujourd'hui. S'appuyant sur cette conclusion - souvent contestée par ceux qui mènent des expériences dans les limites d'un laboratoire -, nous avons effectué et documenté des essais supplémentaires pour déterminer les vitesses qui peuvent être atteintes maintenant, plus d'un an plus tard.

Pour rappel : nous avons noté dans notre mémorandum VIPS (Vétéran Intelligence Professionals for Sanity) que le 5 juillet 2016, un ordinateur directement connecté au serveur DNC ou au réseau local DNC, a copié 1 976 mégaoctets de données en 87 secondes sur un périphérique de stockage externe. Cela donne un taux de transfert de 22,7 mégaoctets par seconde.

 

Tests récents

Au cours des dernières semaines, nous avons effectué trois tests pour déterminer la rapidité avec laquelle les données pourraient être extraites des États-Unis vers l'autre côté de l'Atlantique en Europe.

Tout d'abord, nous avons utilisé une ligne de 100 mégabits-par-seconde (mbps) pour extraire les données d'un fichier d'un gigaoctet vers Amsterdam. La vitesse de transfert maximale était de 0,8 Mo/s.

Deuxièmement, nous avons utilisé un DSL commercial (Digital Subscriber Line) pour envoyer le même fichier d'un gigaoctet à un DSL commercial à Amsterdam. La vitesse de transfert maximale était de 1,8 Mo/s.

Troisièmement, nous avons transféré le même fichier d'un gigaoctet d'un centre de données dans le New Jersey vers un centre de données au Royaume-Uni. La vitesse de transfert maximale était de 12 Mo/s.

 Aucune de ces tentatives n' a permis d'atteindre un taux proche du taux moyen de 22,7 mégaoctets par seconde, ce qui est évident lors du téléchargement ou la copie du 5 juillet 2016 associé au DNC. En fait, il s'agit de la vitesse typique d'un transfert vers un périphérique de stockage externe USB-2. Nous ne pensons pas que cette pure coïncidence est une pure coïncidence, mais plutôt une preuve supplémentaire d'un téléchargement local.

Nous préparons d'autres essais transatlantiques au cours des prochaines semaines.

Certains chercheurs ont noté qu'un certain cloisonnement des données aurait pu se produire aux États-Unis, ce qui aurait permis un transfert à la vitesse mesurée sur Internet, et que cela aurait pu rendre possible un piratage de l'autre côté de l'Atlantique. Un de nos enquêteurs associés a trouvé un moyen d'obtenir ce type de partitionnement des données et de transfert ultérieur.

En théorie, ce serait une façon possible d'obtenir un transfert de données aussi important, mais nous n'avons aucune preuve que quelque chose comme cela se soit réellement produit. Plus important encore, dans un tel scénario, l'Agence de sécurité nationale aurait doit au chapitre sur le sujet, car un tel piratage devrait inclure un logiciel pour exécuter le partitionnement et le transfert de données ultérieures. La NSA accorde la plus haute priorité à la collecte de données sur les logiciels d'exécution.

Les Etatsuniens, y compris semble-t-il le président Donald Trump, doivent-ils rester dans une hésitation sur le rôle de la Russie sur cette question importante, qui a été utilisée pour intensifier la guerre froide avec la Russie ? La réponse est absolument non. Des réponses définitives sont plutôt à portée de main.

Comment pouvons-nous être si confiants? Parce que les anciens de la NSA qui sont maintenant actifs dans le cadre du programme VIPS (Vétéran Intelligence Professionals for Sanity) connaissent intimement les capacités et les pratiques de la NSA en matière de capture et de stockage en masse des communications par fibre optique. Deux d'entre nous ont en fait imaginé les systèmes encore utilisés, et les révélations d'Edward Snowden ont comblé les lacunes restantes. La NSA d'aujourd'hui est en mesure de clarifier toutes les questions concernant les intrusions dans le DNC.

En résumé, nous sommes certains que la vérité de ce qui s'est réellement passé - ou ne s'est pas produit - se trouve dans les bases de données de la NSA. Nous avons tenté d'expliquer cela au président Barack Obama dans un mémorandum VIPS du 17 janvier, trois jours à peine avant qu'il ne quitte son poste, en notant que les programmes connus de la NSA sont tout à fait capables de capturer - et avec les services de renseignement de liaison saisissent effectivement - tous les transferts électroniques de données.

Notre mémorandum du 17 janvier incluait cette mise en garde : "Nous suggérons fortement que vous demandiez à la NSA toute preuve qu'elle pourrait avoir indiquant que les résultats du piratage russe ont été donnés à WikiLeaks."..."Si la NSA ne peut pas vous donner cette information - et rapidement - cela signifierait probablement qu'elle n'en a pas."

 

Nous avons également lancé un appel à Obama dans les derniers jours de son mandat pour ordonner aux chefs de la NSA, du FBI et de la CIA de se présenter à la Maison-Blanche pour qu'ils déposent toutes leurs preuves au sujet du "piratage informatique russe" et lui montrent les preuves tangibles qu'ils pourraient avoir - et pas seulement leurs "évaluations".

FBI : Ne pas forcer son talent

Pour des raisons bien connues de l'ancien directeur du FBI James Comey, le Bureau n'a pas obtenu le mandat nécessaire pour confisquer les serveurs et les ordinateurs du DNC afin de les examiner correctement.

Il y a six mois, il a témoigné devant la Commission du renseignement de la Chambre des représentants devant le Comité il y a six mois, M.Comey a reconnu que la meilleure pratique consistait toujours à avoir accès aux machines elles-mêmes. Et sa décision a été prise au milieu d'accusations frénétiques de hauts responsables étatsuniens selon lesquelles la Russie avait commis "un acte de guerre".

Mais n'est-il pas déjà trop tard pour une telle enquête ? Nous espérons qu' à ce stade, il est parfaitement clair que la réponse est : non, il n'est pas trop tard. Toutes les données dont le FBI a besoin pour faire un bon travail sont stockées dans les bases de données de la NSA - y compris les données transmises par Internet au serveur DNC et ensuite incluses dans leurs réseaux.

Si le président Trump veut savoir la vérité, il peut ordonner au FBI de faire son travail et à la NSA de coopérer. La question, de savoir si ces deux instances et la CIA obéiraient à de tels ordres reste ouverte, étant donné l'importance de l'investissement des trois agences dans leur récit appauvri par le manque de preuves sur le "piratage russe".

En terminant, permettez-moi de conclure avec une évidence. Les trois agences savent depuis le début que la NSA dispose des données. On peut se demander pourquoi il faudrait exiger un ordre présidentiel pour qu'ils fouillent dans ces données et en arrivent à des conclusions fondées sur les faits, au lieu d'"évaluer".

*William Binney (williambinney0802@comcast.net) a travaillé pour la NSA pendant 36 ans, prenant sa retraite en 2001 en tant que directeur technique de l'analyse et des rapports militaires et géopolitiques mondiaux ; il a créé bon nombre des systèmes de collecte encore utilisés par la NSA. Ray McGovern (rrmcgovern@gmail.com) a été analyste à la CIA pendant 27 ans ; de 1981 à 1985, il a présenté le Daily Brief du président en tête-à-tête avec les plus hauts responsables de la sécurité nationale du président Reagan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page