Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)

par Moon of Alabama 13 Septembre 2017, 08:45 Deir Ezzor Armée syrienne Armée US Conflit EI Impérialisme Syrie Articles de Sam La Touch

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie
Article originel : A New Clash Looms in Syria's East
Moon of Alabama, 11.09.17


Traduction SLT

Quand l'armée arabe syrienne a brisé le siège de l'Etat islamique (EI) sur Deir Ezzor, nous nous sommes interrogés :

    L'Armée arabe syrienne  (AAS) traversera-t-elle l'Euphrate à Deir Ezzor pour reprendre les précieux gisements pétroliers à l'est ? Ou restera-t-elle au sud de la rivière et laissera-t-elle ces champs pétrolifères aux supplétifs kurdes soutenus par les Etats-Unis dans le nord?

Traverser la rivière est clairement souhaitable mais aussi potentiellement litigieux.

Depuis lors, plusieurs convois d'équipements militaires de pontage ont été aperçus sur la route de Deir Ezzor. Il est maintenant évident que l'AAS va construire un pont sur le fleuve (tous les ponts réguliers ont été détruits par les bombardements étatsuniens) et envoyer des forces importantes à travers le fleuve. Les nouvelles questions sont maintenant : quand, où et dans quel but ?

Dès que l'intention du gouvernement est devenue claire, les États-Unis ont poussé leurs forces locales supplétives pour s'emparer immédiatement des gisements pétroliers détenus par l'EI. En moins de deux jours, elles se sont déployées à plus de 30 kilomètres de profondeur dans les zones de l'EI situées au nord de l'Euphrate. Il est évident que de tels progrès n'auraient pas pu être réalisés si l'EI s'était défendue. Je pense qu'il est probable qu'un accord ait été conclu entre ces deux parties.

Le diplomate étatsunien chargé de cette tâche, Brett McGurk, a récemment rencontré des dignitaires tribaux de la région. Des photos de la réunion ont été publiées. Plusieurs personnes ont fait remarquer que les mêmes dignitaires avaient déjà prêté serment d'allégeance à l'Etat islamique (EI).

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)

Exactement comme lors du "réveil d'Anbar" dans sa guerre contre l'Irak, les Etats-Unis soudoient les radicaux locaux pour qu'ils changent temporairement de camp. Cela aidera les États-Unis à prétendre qu'ils ont vaincu l'EI. Mais dès que les paiements cesseront, les mêmes forces reprendront leur ancien jeu.

À l'origine, les États-Unis avaient prévu de laisser l'EI prendre Deir Ezzor. Elle a attaqué à deux reprises les forces du gouvernement syrien dans la région, tuant plus d'une centaine d'entre elles. Cela avait permis à l'EI de capturer de grandes parties de l'enclave gouvernementale et de bloquer l'aéroport qui avait besoin de ravitaillement :

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)

Après que le soutien russe à l'AAS ait modifié l'équilibre des pouvoirs, et après l'élection de Donald Trump, ces plans ont dû changer. La Syrie et ses alliés ont modifié la situation sur le terrain et ont repris le contrôle de la zone qu'ils avait perdu à cause de l'EI. Ils vont aussi libérer le reste de la ville.

Voici la carte actuelle de la région de l'Euphrate de l'Est-Syrien. .

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)

L'Armée arabe syrienne (rouge) a libéré des parties de la ville et de l'aéroport. La route de Damas à Deir Ezzor est entièrement sous contrôle de l'AAS. La population, qui avait failli mourir de faim sous le siège de l'EI, reçoit de la nourriture fraîche, d'autres biens nécessaires et des soins médicaux.

Les zones hachurées de la carte montrent les prochains objectifs possibles pour la campagne des supplétifs étatsuniens (jaune) et des forces du gouvernement syriennes (rouge) dans leur lutte contre l'EI (gris) et les uns contre les autres.

Les champs pétrolifères importants se trouvent au nord et à l'est de Mayadin. Le champ pétrolier d'Omar à l'est est le plus grand de toute la Syrie. Les États-Unis veulent que ces derniers, sous leur contrôle, financent leurs supplétifs kurdes et arabes dans le nord-est de la Syrie. Le gouvernement syrien a besoin du pétrole pour reconstruire le pays. Si les forces soutenues par les États-Unis tentent d'annexer la région, nous assisterons probablement à un conflit direct entre elles et les forces du gouvernement syrien. Les États-Unis et la Russie se joindront-ils à cette lutte ?

Les régions du nord-ouest et du sud-ouest de la Syrie ont été relativement calmes. Au cours des dernières semaines, il n' y a pas eu de changement de poste important. Dans le sud-est, autour de la Syrie, de la Jordanie et du triangle frontalier irakien, le gouvernement syrien a pris plusieurs postes frontières. Ces mouvements interviennent après qu'un accord entre la Russie, les États-Unis et la Jordanie ait concédé à nouveau le contrôle de la zone au gouvernement syrien. Les "rebelles" de la région ont été financés par la CIA, mais sont maintenant à court de revenus. Leurs maîtres leur ont ordonné de s'installer en Jordanie, mais plusieurs groupes ont refusé de le faire. L'armée et l'aviation syriennes s'en occuperont.

Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)

Le gouvernement syrien a de nouveau souligné que les forces étatsuniennes (et turques) sur le terrain ne sont pas invitées et que leur présence est illégale. Le ministre russe des Affaires étrangères a fait la même remarque lors d'une conférence de presse aujourd'hui. Hier, le président turc a déclaré : "Nous ne devons pas permettre aux puissances étrangères d'intervenir en Syrie pour servir leurs propres intérêts." (visiblement peu enclin à l'autocritique.) Ce sont là des signaux clairs à l'intention des États-Unis que leur présence et celle d'une force supplétive étatsunienne en Syrie ne seront pas tolérées.

Le Président Trump avait clairement déclaré que son seul intérêt pour la Syrie était de se débarrasser de l'EI :

    "En ce qui concerne la Syrie, nous n'avons pas grand-chose à voir avec la Syrie, à part tuer l'EI."

Mais Trump est maintenant sous influence (ou sous le contrôle?) de l'armée étatsunienne. Le Pentagone et les forces qui l'influencent ont peut-être leurs propres plans. La guerre est décidée. Le gouvernement syrien l'emportera. Mais la guerre n'est pas encore terminée. Des surprises indésirables peuvent encore venir des États-Unis ou d'autres parties intéressées.

 

Ajout :
Plusieurs rumeurs récentes sur des incidents en Syrie étaient et sont des faux grossiers. Veuillez faire attention à la diffusion des allégations sauvages lorsque celles-ci n'ont pas été vérifiées par une multitude de sources. La vérité est qu'AUCUNE ligne non conflictuelle n'existe à l'est de Deir Ezzor. L'AAS n'a PAS abattu un avion de chasse israélien au-dessus du Liban. NON le général étatsunien n'a pas déclaré que l'armée syrienne serait bombardée si elle tentait de traverser l'Euphrate. AUCUNE attaque d'un convoi de l'AAS par les forces aériennes étatsuniennes n' a eu lieu aujourd'hui.

Haut de page