Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ouattara perd le soutien du britannique Armajaro

par Franck Toti 15 Novembre 2013, 10:01 Côte d'Ivoire Ouattara Armajaro

Ouattara perd le soutien du britannique Armajaro

Ouattara perd le soutien du britannique Armajaro
par Franck Toti
Le Nouveau Courrier

L’entreprise britannique Armajaro, spécialisée dans le négoce du café-cacao, très proche du couple Ouattara et qui employait le fils de Dominique Ouattara, a décidé de fermer «boutique» et céder ses activités à Ecom Agroindustrial, une autre entreprise de négoce basée e
n Suisse.

Depuis la prise de pouvoir d’Alassane Ouattara, et sa réforme de la filière café-cacao, l’entreprise britannique de négoce de café-cacao, Armajaro, dans laquelle Loïc Folloroux, fils de Dominique Ouattara était engagé en tant que Directeur Afrique, ne s’est véritablement plus retrouvée.

Et pourtant, c’est bien Armajaro qui, comme à la veille de la rébellion de septembre 2002 et comme s’il avait prévu la crise postélectorale, avait acheté en très grande quantité (240 000 tonnes) le cacao ivoirien pour le stocker. Afin de faire monter les cours sur le marché international. Lui permettant ainsi de réaliser juste à la fin de la crise postélectorale en septembre 2011 un bénéfice net de près de 8 milliards de Fcfa (soit 15,4 millions de dollars Us).

Cela avait permis au négociant britannique de faire un énorme bénéfice à la fin de la crise postélectorale. Curieusement, alors qu’Armajaro devrait mieux se sentir depuis que Ouattara est aux affaires, pour «services rendus» notamment à la «cause commune», c’est bien le contraire qui a été constaté. Les sujets de discorde entre Ouattara et l’entreprise de son «fils» Loïc Folloroux portent principalement sur la réforme du café-cacao, avec la mise en place du Conseil du Café-cacao (Ccc).

Comment le partage du «Gateau» a divisé les «alliés» d’hier

«Pour la société britannique, cofondée par Anthony Ward et dirigée notamment par Loïc Folloroux (fils de Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire), le pays a perdu de son intérêt depuis la réforme entrée en vigueur il y a un an», rapporte le site jeuneafrique.com. Puisque l’année 2012 a été difficile pour Armajaro. Selon Jeune Afrique, le négociant a enregistré une perte nette de 10,3 millions de dollars, soit 5 milliards de Fcfa, à la fin septembre 2012.

Conséquence, le Trader britannique a boudé cette campagne café-cacao 2013-2014. Selon lui, les autorités ivoiriennes, à travers le Conseil café-cacao, sous-estiment les charges de transport entre le champ et l’usine et réduit la marge des opérateurs. Pour Armajaro, les charges imposées par le régime Ouattara ne sont pas de nature à arranger leurs affaires. Surtout qu’en à peine un an de pouvoir de Ouattara que le négociant britannique perd plusieurs milliards de Fcfa. Conséquence de cette mésentente entre «alliés» dans le partage du gâteau, l’entreprise a décidé de se retirer du négoce du café-cacao. Surtout que sous Ouattara, il ne peut plus prétendre à des bénéfices extralarges en Côte d’Ivoire, le premier producteur mondial de cacao.

Armajaro se retire du Café-cacao

Selon le quotidien économique britannique The Financial Times, cité par le site de Jeune Afrique, l'entreprise s'apprête à céder Armajaro Trading group, sa branche en charge des activités de courtage dans les matières premières "soft" (cacao, café et sucre notamment), à Ecom Agroindustrial, une maison de négoce familiale basée en Suisse. «Les détails de la transaction n'ont pas été divulgués, mais les deux entreprises sont entrées en négociations exclusives le 8 novembre 2013. Armajaro Trading serait valorisé entre 200 et 300 millions de dollars, soit entre 100 milliards de Fcfa et 150 milliards de Fcfa», relève le site.

Frank Toti

commentaires

Haut de page