Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les forces de sécurité israéliennes forment des policiers étatsuniens malgré un passé chargé en violation des droits humains (The Intercept)

par Alice Speri 17 Septembre 2017, 09:10 Police USA Israël Collaboration Répression Colonialisme Articles de Sam La Touch

Les forces de sécurité israéliennes forment des policiers étatsuniens malgré une histoire chargée de violations des droits humains
Par Alice Speri
Article originel : Israel Security Forces Are Training American Cops Despite History of Rights Abuses
The Intercept

 

Traduction SLT

 

(c) Jack Guez/AFP/Getty Images

(c) Jack Guez/AFP/Getty Images

Il n'est pas rare que les habitants des quartiers les plus lourdement surveillés des Etats-Unis décrivent leurs policiers locaux comme "une force d'occupation ".

Des milliers d'agents des forces de l'ordre étatsuniennes se rendent fréquemment dans l'un des rares pays où la police et le militarisme sont encore plus étroitement imbriqués qu'ici : Israël.

 

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Israël a mis à profit ses décennies d'expérience en tant que force d'occupation pour se faire connaître comme un chef de file mondial de la lutte antiterroriste. Les forces de l'ordre étatsuniennes ont fait appel à l'expertise de l'État hébreu en participant à des programmes d'échange parrainés par divers groupes pro-israéliens comme l'AIPAC, l'Institut juif pour les affaires de sécurité nationale et la Ligue antidiffamation (LAD). Au cours des dix dernières années et demie, des dizaines d'officiers de la police fédérale, étatiques et locaux de haut niveau provenant de dizaines de départements des États-Unis sont allés en Israël pour se renseigner sur les services de police axés sur le terrorisme.

Pourtant, les prouesses policières d'Israël sont entachées par son but premier : l'occupation. Israël a mené à bien un demi-siècle de régime militaire dans les territoires palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, une occupation où les abus sont monnaie courante. La police et les forces de sécurité du pays violent aussi régulièrement les droits des Palestiniens et des immigrants à l'intérieur des frontières israéliennes de 1967.

"Une grande partie du travail policier que les gens observent et dont on parle dans le cadre de ces voyages est du maintien de l'ordre, ce qui se produit dans un contexte non démocratique", a déclaré Alex Vitale, professeur de sociologie au Brooklyn College et auteur d'un livre sur le maintien de l'ordre mondial. "Il s'agit soit de la police militaire, soit de la police des frontières, soit de la police des territoires occupés qui ne sont pas des sujets de droit à part entière dans le système juridique israélien."

Bien que l'attention portée à la militarisation des forces policières étatsuniennes se soit intensifiée au cours des dernières années, ce qui a stimulé certaines réformes que l'administration Trump a déjà annulées, les programmes d'échange de policiers entre les États-Unis et Israël se sont poursuivis sans que le public n'y prête une attention particulière.

Cette semaine, une délégation de hauts responsables étatsuniens de l'application de la loi se trouve en Israël pour le séminaire national de l'ADL sur la lutte contre le terrorisme, qui comprend une formation sur des sujets tels que " le leadership en période de terreur " et "l'équilibre entre la lutte contre le crime et le terrorisme", selon la littérature publiée par le groupe qui annonce le voyage. Plus de 200 cadres d'application de la loi provenant de plus de 100 départements aux États-Unis et à l'étranger, d'organismes d'application de la loi en immigration et même de services de police des campus ont participé au programme ADL depuis son lancement en 2004.

Parmi les participants de cette année, le commandant Morgan Kane, commandant de la police métropolitaine de D. C., qui a assisté à la formation et qui a eu une réprimande publique de David Grosso, membre du conseil municipal de D. C., a participé au séminaire. "Je crains que nous ne fassions pas assez pour empêcher la militarisation des forces de l'ordre dans le district de Columbia ", a-t-il écrit dans une lettre adressée au chef de la police métropolitaine Peter Newsham. "Apprendre des conseillers militaires n'est pas ce dont les forces de l'ordre ont besoin."

Les forces de sécurité israéliennes forment des policiers étatsuniens malgré un passé chargé en violation des droits humains (The Intercept)

"Il me vient à l'esprit que ce n'est pas une bonne idée, que ce soit en Israël ou ailleurs, d'aller s'entraîner avec une police militaire ou nationale, en apprenant essentiellement des gens qui sont plus doués dans l'approche violente de la résolution des conflits", a déclaré Grosso à The Intercept.  "Ce n'est pas approprié par rapport à ce que nous essayons de faire ici à Washington."

"Nous avons déjà le FBI, la CIA, les services secrets, nous avons tellement de police nationale ici, lourdement armés ", a-t-il ajouté. "Nous n'avons pas besoin de plus, mais d'une approche communautaire."

