Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE : La Commission Européenne met la pression sur l’Afrique, le Parlement s’érige en bouclier (Bilaterals.org)

par Yaye Moussou TRAORE 4 Décembre 2013, 19:12 APE UE

ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE : La Commission Européenne met la pression sur l’Afrique, le Parlement s’érige en bouclier (Bilaterals.org)
ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE : La Commission Européenne met la pression sur l’Afrique, le Parlement s’érige en bouclier.
Bilateral.org
Yaye Moussou TRAORE

Les députés du parlement européen ont voté, le Mercredi 12 Septembre dernier, une résolution législative prolongeant, de 2014 à 2016, la date butoir fixée par la commission européenne, pour retirer les préférences commerciales aux pays (la Côte d’Ivoire, le Ghana, par exemple) qui ont signé un Ape intérimaire, avec l’Union Européenne, mais qui ne l’auront pas ratifié à cette date. C’est dans cette dynamique qu’Enda a lancé un appel aux populations et autorités africaines à appuyer l’engagement du parlement européen. Cette résolution fait suite à un appel lancé par les ministres africains du commerce, le 11 Novembre 2011, à leurs homologues européens et aux hautes autorités de l’Europe, à demander à la commission européenne d’arrêter la pression et de donner plus de flexibilité et de temps à ces pays, afin qu’ils puissent continuer tranquillement.

L’Union Européenne a demandé aux pays qui ont paraphé les Ape en 2007, de mettre en œuvre le protocole d’accord, au plus tard en 2014 et menace de leur retirer leur préférence commerciale en Europe, en cas de refus. Parmi ces pays, figurent le Ghana et la Côte d’Ivoire dont la libéralisation de leurs marchés avec l’Union Européenne, pourrait porter un grand préjudice à l’Afrique de l’Ouest, a appris, à la presse, Cheikh Tidiane Dièye, le Directeur exécutif du Centre Africain pour le Commerce, l’Intégration et le Développement (Cacid).

« C’est cet appel qui a été entendu, non pas par la commission européenne, qui ne se soucie qu’à préserver les intérêts de l’Europe, mais par le parlement qui a plus de sagesse et qui, à travers une résolution législative votée cette semaine, a demandé à la commission européenne de repousser les délais, de 2014 à 2016, ce qui donnera à la Côte D’Ivoire et aux autres pays signataires de l’Ape, quatre années supplémentaires », a précisé M. Dièye.

Pour rappel, en 2007, trente six pays Acp avaient continué à bénéficier de l’accès au marché européen, à travers le règlement européen (Ec), en dépit du fait que la plupart d’entre d’eux n’avaient pas ratifié et mis en œuvre leur Ape intérimaire. Et en ce jour, huit d’entre eux n’ont toujours pas encore pris les mesures nécessaires, pour ratifier et mettre en œuvre leur Ape, pour diverses raisons, indique-t-on dans un document remis à la presse. Cheikh Tidiane Dièye a précisé, dans son exposé, que la Commission européenne demande la libéralisation de plus de parts de marchés africains, alors que l’intégration africaine et la coopération sud-sud est ce dont « notre » continent a le plus besoin.

commentaires

Haut de page