Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centrafrique, Mali : le délicat financement des "opex" de l'armée française (Afriquinfos)

par Afriquinfos 18 Décembre 2013, 21:29 France Françafrique Centrafrique Opex Financement Armée française Sangaris

Centrafrique, Mali : le délicat financement des "opex" de l'armée française (Afriquinfos)
Centrafrique, Mali : le délicat financement des "opex" de l'armée française
Afriquinfos

PARIS - L'intervention française en Centrafrique, moins d'un an après celle déclenchée au Mali, ranime le débat autour du financement des opérations extérieures de l'armée française, exercice budgétaire toujours délicat dont les dépenses d'équipement de la Défense sont la victime favorite.

L'opération Sangaris, déclenchée le 5 décembre pour rétablir la situation à Bangui, "n'est pas financée. Cela va coûter 100 millions d'euros à la France, il faut le dire", affirme Hervé Morin, ex-ministre de la Défense et député (NC) de l'Eure.

Au sommet de l’État, on évoque une somme d'environ 150 millions en prenant comme hypothèse une année d'intervention. "Ce n'est pas cette somme qui en soi pose problème", assure-t-on à l'Elysée.

Souvent décidées dans l'urgence, les opérations extérieures de l'armée épousent mal le calendrier budgétaire. Pour le Mali, l'opération Serval, dont la Cour des comptes évaluait fin novembre le coût total à 647 millions d'euros, a été déclenchée le 11 janvier. Soit quelques jours après la promulgation du budget 2013 qui prévoyait une enveloppe de 630 millions d'euros pour les "opex".

Résultat: en 2013, "la consommation réelle de crédit est de 1,2 milliards d'euros. Il a donc pratiquement fallu doubler la mise", souligne Gilles Carrez, président (UMP) de la Commission des finances de l'Assemblée. Pour 2014, "alors qu'on est au Mali et depuis quelques jours en Centrafrique, l'inscription en loi de finances initiale est de 450 millions d'euros. Il est d'ores et déjà évident que ce montant représente à peine la moitié, peut-être même le tiers de ce dont nous aurons besoin en 2014", s'inquiète-t-il.

Le surcoût des "opex" (8.450 militaires actuellement concernés sur les différents théâtres) est d'abord financé par une ligne inscrite dans le budget initial. Cette somme de 450 millions d'euros pour 2014 correspond à celle inscrite dans la loi de programmation militaire 2014-2018 qui vient d'être adoptée par le parlement. Le reste fait en cours d'année l'objet d'un financement interministériel.

"Enfumage budgétaire"

Ce second mécanisme met les "opex" à l'abri des problèmes de financement. Mais en pratique, ces opérations forcément coûteuses font une autre victime régulière: les crédits d'équipement du ministère de la Défense...
Lire la suite

commentaires

Haut de page