Un porte-parole de la police de Washington a déclaré dans un courriel à The Intercept que le ministère participe à la formation "pour apprendre les meilleures stratégies de lutte contre le terrorisme".

Le porte-parole a écrit : "Il est essentiel d'élargir nos connaissances sur la lutte antiterroriste et d'acquérir une expérience précieuse pour la prochaine génération de dirigeants de la DPM afin d'assurer la sécurité et le bien-être des résidents et des visiteurs de Washington D.C". "Cette occasion ne nous permettra pas de déroger à notre engagement d'assurer des services de police équitables, impartiaux et constitutionnels."

En plus de rencontrer leurs homologues israéliens, les membres de la police étatsunienne des délégations visitent également des représentants des Forces de défense israéliennes, ainsi que des services de sécurité aux frontières et des services de renseignement, tirant pour l'essentiel les leçons des organismes qui appliquent le régime militaire plutôt que le droit civil.

"Cela s'inscrit dans cette idéologie de la police en tant que guerriers", a déclaré M. Vitale.

"Cette formation est axée sur la répression des émeutes, la lutte contre l'insurrection et le contre-terrorisme, qui sont tous essentiellement sans rapport ou qui ne devraient pas être pertinents pour la grande majorité des services de police", a-t-il ajouté. "Ils ne devraient pas réprimer les manifestations, ils ne devraient pas s'engager dans la contre-insurrection, et presque aucun d'entre eux ne fait face à une menace réelle du terrorisme."

Les formations en Israël s'inscrivent également dans le cadre d'une militarisation plus large des forces de l'ordre étatsuniennes, qui est en bonne voie de retour au pays. Le mois dernier, le président Donald Trump a publié un décret annulant les restrictions imposées par l'ancien président Barack Obama à un programme militaire, connu sous le nom de 1033, qui permettait aux services de police d'acheter à rabais du matériel militaire excédentaire comme des véhicules blindés et des lance-grenades.

Obama a ordonné ces restrictions en 2015 après l'indignation publique suscitée par le déploiement de certains de ces équipements lors de manifestations contre les abus de la police à Ferguson, au Missouri et ailleurs. Annonçant les nouvelles mesures dans un discours prononcé devant l'Ordre Fraternel de la Police, le plus grand syndicat de la police du pays, le procureur général Jeff Sessions a qualifié cet équipement de "salvateur", rejetant les critiques sur la militarisation de la police et les considérant comme des "préoccupations superficielles".

Les forces israéliennes arrêtent un jeune Palestinien lors d'affrontements entre manifestants et forces de sécurité dans la ville d'Hébron en Cisjordanie occupée par Israël, le 28 juillet 2017.Photo: Hazem Bader/AFP/Getty Images

Les forces israéliennes arrêtent un jeune Palestinien lors d'affrontements entre manifestants et forces de sécurité dans la ville d'Hébron en Cisjordanie occupée par Israël, le 28 juillet 2017.Photo: Hazem Bader/AFP/Getty Images

Le Marketing de l'occupation

 

Les échanges entre la police et les officiers étatsuniens sont fondés sur l'expérience d'Israël en matière de terrorisme et sur la façon dont ses forces de sécurité gèrent les risques persistants. Mais le bilan d'Israël dans la mise en œuvre de ses politiques antiterroristes est vérifié par des allégations de graves abus. Fondée dans le cadre d'une campagne de nettoyage ethnique en 1948, Israël a saisi la Cisjordanie et Gaza en 1967, lors de la guerre des Six Jours, et a depuis lors maintenu son occupation - y compris en construisant des colonies civiles israéliennes dans le territoire palestinien, lui-même une violation du droit international. Aujourd'hui, les mêmes forces de sécurité accusées de maltraiter les citoyens et les Palestiniens apatrides forment la police étatsunienne.

L'année dernière, la formation de l'ADL comprenait des réunions avec des responsables du service de sécurité interne israélien, connu sous le nom de Shin Bet. L'agence de sécurité aurait été à l'origine de la surveillance - ainsi que de la torture et des assassinats ciblés - des Palestiniens en Israël et dans les territoires occupés.

Les responsables étatsuniens de l'application de la loi, en tournée avec l'ADL ont également rencontré des unités spéciales de patrouille de la police israélienne connues sous le nom de "Yasam" - paramilitaires, police anti-émeute dont la force excessive et les abus contre les Palestiniens sont bien documentés - et se sont rendus aux points de contrôle, dans les prisons et à Hébron. A Hébron, une ville de Cisjordanie, quelque 200 000 Palestiniens sont empêchés d'entrer dans le centre de la vieille ville, où moins de 1 000 colons juifs sont protégés par le même nombre de soldats israéliens.

