Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bernard Henri Lévy et la destruction de la Libye

par Sam La Touch 21 Novembre 2013, 22:31 Bernard Henri Lévy Israël Israélafrique Libye Guerre Crimes contre l'humanité Crimes de guerre France Articles de Sam La Touch

Bernard Henri Lévy et la destruction de la Libye
Bernard Henri Lévy et la destruction de la Libye
par Ramzy Baroud
Information Clearing House

Traduction SLT

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est "le Juif le plus influent du monde", Bernard Henri Lévy est le numéro 45, selon un article publié dans le journal de la droite israélienne Jerusalem Post, le 21 mai 2010.

Lévy, selon le Jerusalem Post, arrive seulement à deux places derrière Irving Moskowitz, un " magnat du Bingo basé en Floride ( qui ) est considéré comme le principal artisan de la construction de colonies juives à Jérusalem-est et qui parraine le prix pour le sionisme récompensant les dirigeants en faveur des colonies en Palestine. "

Prétendre que, au mieux, l'oeuvre de Lévy relève de l'escroquerie intellectuelle, c'est ne pas discerner une logique claire qui semble régir la plupart de ses activités, de ses travaux et de ses écrits. Il semble être obsédé par l'idée de « libérer » les musulmans, de la Bosnie au Pakistan, en passant par la Libye et ailleurs. Cependant, il ne s'agit pas ici d'une une saine obsession, issue par exemple, d'un amour et d'une fascination manifeste pour leur religion, de leur culture et de leurs multiples modes de vie. Il s'agit d'une obsession malsaine. Tout au long de sa carrière surprenante, il a fait tant, lorsqu'il a servi de laquais pour ceux qui gouvernaient, tandis qu'à d'autres moment il semblait mener ses propres croisades. Il est un soutien ardent des interventions militaires, et son profil est parsemé de références à des pays musulmans et d'interventions militaires de l'Afghanistan au Soudan ... pour finir par la Libye .


Lorsque Benjamin Wallace-Wells a écrit son article sur BHL dans le New York Magazine le 26 déc 2011 - il a évoqué ce «philosophe» français qui se considérerait comme un messie et qui n'avait pas peur de promouvoir la violence pour le plus grand bien de l'humanité. Dans son article "“European Superhero Quashes Libyan Dictator," (" Le Superhero européen efface le dictateur libyen"), Wallace-Wells présente BHL comme le "philosophe ( qui ) a réussi à guider le monde pour vaincre un être maléfique." Le 'maléfique' en question est, bien sûr, Mouammar Kadhafi, le dirigeant libyen qui a été évincé et sauvagement assassiné, après avoir été sodomisé par les rebelles après sa capture en Octobre 2011. L'analyse détaillée par Global Post de l'agression sexuelle du chef de l'un des pays les plus importants de l'Afrique a été publié par CBS News et par d'autres médias. Les cas de viols ont fortement augmenté en Libye où 1700 milices (selon la BBC) opère maintenant dans ce pays arabe détruit.

Lévy, qui parfois semble être l'avocat de la guerre la plus visible de l'Occident (en Libye), a largement disparu du contexte libyen. Il est peut-être en train d'attiser des troubles dans un autre endroit du monde au nom de sa philosophie douteuse. Sa mission en Libye, qui est à présent dans un état bien pire qu'elle ne l'a jamais été sous le règne de Kadhafi, a été accomplie. « Le dictateur diabolique » a été vaincu, et c'est fini. Peu importe que le pays soit aujourd'hui divisé entre tribus et milices, et que le Premier ministre "post-démocratique" Ali Zeidan ait été récemment enlevé par une milice indisciplinée avant d'être libérée par une autre .

En Mars 2011, Lévy a décidé de se rendre à Benghazi pour « engager » les insurgés de la Libye à combattre. Ce fut un moment déterminant, car c'est ce type de médiation qui a renforcé le pouvoir des groupes armés pour transformer un soulèvement régional en une guerre tous azimuts impliquant l'OTAN. Armés grâce à une mauvaise interprétation volontaire de la résolution 1973 de l'ONU, du 17 mars 2011, l'OTAN a mené une offensive militaire majeure sur un pays aux défenses aériennes précaires avec une armée mal équipée. Les pays occidentaux ont organisé des livraisons massives d'armes à des groupes rebelles libyens au nom de la soit-disante prévention des massacres que les loyalistes de Kadhafi auraient été sur le point de réaliser. Les massacres ont bien été effectués, mais pas de la manière dont les «interventionnistes humanitaires» occidentaux l'ont suggéré. Le dernier fut simplement réalisé il y a quelques jours (15 novembre) lorsque 31 personnes ont été tuées et 235 autres ont été blessées par des miliciens qui ont joyeusement ouvert le feu sur des manifestants pacifiques à Tripoli qui exigaient que les miliciens de Misrata quittent leur ville.


