Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RFI et le MNLA : le faux scoop de la « révélation » AQMI et la stratégie de la manipulation (SIWEL)

par Sam La Touch 11 Octobre 2013, 09:13 Mali

RFI et le MNLA : le faux scoop de la « révélation » AQMI et la stratégie de la manipulation (SIWEL)

http://www.siwel.info/RFI-et-le-MNL...

PARIS (SIWEL) — RFI et Libération ont publié le 06 octobre 2013 une exclusivité intitulée « Exclusif : les dessous de l’accord entre Aqmi et les mouvements armés du Nord ». Au delà du titre pour le moins tendancieux, il s’agit là d’un « scoop » et d’une « exclusivité » qui date en réalité de février 2013, soit de six mois déjà, repris par Le Monde, Libération, Le parisien, l’AFP et l’ensemble de la presse française. Un des articles publié en Février 2013 par Augustin K Fodou, « Stratégie d’AQMI au Mali : découverte des documents « top secret » d’Abdel Malek Droukdel », a quant à lui curieusement « disparu » des archives de RFI mais reste dans la recherche Google sur des sites maliens. L’article publié par Le Monde le 25.02.2013 sous le titre de « La feuille de route d’AQMI au Mali » a lui aussi disparu des archives du journal.

"RFI UNE RADIO DANGEUREUSE, La Pravda du Quai d’Orsay" est un livre qu’il serait utile de lire. Ce livre est une enquête sur l’orchestration de la manipulation, de l’opinion par ce média depuis plus d’un demi-siècle

Mais pourquoi le scoop AQMI est-il « ressuscité » maintenant ? Pourquoi » RFI et la presse française font des choux gras de cette exclusivité qui n’en est pas une alors qu’ils le savent pertinemment puisque c’est eux-mêmes qui en ont assuré la publication il y a 6 mois de cela. Pourquoi ce "scoop" au moment précis d’une reprise de pseudos négociations entre le MNLA et le gouvernement malien. Rien qu’à voir le titre du scoop de RFI, publié le 6 octobre 2013, il semble bien que la réponse soit dans la question.

Le « pot aux roses » a été mis en évidence par Hubert Ledoux qui a publié, le 7 octobre 2013, dans Word press un article intitulé : « AQMI : une exclusivité qui n’en est pas une… ». Dans cet article, il dit ceci :

« L’exclusivité présentée ce jour dans "Libération" et sur le site de "Radio France International" n’en est pas tout à fait une.

Dés le 25 février, voici 6 mois, dans deux articles disponibles ci-dessous, RFI, Libération et "lemonde.fr" donnaient déjà les grandes lignes du document présenté aujourd’hui comme une exclusivité.

Ce document, "mis au frigo" durant trois mois (sans doute le temps d’être analysé par les services secrets), réapparut ensuite pour être traduit intégralement et analysé par des spécialistes.

Il ressort aujourd’hui, six mois après sa découverte, en fournissant des éléments indiscutables, mais déjà connus de ceux qui suivent les événements attentivement. »

« A la suite des articles parus le 25 février, vous trouverez tous les articles parus ce jour, expliquant la stratégie d’AQMI pour "bâtir" un territoire qu’elle contrôlerait.

Reste un question (subsidiaire ?) : pourquoi cette "exclusivité qui n’en est pas une" ressort-elle au moment où les négociations doivent reprendre au Mali ?

Sans être machiavélique, ces documents prouvent qu’Ansar Dine était le fer de lance d’AQMI dans le Nord Mali, rejoint par des éléments non laïques du MNLA ; il indique également la position de leader d’Iyad Ag Ghali, "introuvable-omniprésent" à Kidal et, sans doute, détenteur des otages français ; autant de djihadistes aujourd’hui fort opportunément "recyclés" au sein du Haut Conseil Unifié de l’AZAWAD, pour négocier avec Bamako. Autant le savoir… »

Oui, en effet, « Autant le savoir » et autant savoir aussi que la presse française réponds « au doigt et à l’œil » aux besoins du Quai d’Orsay dont le rôle dans cette tragédie touarègue n’est plus à démontrer…

