Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la dictature ougandaise, on destitue le maire de Kampala et on arrête les journalistes couvrant les faits

par Sam La Touch 1 Décembre 2013, 18:18 Ouganda Afrique Liberté de la presse Lukwago Kamagu Répression policière Journalistes Kampala Articles de Sam La Touch

Dans la dictature ougandaise, on destitue le maire de Kampala et on arrête  les journalistes couvrant les faits
Dans la dictature ougandaise, on destitue le maire de Kampala et on arrête les journalistes couvrant les faits

Rappel de la situation :

Le maire de Kampala, Lukwago, a été destitué par le pouvoir dictatorial de Museveni et les journalistes qui ont osé l'interviewé après sa destitution ont été arrêtés par la police. La destitution de Lukwago serait une tentative du parti de Museveni de s'imposer par la force et de préparer le terrain avant les élections présidentielles de 2016. Le dictateur Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 27 ans aurait l'intention de se représenter.

- Ugandan police arrest journalists in escalating crackdown on free expression 

Three journalists arrested at Wandegeya Police Station in a day

par Human Rights Network for Journalists - Uganda (HRNJ - Ouganda)

Trois journalistes ont été arrêtés par la police et emprisonnés à la station de Wandegeya à Kampala. L'un d'eux, Kisuule Richard aka Kamagu, un animateur de radio, a été arrêté à Top Radio à Bwaise dans la banlieue de Kampala pour avoir interviewé un politicien de l'opposition (Lukwago, maire destitué par le pouvoir en place). Il a été accusé d'incitation à la violence, et a été transféré au poste central de la police (CPS ) à Kampala pour réduire les protestations croissantes des journalistes qui ont manifesté devant de la station en solidarité avec leurs collègues.

Le directeur de la station Top Radio, Nicolas Nyombi a dit qu'il a reçu des ordres de son patron émanant de l'organisme de réglementation de radiodiffusion, la Commission de Communication de l'Ouganda (UCC), qui a ordonné de cesser immédiatement le long talk-show d'une heure qui n'avait débuté que depuis 25 minutes au risque que la station de radio soit fermée.

Le Commissaire des crimes médiatiques à la Direction du renseignement ( CIID ), Simon Kuteesa a déclaré que Kamagu avait été arrêté pour incitation à la violence.

Les autres journalistes arrêtés sont Mulindwa Mukasa - le président du comité du Réseau des droits de l'homme pour les journalistes en Ouganda ( HRNJ - Ouganda ) - et Halima Uthman de la Radio Network Ouganda (URN), qui a été accusée d'avoir pris une photo de Kamagu assis dans l'une des cellules de la station de police. Elle a cependant été libérée sans charge retenue contre elle.

Mulindwa est en détention à la station de police de Wandegeya. Le commandant de la station de police, Tusingwire, a déclaré qu'il était susceptible de l'accuser "d'obstruction ou de désobéissance aux ordres légitimes", ajoutant "je le libérerai s'il supprime une photo de moi qu'il a pris". Mulindwa, qui est représenté par l'avocat ougandais de HRNJ, Diana Nandudu, va faire prochainement une déclaration.

Ces arrestations interviennent un jour après que près de 20 journalistes ont été empêchés d'accéder au City Hall pour couvrir la destitution controversée du maire de la ville, Erias Lukwago, et à peine une semaine depuis que le représentant du président dans la ville, Samwel Mpimbaza Hashaka a écrit une lettre avertissant le centre des médias de ne pas héberger Lukwago, un membre de l'opposition.


Human Rights Network for Journalists - Uganda

Traduction SLT

Dans la dictature ougandaise, on destitue le maire de Kampala et on arrête  les journalistes couvrant les faits

commentaires

Haut de page