Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Venezuela commence à publier le prix du pétrole en yuan (Zero Hedge)

par Tylan Durden 16 Septembre 2017, 18:54 Venezuela Yuan Pétrole Crise USA Chine BRICS Articles de Sam La Touch

Le Venezuela commence à publier le prix du pétrole en yuan
Par Tylan Durden
Article originel : Venezuela Begins Publishing Oil Basket Price In Yuan
Zero Hedge

 

Traduction SLT

Le Venezuela commence à publier le prix du pétrole en yuan (Zero Hedge)

Deux jours après que le Wall Street Journal ait confirmé la menace de Maduro de cesser d'accepter le dollar étatsunien comme paiement pour les importations de pétrole brut, le Venezuela a mis son programme à exécution.

Pour rappel, et comme nous l'avons signalé précédemment, dans un effort pour contourner les sanctions étatsuniennes, le Venezuela a dit aux traders de pétrole qu'il ne recevrait plus ni n'enverrait plus de paiements en dollars. En conséquence, les traders du pétrole qui exportent du brut vénézuélien ou importent des produits pétroliers dans le pays ont commencé à convertir leurs factures en euros.

En outre, la compagnie pétrolière publique vénézuélienne Petróleos de Venezuela SA, ou PdVSA (dont la faillite approche à grands pas), a demandé à ses partenaires de coentreprises privées d'ouvrir des comptes en euros et de convertir les liquidités existantes dans la principale monnaie européenne, a déclaré un partenaire du projet. La nouvelle politique de paiement n' a pas été annoncée publiquement, mais le vice-président Tareck El Aissami, qui a été mis sur liste noire par les États-Unis, a déclaré vendredi:"Pour lutter contre le blocus économique, il y aura un panier de devises pour nous libérer du dollar".

Dès aujourd'hui,  selon une déclaration sur le ministère du pétrole du Venezuela, le pétrole brut hebdomadaire du pays et le panier de pétrole "sera publié en Yuan chinois" - curieusement, pas en euros comme le WSJ l'a laissé entendre. Nous ne pouvons que supposer que le Venezuela a évité la monnaie européenne en raison des craintes que Bruxelles pourrait suivre les traces de Washington et imposer des sanctions financières au régime de Maduro. Ce qui signifie que la seule monnaie "sûre" dans laquelle il était possible d'effectuer des transactions était celle des deux grandes sources de financement des fournisseurs (et des matières premières) du pays : la Chine et la Russie. Pour l'instant, le Venezuela a choisi le premier.

Le Venezuela commence à publier le prix du pétrole en yuan (Zero Hedge)

Le ministère a également dévoilé un prix de 306.26 yuans le baril pour la semaine du 11 au 15 septembre, en hausse de 1,8% par rapport aux 300.91 yuans de la semaine précédente, en déclarant que "les perspectives plus favorables sur la demande mondiale de pétrole et les rapports de production mondiale a contribué à la hausse des prix du pétrole brut cette semaine".

Quant au sujet le plus pertinent, l'abdication du dollar étatsunien par le Venezuela, qu'elle soit permanente ou temporaire - jusqu'à ce que les États-Unis trouvent un moyen d'intervenir et de rétablir la normalité -, l'analyste de la dette, Nomura Siobhan Morden, a averti que "vous pouvez dire ce que vous voulez pour votre propagande nationale et faire croire que vous ripostez contre les États-Unis... cette posture politique ne sera qu' à leur détriment".

Il reste à voir si le président Trump utilisera le changement officiel d'aujourd'hui par le Venezuela à un PetroYuan pour justifier une politique étrangère plus " agressive ".

 

* * * *

Pendant ce temps, rappelez-vous que la décision d'une nation avec les plus grandes réserves prouvées de pétrole du monde pour éliminer le dollar, vient quelques jours seulement après que la Chine et la Russie ait dévoilé la dernière triade pétrole / Yuan / Or lors de la dernière conférence des BRICS.

    La Russie partage les préoccupations des pays du BRICS quant à l'iniquité de l'architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la réglementation financière internationale et à surmonter la domination excessive du nombre limité de monnaies de réserve.

 

"Surmonter la domination excessive du nombre limité de monnaies de réserve" est la manière la plus polie de dire ce que les BRICS discutent depuis des années; à savoir comment contourner le dollar étatsunien, ainsi que le pétrodollar. De toute évidence, Pékin est prêt à accélérer le jeu. Bientôt, la Chine lancera un contrat à terme sur le pétrole brut en yuan et convertible en or.

Cela signifie que la Russie - ainsi que l'Iran, l'autre nœud clé de l'intégration eurasiatique - peuvent contourner les sanctions étatsuniennes en échangeant de l'énergie dans leur propre monnaie ou en yuan. Le yuan sera entièrement convertible en or sur les bourses de Shanghai et de Hong Kong.

La nouvelle triade pétrole, yuan et or est en fait gagnant-gagnant. Aucun problème du tout si les fournisseurs d'énergie préfèrent être payés en or physique plutôt qu'en yuan. Le message clé est que le dollar étatsunien est contourné.

Pour promouvoir leur partenariat stratégique, la Russie et la Chine - par l'intermédiaire de la Banque centrale russe et de la Banque populaire de Chine - développent depuis un certain temps déjà des swaps roubles-yuan. Une fois que cela aura dépassé les BRICS pour atteindre des aspirants membres des " BRICS Plus ", puis dans l'ensemble du Sud mondial, la réaction de Washington sera forcément nucléaire (heureusement, non littéralement).

Les règles de la doctrine stratégique de Washington ne devraient en aucun cas permettre au duo Russie-Chine d'être prépondérant le long de la masse continentale eurasienne. Pourtant, ce que les BRICS ont en réserve sur le plan géo-économique ne concerne pas seulement l'Eurasie, mais l'ensemble du Sud mondial.

Les sections du Parti de la guerre à Washington, qui s'acharnent à instrumentaliser l'Inde contre la Chine - ou contre le couple Russie-Chine - pourraient bien se réveiller brutalement. Bien que le BRICS soit actuellement confronté à diverses vagues de turbulences économiques, la carte routière audacieuse à long terme, bien au-delà de la Déclaration de Xiamen, est bien en place.

 

* * * *

Enfin, après avoir menacé la Chine cette semaine d'exclusion du système SWIFT, nous soupçonnons Washington de manquer rapidement de tout grand allié pour soutenir l'hégémonie entraînée par le pétrodollar (et implicitement la machine de guerre étatsunienne). Les appels à une invasion vénézuélienne commenceront-ils maintenant, ne serait-ce que pour enseigner à toute autre nation qui envisagerait un mouvement similaire qu'elle ne sera tout simplement pas autorisée ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page