Il est très intéressant de noter le titre de la publication d’octobre 2012 publié par RFI : « Exclusif : les dessous de l’accord entre Aqmi et les mouvements armés du Nord, publié dans RFI, par Guillaume Thibault – 6 octobre 2013 » ; soit exactement juste après la reprise du dialogue, quasiment forcée, du MNLA avec Bamako. On se doute, bien évidemment que le Quai d’Orsay et son bras armé, SERVAL, n’y sont pas pour rien...surtout quand on sait que les braves soldats de la Serval ont vaillamment dispersé une manifestation de femmes à Kidal avec la bénédiction de l’ONU qui en a assumé la responsabilité avec la MINUSMA et que les soldats de Serval assurent les soldats maliens de leur entière collaboration et de leur parfaite neutralité, notamment en les amenant dans leur bagages en Azawad et en ne voyant surtout pas les innombrables exactions commises contre les civils touaregs.

Tout le monde sait maintenant que le MNLA s’est fait rouler dans la farine par quasiment tous les antagonistes qui lorgnent sur le territoire de l’Azawad. Victime de son ardent désir de libérer l’Azawad, le MNLA a dû affronter toute une panoplie d’ennemis œuvrant à son anéantissement total ; ces derniers œuvrant, pour certains à visage découvert, et pour d’autres camouflés derrière de fausses amitiés ou pire encore derrière le masque des droits de l’Homme ou celui du droit international, sans compter les cupides et les traitres embusqués dans la structure même du MNLA…Et ne parlons même pas de ce HCUA, dont tout le monde sait que c’est bien « Ansar Dine recyclé » mais cette structure n’en a pas moins été imposée à la table des négociations au même titre que le MNLA dans le but évident de servir à nouveau pour, entre autre, diminuer du poids du MNLA dans les négociations et lui faire porter la responsabilité d’une nouvelle alliance avec des « islamistes embusqués » alors que le MNLA y était retissant mais les vrais faux amis du quai d’orsay veillent au grain et ne lâchent pas d’une semelle leurs sentinelles, les pions qu’ils ont placés au plus près de la direction du MNLA car la base, militants comme les combattants, ne sont, eux, pas dupes.

Au Mali et dans l’Azawad, le MNLA pose un gros problème à tous les antagonistes qui ne se résument certainement pas à l’Azawad et au Mali. L’équation MNLA « enquiquine » l’occident et plus particulièrement la France, décrétée « tutrice » de l’Afrique Sub Saharienne car en effet, la France est bel et bien le mal originel, la génitrice de l’insoluble « problème touareg » qu’elle a elle-même crée pour ses propres besoins.

Le MNLA gène considérablement les intérêts de la France mais aussi ceux de certains de ses alliés stratégiques dans la région, dont l’Algérie qui ne veut pas entendre parler d’un Etat arraché par des Touaregs, quand bien même cet Etat serait multi ethnique. C’est une question de « précédent » qui ne doit en aucun cas se réaliser d’où les « efforts » constants de la diplomatie algérienne qui s’est évertuée à faire de deux organisations terroristes, Ansar Dine et le Mujao, des acteurs non seulement fréquentables mais incontournables dans le règlement du conflit qui oppose l’Azawad au Mali.Mais l’Algérie n’agit pas seule, elle a ses soutiens et ses alliés notamment au Quai d’Orsay dans sa version socialiste. Il est fort à parier que l’offensive du traître devenu terroriste, Iyad Ag Ghali, sur la ville de Kona a été fomenté par les QG de Paris et d’Alger afin de justifier le déploiement de la fameuse Serval. Alger a même ouvert son espace aérien pour une libre circulation de l’aviation française au dessus de l’Azawad, ce qui pourrait éventuellement expliquer l’hallucinante attaque "terroriste" d’In Amenas.

Bref, avec tous ses ingrédients géopolitiques, historiques, identitaires et le leadership âprement disputé dans la région pour cause d’énormes intérêts énergétiques, le MNLA et le peuple de l’Azawad étaient, dés le départ, dans une très mauvaise posture et les dirigeants du MNLA auraient été mieux inspirés d’adopter une attitude de méfiance vis à vis de la communauté internationale et de ses droits mensongers, et en particulier vis à vis de la France dont les intérêts ne sont, de toute évidence, pas avec l’Azawad.

