Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le miracle économique du Ghana (Les Affaires)

par François Normand 15 Novembre 2013, 11:50 Ghana économie Afrique

Le miracle économique du Ghana (Les Affaires)

Les Affaires Le miracle économique du Ghana
par François Normand

Le Ghana est un « success story » en Afrique sub-saharienne. Ce pays affiche non seulement une stabilité politique qui fait l’envie du continent africain, mais il a aussi développé l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique.

« Par rapport à ses pairs d’Afrique sub-saharienne, le Ghana a accompli des gains économiques significatifs depuis le retour à la démocratie en 1992 », souligne Michael Fini, analyste en géopolitique à la Financière Banque Nationale dans une récente note sur ce pays de 25 millions d’habitants.

En 2012, le Ghana a enregistré une croissance économique de 7 %, soit supérieure à la hausse moyenne des économies émergentes asiatiques, de 6,5 %, selon le Fonds monétaire international. Et si le Ghana fait moins bien que la Chine (son PIB a cru de 7,8 % l’an dernier), son secteur des services est toutefois plus développé que celui dans l’Empire du milieu.

L’an dernier, ce secteur pesait pour la moitié de l’économie du Ghana par rapport à 45 % en Chine, selon les estimations de la CIA, l’agence américaine du renseignement. En revanche, le secteur de l’agriculture représente le cinquième du PIB ghanéen. Le pays est d’ailleurs le deuxième producteur mondial de cacao.

Le Ghana, un pays anglophone qui a gagné son indépendance en 1957, est un important partenaire économique du Canada en Afrique sub-saharienne. Nous y exportons principalement du blé et des véhicules automobiles.

Voitures et téléphones

Le dynamisme du secteur automobile dans ce pays est d’ailleurs un signe de prospérité économique, souligne Micheal Fini. Depuis 2007, le nombre de propriétaires de voitures a bondi de 87 %. La moitié de la population possède aussi un téléphone cellulaire.

Ce dynamisme est contagieux, car il incite des Ghanéens instruits expatriés à retourner au bercail pour y travailler. Ces jeunes contribuent ainsi à la croissance économique du pays. Même si elle demeure modeste, la classe moyenne s’élargit rapidement au Ghana. Elle forme 20 % de la population, soit cinq millions de consommateurs.

Malgré tout, Exportation et développement Canada (EDC) estime que les meilleures occasions d’affaires pour nos entreprises se trouvent dans les secteurs de la construction et des infrastructures, de l’électricité, des mines et des métaux, de même que du pétrole et du gaz naturel.

« Le secteur des infrastructures est particulièrement dynamique, dit Diane Belliveau, directrice régionale, Afrique, chez EDC. Le pays doit notamment construire des routes, des écoles, des hôpitaux. »

Dans le secteur minier, la société canadienne Kinross Gold Corporation exploite un gisement d’or dans le sud-ouest du pays. Pour sa part, la firme américaine Aecom Technology (ingénierie, gestion de projets, etc.) est active dans le secteur du gaz naturel.

Il y a aussi des projets pour produire de l’électricité à partir de centrales thermiques et de centrales hydroélectriques. La Chine finance certains de ces projets par la China Development Bank et la China Exim Bank. « Le financement des projets énergétiques représente tout un défi pour le gouvernement », précise Diane Bélliveau d’EDC.

Des points faibles

Malgré son dynamisme et son potentiel, le Ghana a des points faibles, selon les analystes de Coface, une firme française assurant les risques commerciaux des entreprises à l’étranger.

Le pays dépend des matières premières (cacao, or, pétrole), les entreprises publiques sont fragiles financièrement, et les infrastructures de transport et d’énergie sont défaillantes.

Sur le plan politique, le pays n’est pas non plus à l’abri de tensions interculturelles entre le sud, plus développé et chrétien, et le nord, pauvre et musulman. «Les inégalités nord-sud risquent de persister, avec les recettes pétrolières qui profiteront probablement davantage aux populeuses villes du sud», note Michael Fini.

Le Ghana en bref...

Population: 25 millions d’habitants

Croissance du PIB en 2012: 7 %

PIB: 39 G$ US

PIB par habitant (calculé sur la parité du pouvoir d’achat): 3 400 $ US

Composition de l’économie: agriculture (22,7 %), industrie (27,3 %), services (50 %)

François Normand

commentaires

Haut de page