Ce sont ceux-là mêmes que Lévy et ses semblables ont soutenu pendant de nombreuses heures au travers d'un lobbying en leur faveur. Une des plus grandes réalisations de Lévy en Libye fut de favoriser la reconnaissance internationale du Conseil national de transition (CNT ). La France et d'autres pays ont mené une campagne pour promouvoir le CNT comme une alternative à l'Etat institué par Kadhafi, que l'OTAN a systématiquement détruit.

Dans son interview au New York Magazine, Lévy a été cité : "parfois, vous êtes habités par des intuitions qui ne sont pas claires pour vous." Cette déclaration faisait référence à la révélation supposée qu'avait faite le «philosophe» le 23 févr 2011, quand il regardait à la télévision les images des forces de Kadhafi menaçant de noyer Benghazi dans des "rivières de sang" (Il n'y eu jamais de massacre par les forces loyalistes à Kadhafi à Benghazi, ndlr).

Loin des ses intuitions obscures, l'agenda de Lévy est celui d'un politicien idéologue, soutenant la version française des néo-conservateurs états-uniens pour organiser une guerre dévastatrice en Irak avec toutes sortes de raisonnements moralement et philosophiquement frauduleux. Pour eux, il s'agissait avant tout d'une guerre pour « la sécurité » d'Israël, avec d'autres intérêts cachés. L'héritage de Lévy est en fait calqué sur ce même agenda.


L'extrême-droite israélienne est fascinée par Levy. La célébration par le Jerusalem Post de son influence mondiale est en fait résumée dans cette citation : " Un philosophe français et l'un des leaders du mouvement de la Nouvelle Philosophie qui a dit que les Juifs devaient donner une voix morale unique au monde" Mais la morale n'a rien à voir avec cela. Les exploits philosophiques de l'homme semblent cibler exclusivement les musulmans et leurs cultures." Le voile est une invitation à violer", a-t-il déclaré à Jewish Chronicle en 2006 .

La philosophie pour Lévy semble être parfaitement conçue pour se calquer sur un agenda politique faisant la promotion des interventions militaires. Son plaidoyer a contribué à détruire la Libye, mais ne l'empêche pas d'écrire un livre sur la Libye et "le printemps arabe". Il a parlé du voile comme une invitation au viol, tout en ne disant rien sur de nombreux cas de viols signalés en Libye après la guerre de l'OTAN. En mai 2011, il fut l'un de ceux qui ont défendu le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, lorsque celui-ci a été accusé d'avoir violé une femme de chambre à New York. C'était une «conspiration» dit-il, dans laquelle la femme de chambre avait pris part.


On pourrait peut-être comprendre la haine de Lévy pour les dictateurs et les criminels de guerre, après tout, Kadhafi n'était pas un champion des droits de l'homme. Mais Lévy n'est pas un philosophe. Un élément fondamental de toute véritable philosophie est sa cohérence morale. Lévy n'en a pas. Une semaine après que le Jerusalem Post ait célébré l'influence de Lévy dans le monde, le quotidien israélien Haaretz a révélé son soutien à l'armée israélienne.

Bernard Henri Lévy a déclaré : "Je n'ai jamais vu une armée aussi démocratique que l'armée israélienne". Ces déclarations ont constitué le titre, du 30 mai 2010, d'une conférence sur la " démocratie et ses défis" à Tel-Aviv . "Je n'ai jamais vu une armée démocratique, qui se pose autant de questions morales. Il y a quelque chose d'extraordinairement vital dans la démocratie israélienne." Compte tenu des guerres et des massacres menés par l'armée israélienne contre la bande de Gaza en 2008-2009 et 2012, il n'y a pas de mots pour décrire la cécité morale de Lévy et sa philosophie erronée. En fait, il est certain que ni la moralité ni la philosophie ont à voir avec Lévy et sa quête incessante de la guerre.


Ramzy Baroud ( www.ramzybaroud.net ) est un consultant en médias, un chroniqueur international et rédacteur en chef de Palestine Chronicle.com . Son dernier livre s'intitule : Mon père était un combattant de la liberté : l'histoire non révélée de Gaza ( Pluto Press).

Traduction SLT.

commentaires

Haut de page