Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du Centrafrique au Cameroun : une recolonisation française de l'Afrique au prétexte de la lutte contre l'islamo-terrorisme

par Sam La Touch 3 Décembre 2013, 13:16 Cameroun Centrafrique France Armée française Colonialisme Recolonisation Articles de Sam La Touch

Du Centrafrique au Cameroun : une recolonisation française de l'Afrique au prétexte de la lutte contre l'islamo-terrorisme
Du Centrafrique au Cameroun : une recolonisation française de l'Afrique au prétexte de la lutte contre l'islamo-terrorisme

En juin 2013, l'agence Xinhua (Un hélicoptère français en mission de reconnaissance à l'est-Cameroun) signalait que l'armée française effectuait des manoeuvres au Cameroun en vue d'installer une base militaire pour lutter contre "l'islamo-terrorisme" qu'elle a pourtant contribuer à installer en Libye en soutenant les islamistes contre Kadhafi et qui ont irradié depuis au Mali et en Centrafrique.

On savait que les groupes islamo-terroristes avaient combattu auprès des forces spéciales françaises en Libye pour faire chuter Kadhafi et qu'ils avaient servi de prétexte à l'armée française pour recoloniser le Mali. Il semblerait que la France au prétexte de lutter contre les troupes de la Séléka - qu'elle a pourtant soutenu en Centrafrique en les laissant violer l'accord de paix pour installer ses leaders politiques à Bangui en mars 2013 avec la complicité passive de l''armée française - ait déployé des centaines de militaires français au Cameroun.

"Le Bpc Dixmude, un bâtiment de projection et de commandement français mouille actuellement au port de Douala avec à son bord environ 350 hommes et du matériel militaire (combat et logistique) dont des hélicoptères. Arrivé jeudi dernier, ce contingent en provenance de Toulon attend des ordres précis pour se déployer en Centrafrique dans le cadre de l’opération de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). L’arrivée de ce batiment militaire dans les côtes camerounaises participe de la mise en place de mesures conservatoires que l’armée française est en train de prendre pour se déployer en Centrafrique, en attendant que le Conseil de sécurité des Nations-Unies adopte une résolution, notamment avec un mandat placé sous le chapitre 7 (celui autorisant notamment l’emploi de la force)...Selon des sources généralement bien informées au sein de l’état-major camerounais, l’objectif est avant tout de sécuriser le corridor Douala-Bangui qui est essentiel pour le ravitaillement de la Centrafrique. C’est pourquoi le Cameroun, ainsi que l’y engagent les textes internationaux ratifiés, a donné son accord pour que l’armée française puisse stationner ses hommes et son matériel sur son territoire pour cette opération" (Le Messager, 2.12.13. Crise en Centrafrique : l'armée française prend ses quartiers au Cameroun)

Les informations de Xinhua de juin 2013 (voir plus bas) semblent se confirmer. Elle prouve que l'Elysée et l'Etat-major français avait prévu d'intervenir en Centrafrique sans doute avant juin 2013. La France a-t-elle aussi l'intention d'installer une nouvelle base militaire dans sa dictature camerounaise où le dictateur Paul Biya règne depuis près de 30 ans ? Cela ne ferait que la ènième base militaire française en Afrique (Centrafrique, Mali, Côte d'Ivoire, Djibouti, Tchad, Niger, Sénégal, Gabon, ...). De la recolonisation de l'Afrique...

Xinhuanet Un hélicoptère français en mission de reconnaissance à l'est-Cameroun

2013-06-02

YAOUNDE, 1er juin (Xinhua) -- Un hélicoptère de l'armée française, de marque Puma, ayant à son bord six militaires français, a atterri samedi aux environs de 12 heures à l'aérodrome de Bertoua, chef-lieu de la région de l'est-Cameroun, pour de « reconnaissance des lieux en vue l'atterrissage imminente d'un plus gros avion », selon des sources militaires camerounaises.

Cette mission militaire française en provenance de l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, confirmée par un responsable de l'aérodrome de Bertoua, est également étayée par des habitants de la ville qui attestent « avoir vu ces militaires prendre des photos ».

Un message porté du chef d'état-major particulier du président de la République camerounaise (CEMP/PR), daté du 20 mai dernier, a instruit à certains ministères stratégiques et les services de renseignements de « faciliter la mission de reconnaissance de l'armée française qui va se dérouler du 28 au 29 mai 2013 », selon les sources.

Les sources sécuritaires ont confié à Xinhua qu'elles soupçonnent « un projet d'installation d'une base militaire par les Français pour mieux contrôler les flux des rebelles qui menacent la stabilité de l'Afrique centrale ».

Elles citent notamment les éléments de la rébellion Séléka qui s'est emparée du pouvoir en Centrafrique mars dernier et de la secte islamiste nigériane Boko Haram, suspectés de vouloir converger vers cette partie du Cameroun pour une opération déstabilisatrice du régime de Paul Biya comme le signalait le site français Médiapart au lendemain de la libération des 7 otages français enlevés en février dans l'Extrême-nord du pays.

commentaires

DANIEL 23/02/2015 16:39

LE CAMEROUN NE DEVRAI PAS Laissé S'INSTALLER UNE QUELCONQUE BASE MILITAIRE Française SOUS AUCUN Prétexte . à BON ENTENDEUR SALUE

Haut de page