Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Vidéo] Descente dans la barbarie : Trump fait de la guerre et du génocide une vertu à l'ONU (Russia Today)

par Russia Today 21 Septembre 2017, 19:49 Trump ONU Discours Barbarie Impérialisme Génocide Corée du Nord Iran USA Articles de Sam La Touch

 Descente dans la barbarie: Trump fait de la guerre et du génocide une vertu à l'ONU
Article originel : Descent into barbarism: Trump makes virtue out of war and genocide at the UN
Russia Today


Traduction SLT

© Eduardo Munoz / Reuters

© Eduardo Munoz / Reuters

C'est scandaleux. Le président étatsunien, Donald Trump, s'est exprimé devant les Nations unies et a ouvertement fait la menace d'une guerre unilatérale et d'un génocide. C'est un signe des temps qu'une telle rhétorique criminelle si désinvolte puisse être tenue de la part du plus grand État militaire du monde.

Lorsque les dirigeants étatsuniens s'adressent à l'Assemblée générale des Nations Unies, les gens sont généralement habitués à entendre une litanie de faussetés sur les événements mondiaux et de tromperies narcissiques sur le rôle mondial des Etats-Unis.

Mais lorsque Trump a prononcé son premier discours mardi, il a marqué, en plus des illusions étatsuniennes habituelles, un consentement sans précédent du militarisme criminel.

Le nadir dans son récit de 40 minutes est survenu quand Trump a déclaré que les Etats-Unis "détruiraient totalement" la Corée du Nord - si elle menaçait les Etats-Unis ou ses alliés. Le qualificatif est une justification juridique apparaissant en filigrane. C'est aussi une excuse cynique pour l'agression étatsunienne.

"Les États-Unis ont beaucoup de force et de patience, mais s'ils sont forcés de se défendre eux-mêmes ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord ", a déclaré Trump. Se moquant du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, il a ajouté:"Rocket Man est en mission suicide pour lui-même et pour son régime".

 

Trump a également appelé à une confrontation violente - à un changement de régime - contre l'Iran, qu'il a qualifié de "dictature corrompue et meurtrière", et a proféré des menaces voilées similaires contre le Venezuela et son "dictateur socialiste", le président Nicolas Maduro.

Christopher Black, avocat international spécialisé dans les crimes de guerre, a déclaré que le discours de Trump était un remarquable acte d'auto-accusation. L'avocat canadien a déclaré que les propos du président étatsunien constituaient une répudiation explicite et choquante des principes de l'ONU et du droit international sur plusieurs points.

En ce qui concerne la Corée du Nord, M. Black a déclaré : "Le président étatsunien menace d'agression sous le faux prétexte de" défense ". En déclarant ouvertement que les États-Unis agiront seuls pour utiliser la force militaire, c'est une violation de la Charte des Nations Unies. Ce recours unilatéral à la force militaire constitue également une violation des principes de Nuremberg qui condamnaient l'Allemagne nazie pour avoir promulgué des justifications analogues sans fondement pour justifier son agression."

L'avocat a également ajouté que l'avertissement de Trump de "détruire totalement la Corée du Nord préconise le génocide d'un peuple entier", affirme M. Black : "Toute réponse militaire à une attaque doit être proportionnelle - juste assez pour arrêter l'attaque. L'objectif déclaré de Trump d'effacer la Corée du Nord et son peuple de la surface de la terre est un crime de génocide en vertu du droit international."

Il devrait être profondément troublant que le soi-disant dirigeant du pays le plus puissant du monde, si ouvertement et si dégoûtant, fasse vertu de barbarie. Comme l'écrivain étatsunien Tom Feeley le décrivait succinctement, la diatribe de Trump à l'ONU est celle : "d'un sauvage ignorant répandant la haine dans toutes les nations du monde."

Pas étonnant que le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping aient choisi de sauter le discours historique de Trump. La chancelière allemande Angela Merkel aussi. C'est incroyable comme n'importe qui peut supporter de telles distorsions. Dans un monde sain d'esprit, quelqu'un aurait dû mettre des menottes à Trump et le traîner devant un tribunal pénal.

Le président iranien Hassan Rouhani était également absent tandis que l'ambassadeur nord-coréen sortait de la salle de l'Assemblée générale alors que Trump prenait le podium pour son discours.

Lorsque Trump a déclaré son intention criminelle envers la Corée du Nord, il y a eu des halètements d'inquiétude parmi les centaines de délégués. Plusieurs fois pendant la tirade de Trump, le chef d'état-major de la Maison-Blanche, John Kelly, a été vu se couvrir le visage avec sa main ou bouger inconfortablement dans son siège. Ce langage corporel suintait la honte et l'"embarras" - un mot que Trump, ironiquement, a utilisé à deux reprises au cours de son discours en se référant de façon désobligeante aux autres.