Infiltré, manipulé et « amicalement » conseillé, le MNLA a été entraîne à signer des accords avec le groupe islamo-terroriste Ansar Dine sous la médiation de l’Algérie et des lobbies financiers occidentaux qui entretiennent, comme tout le monde le sait, des relations privilégiées avec le Qatar, dont on sait pertinemment qu’il assure le financement et la fréquentabilité du djihadisme international, notamment à travers les révolutions arabes qu’il fomente à coups de milliards.

Le MNLA a également été "amicalement" conseillé, et au besoin sérieusement menacé, pour signer un "marché de dupes" avec Bamako, sous l’égide de la France et des Nations unies : les fameux accords de Ouagadougou qui ne lui apportent rien et le dépossèdent de tout, y compris de son seul atout : son armée que tout le monde cherche absolument à cantonner...Pourtant, le MNLA sait que son armée est le seul avantage dont il dispose encore dans l’Azawad.

Pourtant, malgré toutes les grossières erreurs qui ont émaillé son parcours, son alliance stupide avec Ansar Dine et sa dramatique naïveté envers SERVAL, le MNLA dispose encore d’une réelle sympathie et d’une affection populaire qu’il inspire encore au peuple de l’Azawad, à ses vrais amis, aux âmes justes, aux honnêtes gens et aux véritables défenseurs du droit des peuples parce que tous savent pertinemment que le MNLA défend une cause juste et noble, celle de la liberté confisquée et que, même s’il s’y prend mal, c’est avec sincérité et abnégation que l’écrasante majorité du MNLA s’est lancé à corps perdu dans la défense d’un peuple martyrisé depuis plus de 50 ans. C’est justement pour tout cela que le MNLA a pu résister aux coups de boutoirs de ses ennemis aussi nombreux que diversifiés.

Les peuples niés, opprimés et sacrifiés sur l’autel des intérêts énergétiques de l’occident en savent quelque chose de toutes ces manigances, médiatiques et politiques, d’une immoralité sans nom. Parmi eux, il y a les Berbères (dont les Touaregs) et les Kurdes qui sont au centre de conflits d’intérêts tellement colossaux que, pour le cas Kurde par exemple (pourtant unique peuple de Syrie qui aspire à une démocratie laïque)...eh bien l’occident, la France en tête, se livre à des « appuis logistique » aux djihadistes de la rébellion syrienne mais surtout pas aux combattant kurdes qui aspirent aux idéaux que sont sensés défendre et promouvoir les démocraties occidentales, ces prétendus défenseurs de la démocratie, de la liberté et de la laïcité.

Chronologie du scoop de RFI

Le scoop de la stratégie d’AQMI publié 6 mois avant les actuelles éditions

Quelques titres publiés en février 2013

1) Stratégie d’AQMI au Mali : découverte des documents « top secret » d’Abdel Malek Droukdel, Par Augustin K Fodou avec RFI – 25/02/2013 (article disparu des archives de RFI)

2) « Exclusivité RFI : quand le numéro un d’Aqmi prenait la plume pour fixer un cap au Mali », publié par RFI le 25 Février 2013, article encore disponible

3) « La feuille de route d’AQMI au Mali » publié par Le Monde.fr, le 25.02.2013 à 10h31, article introuvable dans son édition du 25 février. On ne retrouve plus que l’édition du 6 octobre 2013

4) Le parisien.fr « Mali : la terrifiante feuille de route d’Aqmi retrouvée à Tombouctou », Publié le 25.02.2013, article encore disponible

Le même scoop, resservi en grande fanfare 6 mois après les premières éditions :

Quelques titres publiés en octobre 2013

1) « Nord Mali : publication d’un texte inédit du chef d’Aqmi », publié par AFP, le 06/10/2013 à 20:34. L’inénarrable AFP précise que « L’intégralité des documents est disponible sur les sites des deux médias:rfi.fr et liberation.fr. »

2) « Le document secret d’Aqmi », publié dans LIBERATION 6 octobre 2013 à 20:52 (Mis à jour : 6 octobre 2013 à 21:39)

3) Exclusif : les dessous de l’accord entre Aqmi et les mouvements armés du Nord, publié dans RFI, par Guillaume Thibault – 6 octobre 2013

4) La feuille de route d’AQMI au Mali dévoilée, publié par Le Monde.fr avec AFP | 07.10.2013 à 11h35

zp, SIWEL 092246 OCT 13
http://www.siwel.info/RFI-et-le-MNL...

commentaires

Haut de page