Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« votre nom, ça fait pas un peu racaille, non ? » Un dérapage raciste du Ministre du Travail, Michel SAPIN

par Bellaciao 20 Décembre 2013, 09:49 Racisme Michel Sapin

« votre nom, ça fait pas un peu racaille, non ? » Un dérapage raciste du Ministre du Travail, Michel SAPIN
Un dérapage raciste du Ministre du Travail, Michel SAPIN
Bellaciao


Grave dérapage de M. SAPIN

Une opération de communication sur le dos des IET… Le 3 décembre 2013, la promotion 2012 des Inspecteurs élèves du Travail s’est faite invitée/convoquée au Ministère du Travail pour une cérémonie de remise des cartes professionnelles, venant clore les 15 premiers mois de la formation initiale. Plan Sapin oblige, le ministre en personne était présent pour pouvoir faire de « l’événement » un moment de communication personnelle, alors que sa réforme peine grandement à trouver une légitimité au sein des services (mouvements de protestations des agents, pas d’avis favorables au CTM, réserves du CNIT). Et pour que cette opération de communication soit réussie, pour avoir de belles photos à mettre sur le site du ministère, il fallait que TOUS les IET soient présents. Aux quelques rabat-joies, qui manifestement n’avaient pas compris l’honneur qui leur été fait, faisant remarquer que ce déplacement impliquait pour certains presque 12 heures de trajet sur deux jours plus une nuit d’hôtel aux frais du contribuable, la DAGEMO (pardon la DRH) a clairement répondu : « c’est une obligation de service, toute absence devra être justifiée ». Plus d’argent dans les caisses, sauf quand Sapin se paye une opération de communication. Les IET avaient été prévenus par courriel : le ministre sera là, soyez présents un quart d’heure à l’avance. Un petit goût de féodalité en République…

… et Sapin en dérapage incontrôlé ! Au ministère, sous les dorures, buffet et petits fours, toute la noblesse ministérielle se presse pour s’enivrer des paroles du ministre : Combrexelle, Calves, Wargon, De Taillac et compagnie. Un discours bien ronflant, invoquant un rapport du BIT de 1981. Apparemment, il a fallu piocher loin dans les archives pour trouver des références du BIT qui collent à la vision ministérielle (Fort(e) !) de l’Inspecteur du Travail, qui doit « se montrer apte au raisonnement économique » ou encore être « le conseiller naturel des employeurs ». Bref, jusqu’ici rien de bien étonnant de la part de notre Cher Leader. S’ensuit une remise des cartes de la main du ministre, où chacun défile un par un, à l’appel de son nom, avec une pose pour la photo du service de « com » du ministère.

Et c’est là que Sapin dérape… Une première fois, à la lecture des nom et prénom d’une collègue d’origine africaine, il lâche débonnaire « vous, je vous avais reconnu ». Eh oui ! C’est vrai que Jacquelines, ça aurait plus prêté à confusion ! Puis, une deuxième fois, alors qu’il avait renoncé à le prononcer lui-même, le Ministre ne peut retenir, tout sourire, à l’évocation du patronyme d’origine maghrébine d’un autre collègue, jouant sur la proximité phonétique des deux noms (et donc aussi sur le cliché du fils d’immigré délinquant), un brillant « votre nom, ça fait pas un peu racaille, non ? »… Troisième et dernière saillie, pour conclure son show à la Michel Leeb, le Ministre ajoute au moment de la photo collective (toujours à destination du collègue au patronyme d’origine maghrébine) : « mettez-vous devant, il faut qu’on vous voit ». Chacun jugera ce qu’il faut penser de l’humour du ministre. Nous nous indignons de ce type de propos et d’humour, qui ont pour effet de stigmatiser l’origine de certains collègues. Qui plus est lors d’une cérémonie publique, venue symboliser l’aboutissement d’un parcours de formation fastidieux, et devant tous les représentants de l’administration centrale du travail ! Les IET 2012 ont écrit au Ministre Michel SAPIN pour condamner ces propos. Nos organisations syndicales condamnent ces propos et comportements inadmissibles.

Le 17 décembre 2013.

"Cela fait un peu racaille", les propos "inadmissibles" de Michel Sapin

Dépêche.fr

Les inspecteurs du travail sont en colère après Michel Sapin. Selon eux, le ministre du Travail a tenu des propos "inadmissibles" à l'égard d'un de leurs collègues lors de la cérémonie de remise de leurs cartes profesionnelles.

Les inspecteurs de la promotion 2012 lui reprochent d'avoir fait rimer le nom à consonnance étrangère d'un de leur collègues avec "racaille". "Lors de la remise de la carte professionnelle de notre collègue (...), vous avez, après avoir pris connaissance de son nom et de son prénom sur sa carte, déclaré, nous vous citons : 'cela fait un peu racaille'", dans un texte du 13 décembre adressé à Michel Sapin. "Ces propos tenus le 3 décembre 2013 dans le cadre d'une cérémonie solennelle" au ministère du Travail sont "inadmissibles pour notre collègue et pour chacun d'entre nous", font-ils valoir.

Un "mot d'humour"

Le ministre a réagi en indiquant aux inspecteurs avoir "été informé que circule un courrier (que je n'ai pas reçu) ou projet de courrier (...) me reprochant une parole qui aurait touché ou blessé une personne et une partie de l'assistance de cette cérémonie". "Si le mot d'humour - qui du moins se voulait tel - que j'ai prononcé a en effet blessé Monsieur (...) et vous-mêmes, croyez bien que je suis sincèrement désolé et recevez immédiatement mes excuses", a-t-il écrit aux inspecteurs, soulignant que ses propos étaient dénués de "toute pensée insultante"

Plusieurs des 38 signataires ont fait savoir que ce courrier n'était pas destiné à être mis sur la place publique, déplorant sa diffusion.
Dans ce texte, ils soulignent que "face à la pression des circonstances et de la hiérarchie, notre collègue n'a pas eu d'autre choix que de prendre sa carte en faisant bonne figure". "Pour autant, nous ne pouvons accepter un tel jeu de mot avec le nom de famille de notre collègue", poursuivent-ils, d'autant que le terme "racaille", renvoie "à une formule, récemment utilisée dans notre histoire politique française, proposant de s'en 'débarrasser'".
"Dans un contexte d'une société en tension, chacun doit s'appliquer avec rigueur à ne pas alimenter les préjugés et les confusions que malheureusement notre société porte en elle", ajoutent les inspecteurs, estimant qu'étant au plus haut de l'Etat la reponsabilité de Michel Sapin "est d'autant plus grande".

De son côté, le ministre indique que ce mot se voulait "précisément un clin d'oeil amical" vu "l'usage qui en a été fait en d'autres circonstances par un responsable politique que j'ai combattu", qui lui "donnait un sens - au premier degré cette fois - en effet détestable". Michel Sapin a par ailleurs souligné avoir "personnellement appelé" l'inspecteur en question pour s'expliquer "de vive voix avec lui". Ce dernier a confirmé l'entretien avec Michel Sapin qui a "pris acte et s'est excusé", l'inspecteur jugeant que "l'incident est clos".

commentaires

Haut de page