Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bolloré de retour au port de Dakar, revanche sur Dubaï Port World et la famille Wade (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 19 Novembre 2013, 09:39 Bolloré Sénégal Françafrique France

Bolloré de retour au port de Dakar, revanche sur Dubaï Port World et la famille Wade (Blog Finance)
Bolloré de retour au port de Dakar, revanche sur Dubaï Port World et la famille Wade

Elisabeth Studer – 17 novembre 2013 – www.leblogfinance.com



Décidément Bolloré a le vent en poupe sur les terres africaines !

Après avoir été retenu il y a quelques jours comme partenaire « stratégique » par le Bénin et le Niger pour le projet de prolongement du chemin de fer entre les deux pays, le groupe français vient d’être réhabilité au Port Autonome de Dakar (PAD) au Sénégal. Une revanche en quelque sorte alors qu’il en avait été évincé en 2007 pour la gestion du terminal à container.

Selon la presse sénégalaise, le Conseil d’administration du PAD vient en effet de confier à Bolloré la gestion du terminal « Roro », évoquant un juste retour des choses « après une injustice au profit de Dubaï Port World» .

Le Conseil d’administration a parallèlement sanctionné Ndiakou Mbengue, responsable du syndicat des entreprises de manutention des Ports du Sénégal et Directeur de MTL – spécialisé dans la manutention – par une exclusion. Et ce, pour tentatives de déstabilisations. De multiples sources d’informations font ainsi allusion à des tentatives de sabotage et de blocage au retour de Bolloré et à l’entrée de Necotrans.

Parallèlement, le terminal de « Vaquier » a été confié à la société française Necotram, laquelle a prévu d’injecter 48 milliards de FCfa pour la modernisation du Port.

Rappelons que la Cour des Comptes sénégalaise et l’Inspection Générale d’Etat (IGE) ont dénoncé l’irrégularité de la commission chargée du processus de passation des marchés et le versement du ticket d’entrée. Toutes deux pointant du doigt la procédure de signature du contrat établi entre les autorités du Port, Dubai Port World et l’ancien Président sénégalais Wade.

Des irrégularités que viennent désormais de réparer le nouveau gouvernement de Macky Sall. Les directeurs de Bolloré Africa Logistics et Bolloré Sénégal ont ainsi été reçus en audience par la Première ministre Aminata Touré en présence du Directeur du PAD Cheikh kanté en vue « d’accompagner l’Etat dans le processus d’investissement à tous les niveaux».

En octobre 2007, une concession des terminaux à conteneurs du port de Dakar avait été accordé à Dubai Ports World pour une durée de 25 ans. La société étant alors chargée d’assurer la gestion et l’exploitation des terminaux à conteneurs déjà en service mais également la construction et l’équipement du « Port du futur », une extension du port. Le choix de DP World, établi à l’issue d’un appel d’offres international, « a été essentiellement motivé par la qualité exceptionnelle de son offre, tant au plan technique que financier », avait alors précisé le directeur général du Port autonome de Dakar Bara Sady.

Le groupe français Bolloré, présent depuis plus de 80 ans au Sénégal, avait très vite dénoncé un « manque de transparence », estimant avoir été disqualifié alors qu’il présentait l’offre la plus élevée, d’un point de vue financier. Il avait déposé deux recours auprès du ministère sénégalais de l’Economie maritime mais avait été débouté. Le responsable du port avait précisé en retour que les gestionnaires actuels du port à conteneurs, dont Bolloré et Maersk, avaient reçu un préavis de trois mois, expirant à la mi-décembre, pour enlever leurs installations, DP World entamant ses activités au 1er janvier.

DP World s’était alors engagé à investir 333 milliards de FCFA (507 millions d’euros), dont 250 milliards de FCFA (381 millions d’euros) pour le port du futur, selon la direction du port.

En 2011, alors que les émeutes qui avaient enflammé la ville de Dakar avaient conduit Karim, le fils du président alors en exercice, Abdoulaye Wade, à appeler la France au secours, afin que Paris accepte de faire intervenir les militaires français basé sur place pour contenir la révolte, nous avions rappelé que le « publicitaire » dudit Karim Wade n’était autre que le – nouveau – mari de Cécilia, Richard Attias, «l’ancien » étant, comme chacun sait, Nicolas Sarkozy en personne.

Ajoutant que Karim Wade et Attias souhaitaient tout deux faire de Dakar le Dubaï de l’Afrique du Nord. Y compris en transformant l’aéroport actuel en un aéroport privé avec pour objectif de faire de la zone un méga centre d’affaires, tout en créant le nouvel aéroport international Blaise Diagne via Saudi Bin Laden. Une convention de financement à hauteur de 265 milliards FCFA (soit 406 millions d’Euros) ayant été signée à Dakar avec un pool bancaire établi autour des financiers Blackpearl (ex BMCE Capital) et BNP Paribas.

Quant aux « espoirs » de Karim Wade de voir Sarkozy autoriser une éventuelle intervention militaire française à Dakar, le site Backchich en avait fait un excellent résumé, indiquant « qu’entre le président français et le conseiller spécial – et néanmoins fiston du président sénégalais – Karim Wade, les sujets de désaccords n’ont jamais manqué ».

Bakchich en dressant la liste avec « compassion » : « la perte du port de Dakar par Bolloré, les embardées de Papa Wade contre l’Union Méditerranéenne ou la politique migratoire de la France » … Et, cerise sur la gâteau : « les liens de business » de Karim avec Richard Attias, désormais mari de Cécilia ex-Sarkozy, « auquel Karim a gentiment servi de guide commercial à Dubaï ».

Sources : Afrik.com, Reuters, L’Express, Presse sénégalaise

Elisabeth Studer – 17 novembre 2013 – www.leblogfinance.com

commentaires

Haut de page