L'ADL, un groupe ayant pour mission nominale de s'opposer au sectarisme, qui a plutôt déployé une grande partie de ses énergies pour plaider en faveur d'Israël, n' a pas accordé beaucoup d'attention à l'application de la loi palestinienne. En 2016, l'itinéraire du groupe comprenait une seule rencontre avec un officier de police palestinien - de la police touristique de Bethléem.

Un porte-parole de l'ADL a déclaré dans une déclaration à The Intercept que les critiques suggérant que ses programmes contribuent à la brutalité policière et au racisme est "faux et diffamatoire".

"Au contraire, les missions d'application de la loi de l'ADL ont pour objectif de faire exactement le contraire, en renforçant les liens entre les services de police et les communautés qu'ils desservent", a ajouté le porte-parole.

Dans le passé, le groupe a condamné ceux qui établissaient des parallèles entre les abus de la police aux États-Unis et l'occupation israélienne de la Palestine. "y a une longue histoire d'utilisation des questions légitimes de justice sociale étatsunienne pour miner l'État juif ", a écrit un haut fonctionnaire du groupe à la suite des manifestations de Ferguson. Il n'y a "aucun lien rationnel entre le défi du racisme aux Etats-Unis et la situation des Palestiniens" a ajouté le responsable de l'ADL.

Pourtant, la critique persiste. Le groupe Jewish Voice for Peace (JVP) a récemment lancé une campagne visant à attirer l'attention du public sur les programmes d'échange de policiers entre les États-Unis.

"Ces programmes transforment les 70 ans de dépossession et 50 ans d'occupation d'Israël en brochure de marketing pour un maintien de l'ordre "réussi", a écrit Stefanie Fox, directrice adjointe du JVP, dans un courriel adressé à The Intercept.

 

Sous la bannière de la formation antiterroriste, des hauts responsables de la police et de l'immigration visitent des postes de contrôle, des prisons, des colonies, des postes de police et d'autres sites clés qui sont au cœur des politiques israéliennes d'occupation et d'apartheid.

Les échanges entre les forces de l'ordre sont présentés comme une occasion pour la police étatsunienne d'en apprendre davantage sur le contre-terrorisme par le leader autoproclamé du terrain, mais, pour les défenseurs d'Israël, ils sont également perçus comme un moyen de vendre une idéologie pro-israélienne à une audience particulière.

"[Ils] reviennent et ce sont des sionistes", a déclaré David Friedman, alors directeur régional de l'ADL, au sujet de l'impact de la délégation en 2015. "Ils comprennent Israël et ses besoins en matière de sécurité d'une manière que beaucoup de gens ne comprennent pas."

C'est peut-être le résultat escompté.

"Ils essaient de faire en sorte que les États-Unis voient le monde divisé en camps du bien et du mal et ils veulent renforcer l'engagement des États-Unis envers Israël parce qu'ils sont sur la ligne de front pour lutter contre la terreur ", a déclaré M. Vitale, professeur au Brooklyn College, en parlant du groupe qui organise les voyages. "Le projet est un projet politique qui utilise la police pour répondre à une analyse particulière des affaires internationales."

A ce jour, Israël a déjà inspiré certaines initiatives policières controversées, comme le tristement célèbre programme de surveillance musulmane de la police de New York, qui s'inspire en partie de la surveillance des Palestiniens en Cisjordanie. Thomas Galati, le chef de la Division du renseignement de la police de New York à l'époque, avait participé à l'une des formations de l'ADL en Israël.

La police et les forces de sécurité israéliennes apprennent peut-être aussi une ou deux choses de leurs homologues étatsuniens. En 2016, par exemple, Israël a adopté une "loi d'arrêt et de fouille" inspirée de son équivalent étatsunien, autorisant la police à "fouiller n'importe qui, quel que soit son comportement, dans un endroit considéré comme la cible d'actions destructrices hostiles".

Les résidents palestiniens de Jérusalem ont dit que la loi est appliquée avec "un racisme flagrant".

"Nous voyons la police israélienne adopter des politiques étatsuniennes d'arrêt et de fouille, ce qui aggrave encore la violence d'État à laquelle sont déjà confrontés les Palestiniens", a déclaré M. Fox, de la JVP. Cet échange meurtrier va dans les deux sens et encourage les pires pratiques comme le profilage racial, la surveillance de masse, la brutalité policière et la répression de la dissidence politique qui existent déjà dans les deux pays.

Photo du haut: Les forces de police israéliennes tiennent des lance-grenades paralysants après la prière du vendredi midi en dehors de la vieille ville de Jérusalem, le 28 juillet 2017.

Désolé mais les "Partage" facebook sur cette page n'apparaissent pas, le compteur étant au 17.09.17 bloqué à "0" en dépit d'un certain nombre de "Partages" enregistrés. Cet incident technique récurrent est indépendant de notre volonté.
Au 18.09.17, les "Partage" facebook, pour cet article, ont été débloqués et apparaissent à nouveau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page