Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Aug

Nommons ce que sont vraiment "les généraux de Trump" : une junte militaire (Mint Press)

Publié par Whittney Webb  - Catégories :  #Trump, #Junte militaire, #Mc Master, #Mattis, #Wolfowitz, #Néocons, #Complexe militaro-industriel, #Impérialisme, #USA, #Articles de Sam La Touch

Nommons ce que sont vraiment "les généraux de Trump" : une junte militaire
Article originel : Let’s Call “Trump’s Generals” What They Are: A Military Junta
Par Whittney Webb
Mint Press

Traduction Karl pour SLT

Nommons ce que sont vraiment "les généraux de Trump" : une junte militaire (Mint Press)

 Les États-Unis, connus depuis longtemps pour leur ingérence dans les affaires d'autres nations, ont également une longue et sordide histoire de soutien aux juntes militaires à l'étranger, dont bon nombre ont été amenées à accéder au pouvoir par des coups d'État sanglants ou des prises de pouvoir en coulisses. De la Grèce dans les années 1960 à l'Argentine dans les années 1980, en passant par la junte actuelle d'al-Sisi en Égypte, Washington a soutenu activement et à maintes reprises de tels régimes non démocratiques, bien qu'il se soit considéré comme le plus grand promoteur de la "démocratie" dans le monde.

Enfin, en 2017, le karma semble avoir viré, l'administration présidentielle actuelle s'étant transformée en junte militaire. Bien que le complexe militaro-industriel dirige depuis longtemps la politique étrangère des États-Unis, dans l'administration du président Donald Trump, un groupe d'officiers militaires a acquis un pouvoir sans précédent et, de manière pragmatique, dirige le pays.

 

Trois généraux au centre du pouvoir

Dans un article paru récemment dans le Washington Post, intitulé "Military Leaders Consolidate Power In Trump Administration", les journalistes du Post, Robert Costa et Philip Rucker, ont fait remarquer qu' "au cœur du cercle de Trump se trouve un trio de généraux chevronnés ayant de l'expérience en tant que commandants de champ de bataille: le chef d'état-major de la Maison-Blanche, John F. Kelly, le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, et le conseiller en matière de sécurité nationale, H. R. McMaster. "Les trois hommes ont cultivé des relations personnelles avec le président et gagné sa confiance."

C'est la seule fois dans l'histoire présidentielle moderne où un petit nombre de gens du monde militaire a autant d'influence sur le chef de l'exécutif ", a déclaré John E. McLaughlin, un ancien directeur intérimaire de la CIA qui a servi dans sept administrations. "Ils jouent un rôle extraordinaire." a-t-il déclaré au Post.

Ce rôle semble toutefois dépasser l'"extraordinaire". Bien que Trump aime à les appeler "mes généraux", ils disent maintenant, selon Costa et Rucker, que ceux-ci "gèrent les relations heure par heure de Trump et chuchotent à son oreille - et ces chuchotements, comme avec la décision cette semaine d'étendre les opérations militaires étatsuniennes en Afghanistan, deviennent souvent de la politique.Un autre article du Washington Post, publié mardi dernier, titrait "The Generals Have Trump Surround." ("Les généraux encadrent Trump")

 

Il convient également de noter que ce trio de généraux a supervisé le licenciement d'une des voix les plus indépendantes et " externes ", notamment Derek Harvey et Steve Bannon. Bannon, en particulier, était une épine dans le pied des généraux, surtout à la lumière de sa vive opposition au "projet d'empire" étatsunien et aux nouvelles guerres à l'étranger. Bannon s'était opposé à la frappe de Trump contre la Syrie, aux hausses des troupes en Irak et à l'idée d'une "option militaire" pour faire face à la crise au Venezuela. Le New York Times a qualifié McMaster de " némésis de Bannon au sein de l'occident ", précisément en raison de l'engagement de McMaster envers la construction de l'empire étatsunien.

En outre, jeudi dernier, Politico a publié un rapport détaillant le contrôle exercé par Kelly sur le président, alors qu'il s'occupe personnellement de "tout" ce qui parvient au bureau de Trump. Politico faisait référence à deux notes de service qui décrivent un système "conçu pour s'assurer que le président ne verra aucun document de politique extérieure, aucune note de politique interne, aucun rapport d'agence et même aucun article de presse qui n'ait été approuvé".

The Hill a également noté que Kelly "tient aussi une attention étroite" sur les personnes pouvant rencontrer directement le président dans le bureau ovale, qui est maintenant strictement sous le contrôle de l'approbation de Kelly.

Kelly, cependant, est une recrue récente. R. H. H. McMaster, qui a pris le contrôle du Conseil de sécurité nationale après l'éviction de Flynn en février, contrôle personnellement - du moins depuis avril - la circulation de l'information sur la sécurité nationale qui parvient au président. McMaster a également pris le contrôle du Homeland Security Council (NSC) et a obtenu la démission de Steve Bannon, connu pour son nationalisme strident et son antiinterventionnisme, du NSC.

