Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire Arche de Zoé au Tchad: procès en appel mercredi du couple Breteau-Lelouch (AFP)

par AFP 20 Novembre 2013, 08:13 Tchad Arche de Zoé Breteau-Lelouch

Affaire Arche de Zoé au Tchad: procès en appel mercredi du couple Breteau-Lelouch (AFP)

Affaire Arche de Zoé au Tchad: procès en appel mercredi du couple Breteau-Lelouch - See more at: http://fr.africatime.com/articles/affaire-arche-de-zoe-au-tchad-proces-en-appel-mercredi-du-couple-breteau-lelouch#sthash.SNr7J1ug.dpuf

Affaire Arche de Zoé au Tchad: procès en appel mercredi du couple Breteau-Lelouch

AFP
http://fr.africatime.com/articles/affaire-arche-de-zoe-au-tchad-proces-en-appel-mercredi-du-couple-breteau-lelouch 

 

Le fondateur de l'association Arche de Zoé Eric Breteau et sa compagne Emilie Lelouch vont s'expliquer mercredi en appel sur leur tentative en 2007 d'exfiltrer du Tchad des enfants présentés comme des orphelins du Darfour. Absents, lors du procès en première instance en février en France, Eric Breteau, 43 ans, et Emilie Lelouch, 37 ans, ont été condamnés à trois ans de prison, dont deux fermes et 50.000 euros d'amende. Le tribunal correctionnel de Paris les avait déclarés coupables d'escroquerie, exercice illicite de l'activité d'intermédiaire à l'adoption et tentative d'aide à l'entrée ou au séjour de mineurs en situation irrégulière. Présents seulement lors du délibéré car ils craignaient lors des débats de n'être pas écoutés par la justice, ils avaient été placés en détention, avant d'obtenir leur libération sous contrôle judiciaire en avril. Ils avaient alors fait part de leur détermination à prouver leur "innocence". L'opération de L'Arche de Zoé avait été arrêtée net le 25 octobre 2007, alors que l'association s'apprêtait à embarquer dans l'est du Tchad avec 103 enfants affublés de faux pansements dans un avion spécialement affrété à destination de la France. Accusés d'avoir joué sur le "désir d'enfants" de familles recrutées sur des forums internet liés à l'adoption, l'association disait vouloir sauver des orphelins du Darfour. Mais selon plusieurs ONG, ces enfants étaient tchadiens pour la plupart et avaient au moins un parent en vie. Selon l'avocate d'Eric Breteau et d'Emilie Lelouch, Me Céline Lorenzon, il n'y a pas de preuve à cet égard dans le dossier et ses clients n'ont "pas eu l'intention de faire de mal à qui que ce soit, les familles d'accueil, les bénévoles et encore moins les enfants". La cour d'appel, réunie sur ce dossier jusqu'au 29 novembre, devra également statuer sur le sort de l'association, condamnée en première instance à 100.000 euros d'amende et dont le tribunal avait prononcé la dissolution.

Tout comme quatre autres bénévoles, Eric Breteau et Emilie Lelouch avaient été condamnés au Tchad à huit ans de travaux forcés pour tentative d'enlèvement d'enfants. La peine avait été commuée en années de prison en France, avant que le président tchadien ne prononce une grâce en leur faveur.

commentaires

Haut de page