Quiconque a une connaissance normale des récents événements mondiaux devrait être choqué à presque toutes les phrases prononcées par Trump. Il a été évoqué que les quelques délégués qui ont semblé satisfaits de l'ire de Trump comprenaient le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite - deux États voyous qui ont été laissés sans surprise de côté durant la harangue de Trump.

Même les médias étatsuniens semblaient embarrassés par le ton grossier et sanguinaire du président.

 Les experts de CNN ont été stupéfaits par les menaces d'anéantissement de Trump envers la Corée du Nord. Le New York Times l'a qualifié de "début belliqueux", tandis que le Washington Post l'a qualifié de "duperie belliqueuse", de "merdier incohérent" de Trump, et il est vrai que ces organes de presse se sont opposés à la présidence de Trump depuis son élection. Mais leur réaction à son discours de l'ONU n'avait pas la même qualité, et il y avait un sentiment d'incrédulité : qu'un président étatsunien puisse être si grossier et sans scrupules dans ce qu'il préconisait.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a fustigé Trump pour " un discours de haine ignorant " qui, a-t-il dit, était indigne d'une réponse réfléchie.

Zarif a raison. Le torrent de mensonges et d'illusions que Trump a verbalisé ne vaut guère la peine de le réfuter en détail, si grossiers qu'ils étaient dans leur vision tronquée du monde. C'est tellement désordonné, c'est au-delà de l'argumentation et de la raison.

Mais faisons quelques citations à titre d'illustration où toute ironie a disparu.

Trump a déclaré :"Les régimes malhonnêtes représentés dans cet organe non seulement soutiennent les terroristes, mais menacent d'autres nations et leur propre peuple avec les armes les plus destructrices connues de l'humanité".

C'est effrayant, compte tenu des récents rapports de la CIA étatsunienne qui aurait acheminé 2,2 milliards de dollars d'armes à des groupes terroristes en Syrie pour renverser le gouvernement élu du président Bachar Assad. Et considérant que Trump menaçait la Corée du Nord de "destruction totale" devant 193 nations.

Trump a lancé une pointe à la Russie et à la Chine lorsqu'il a déclaré : "Nous devons rejeter les menaces à la souveraineté, de l'Ukraine à la mer de Chine méridionale. Nous devons défendre le respect du droit, le respect des frontières, le respect de la culture et l'engagement pacifique qu'ils permettent"

Ce conseil moralisateur du chef d'un pays qui a subverti la souveraineté et les frontières de plus de nations que tout autre dans l'histoire, y compris celle de l'Ukraine où Washington a violemment installé un régime néonazi en février 2014. Le bombardement aérien étatsunien de nombreux pays simultanément, y compris la Syrie, l'Irak, le Yémen, la Somalie et le Pakistan, est un curieux "respect des frontières, de la souveraineté et du droit".

Trump parle du "fléau des régimes voyous" sans une once d'autocritique des déprédations de son propre pays ou de ses alliés israéliens et saoudiens. Il a déclaré:"Le fléau de notre planète d'aujourd'hui est un petit groupe de régimes voyous qui violent tous les principes sur lesquels l'ONU est fondée. Ils ne respectent ni leurs propres citoyens ni les droits souverains de leur pays."

Enfin, l'absurdité qui couronnait peut-être son discours était la suivante:"Les États-Unis d'Amérique ont été parmi les plus grandes forces du bien dans l'histoire du monde et les plus grands défenseurs de la souveraineté, de la sécurité et de la prospérité pour tous".

Le prédécesseur de Trump, Barack Obama, et d'autres présidents étatsuniensont été également remarquables pour leur habileté à répandre des distorsions et des illusions similaires. À cet égard, la bravoure de Trump était un exemple du même tonneau encore plus ridicule de l'"exceptionnalisme étatsunien".

Mais le discours de Trump se distingua par son adhésion flagrante au militarisme criminel en tant que question de politique étrangère étatsunienne et par son invocation nauséabonde du génocide dans une guerre contre la Corée du Nord.

* Finian Cunningham a beaucoup écrit sur les affaires internationales, avec des articles publiés en plusieurs langues. Il est titulaire d'une maîtrise en chimie agricole et a travaillé comme rédacteur scientifique pour la Royal Society of Chemistry, Cambridge, en Angleterre, avant de poursuivre une carrière dans le journalisme de presse. Il est également musicien et auteur-compositeur. Pendant près de 20 ans, il a travaillé comme rédacteur dans les principaux médias d'information, dont The Mirror, Irish Times et Independent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page