Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les États-Unis mettent l'accent sur un plan d'interventionnisme à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela (TeleSur)

par TeleSur 5 Mai 2018, 03:45 Cuba Nicaragua Venezuela USA Impérialisme Articles de Sam La Touch

Les États-Unis mettent l'accent sur un plan d'interventionnisme à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela.
Article originel : US Stresses Interventionist Plan in Cuba, Nicaragua, Venezuela
TeleSur

Les États-Unis mettent l'accent sur un plan d'interventionnisme à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela (TeleSur)

Le vice-président des États-Unis, Mike Pence, a déclaré que le travail en faveur de la liberté à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela est une priorité pour l'administration de Donald Trump lors d'une cérémonie au cours de laquelle le nouvel ambassadeur des États-Unis auprès de l'Organisation des États Américains (OEA), Carlos Trujillo, a prêté serment.

Au cours de son discours, le vice-président étatsuniens a mis l'accent sur Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. De Cuba, il a dit que l'île continuait à vivre "sous un héritage tyrannique", utilisant la terminologie et la rhétorique utilisée par les Cubano-Etatsuniens de droite contre le gouvernement communiste de Cuba.

Plus tard, c'était au tour du Nicaragua. Pence a accusé le gouvernement de Daniel Ortega de "réprimer brutalement" les manifestants pacifiques, une allégation couramment utilisée par les gouvernements étatsuniens successifs et leurs alliés occidentaux pour justifier l'ingérence en dépit de l'absence de preuves suffisantes pour étayer leurs affirmations.

Il a attaqué le gouvernement vénézuélien en qualifiant le président Nicolas Maduro de "dictateur" et l'a accusé de transformer "l'un des pays les plus prospères d'Amérique du Sud en l'un des plus pauvres".

Au fil des ans, Washington a maintenu des attaques économiques et politiques contre ces trois pays dans l'espoir de provoquer un changement de régime.

Depuis 1960, les gouvernements étatsuniens ont imposé un blocus économique contre Cuba. Dans les années 1980, le président étatsunien Ronald Reagan a commencé à financer et à former un groupe paramilitaire au Nicaragua, connu sous le nom de Contras. En 2015, l'administration Obama a déclaré que le Venezuela était une "menace pour sa sécurité nationale" et la politique de sanctions économiques et d'isolement diplomatique a été déclenchée.

Le directeur principal des États-Unis pour l'Amérique latine, Juan Cruz, a appelé lundi les militaires vénézuéliens à renverser Maduro en vertu d'une disposition constitutionnelle qui justifie la rébellion contre la "dictature".

 

Plus tôt cette année, l'ancien secrétaire d'État US Rex Tillerson a également fait allusion à un coup d'État militaire au Venezuela.

Le nouvel ambassadeur des États-Unis auprès de l'OEA a annoncé mercredi que la réunion de l'assemblée générale de l'OEA prévue en juin comprendra un débat sur la situation au Venezuela. "Nous pouvons y arriver avec une résolution condamnant le Venezuela pour ne pas avoir accepté l'aide humanitaire de base. C'est la première étape", a expliqué Trujillo.

Maduro a refusé d'accepter l'aide internationale parce qu'il est certain que la crise économique à laquelle le Venezuela est confronté a été créée par les sanctions parrainées par les États-Unis qui touchent tous les Vénézuéliens.   

Pence devrait prendre la parole devant le conseil permanent de l'OEA lundi prochain.

Traduction SLT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page