McMaster tente de les mettre sous son contrôle et de démanteler ou de rétrograder les personnes qui avaient des liens indépendants avec la Maison-Blanche afin que les conseils lui parviennent ", a déclaré Mark Cancian, un expert en sécurité nationale et ancien fonctionnaire de la Maison-Blanche, au Washington Post en avril.

 

McMaster a suscité plus d'ire que tout autre général des "généraux de Trump" de la part des membres désabusés de la base de Trump, dont beaucoup ont qualifié péjorativement le conseiller du NSC de "Président McMaster", et McMaster a également outrepassé bon nombre des politiques de Trump, comme demander à la Corée du Sud de payer pour le système de missiles THAAD, et a activement milité en faveur d'une guerre terrestre en Syrie.

    Félicitations au président McMaster!

— Mike Cernovich

Le premier des trois généraux nommés à un poste de haut rang dans l'administration Trump était le secrétaire à la Défense James Mattis. Des néoconservateurs comme Bill Kristol et Elliot Abrams, ainsi qu'un " groupe de milliardaires conservateurs anonymes ", avaient demandé que Mattis soit appelé à se présenter comme candidat tiers du parti aux élections de 2016. Même si sa candidature ne s'est pas concrétisée en tant que telle, il semble qu'une élection officielle n'ait pas été nécessaire.

Mattis a commencé à prendre le pouvoir en mars. À l'époque, Defense One notait que les généraux de Trump, dont Mattis,"avaient de plus en plus l'impression qu'ils travaillaient pour un président complètement différent", et que "le refus de Trump de suivre les conseils du général s'en est suivi de menace de démission, peu après le ton de Trump a changé et il a donné à Mattis "une main plus libre pour lancer des missions urgentes".

Le nouveau modèle de commandement qui est apparu impliquait "la pré-délégation de l'autorité à Mattis;... cette autorité pourrait être poussée beaucoup plus loin dans la chaîne de commandement - jusqu'au général trois étoiles qui dirige le JSOC". De manière cruciale, la Maison-Blanche, bien que toujours informée des opérations militaires, a abandonné l'autorité de commandement sur l'armée étatsunienne à Mattis. Depuis "l'abandon du pouvoir de guerre", Mattis a supervisé l'expansion de tous les théâtres de guerre que Trump a hérité de son prédécesseur.

 

Conclusion: Trump a maintenant élargi la présence militaire étatsunienne et/ou les frappes aériennes dans chaque théâtre de combat dont il a hérité d'Obama.

Micah Zenko (@MicahZenko) 22 août 2017

Le président Wolfowitz ? Les néo-conservateurs en selle et sans contestation


Il n'est pas surprenant de constater que le chemin que l'administration Trump est en train de suivre, à la demande des généraux, est bien connu. C'est probablement dû à l'allégeance de Mattis et de McMaster à des néo-conservateurs et à des faucons de guerre notoires - tels que Paul Wolfowitz, architecte de l'invasion de l'Irak en 2003 et créateur de la doctrine Wolfowitz, et David Petraeus, général déshonoré et ancien directeur de la CIA. Wolfowitz, dans une entrevue avec Politico en avril, a révélé qu'il était dans une correspondance privée par courrier électronique avec Mattis et McMaster,"dans l'espoir qu'ils poursuivront une stratégie étatsunienne de renforcement de l'engagement au Moyen-Orient" et ailleurs.
 

Bien que les généraux contrôlent et que leur junte soit établie, ce ne sont pas eux qui tirent les ficelles, comme le suggère la révélation de Wolfowitz. Le complexe militaro-industriel et les néoconservateurs toujours pressés ont pris le pouvoir, refusant de faire entendre l'anti-interventionnisme pour lequel le peuple étatsunien a voté. Comme l'a dit Henry Kissinger - l'homme qui a installé des juntes militaires dans le monde entier - un jour, en préparant un coup d'État contre leur démocratie :"Je ne vois pas pourquoi nous devons rester là et regarder un pays communiste à cause de l'irresponsabilité de son propre peuple".
 

Plus de 60 ans plus tard, le théâtre de l'engagement est revenu aux Etats-Unis et la mise en garde contre le "communisme" étranger a été remplacée par une mise en garde contre notre propre "anti-interventionnisme". Les pouvoirs ont une fois de plus révélé qu'elles ne laisseront pas "l'irresponsabilité" d'aucun groupe, y compris les électeurs étatsuniens, entraver leur racket de guerre de plusieurs billions de dollars et leur volonté d'expansion de l'empire militaire étatsunien.

Archives

À propos

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme