Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impérialisme occidental - Qu'y-a-t-il derrière l'affaire Khodorkovski ? (Warandpeace)

par Warandpeace 26 Décembre 2013, 19:08 Russie USA OTAN Impérialisme Khodorkovsk

Impérialisme occidental - Qu'y-a-t-il derrière l'affaire Khodorkovski ? (Warandpeace)

Impérialisme occidental - Qu'y-a-t-il derrière l'affaire Khodorkovski ?
Warandpeace

Pour rappel et alors que Mikhaïl Khodorkovski vient d'être libéré, un texte de William Engdahl.

Le verdict définitif, prononcé par le tribunal russe à l'issu du procès de l'ancien oligarque du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, a soulevé de vives protestations de la part de l'administration Barak Obama et d'autres gouvernements du monde entier. Tous se sont empressés de qualifier le système judiciaire russe de tyrannique et pire encore. Mais la véritable raison, pour laquelle Poutine a fait arrêter et emprisonner l'ancien patron de la plus importante compagnie pétrolière géante privée IOUKOS, est toujours soigneusement passée sous silence lorsqu'on évoque l'histoire de l'oligarque.

Car, en réalité, le véritable crime de Khodorkovski n'est pas de s'être approprié frauduleusement une part des actifs de la Russie en échange d'une somme dérisoire à l'époque d'Eltsine où se sont faits les partages crapuleux. En réalité, le vrai crime, reproché à Mikhaïl Khodorkovski, est d'avoir été un élément clé dans une opération lancée par les services de renseignement occidentaux qui visait au démantèlement et à la destruction complète du dernier atout qui faisait encore de la Russie un état en mesure de fonctionner. Si l'on prend ces faits en considération, on peut dire que la justice russe a été, en l'occurrence, beaucoup plus clémente envers l'oligarque qu'on ne le sont les USA ou la Grande Bretagne quand ils condamnent leurs propres criminels jugés pour haute trahison. La prison d'Obama à Guantanamo, où se pratique la torture n'est qu'un exemple parmi d'autres du double langage de Washington.

Si l'on se réfère à l'article « politiquement correct » contenu dans Wikipédia, la compagnie pétrolière IOUKOS était une compagnie implantée en Russie sous le contrôle de l'oligarque russe Mikhaïl Khodorkovski depuis 2003. Khodorkovski avait été condamné et envoyé en prison.

IOUKOS était une des compagnies les plus importantes et les plus prospères dans les années 2000-2003. En 2003, à la suite d'un redressement d'impôts, le gouvernement de Russie a présenté à IOUKOS une série d'avis d'imposition qui se montaient à 27 milliards de dollars. Dans la mesure où, dans le même temps, les actifs d'IOUKOS étaient bloqués, la compagnie n'était pas en mesure de payer ces impôts. Le 1er août 2006, le tribunal russe déclarait IOUKOS en faillite. La majorité des actions du géant était vendue à bas prix aux compagnies pétrolières appartenant au gouvernement russe. Le parlement Européen avait condamné la campagne dirigée alors contre IOUKOS et ses dirigeants, arguant qu'elle était montée de toutes pièces pour des raisons politiques et portait atteinte aux droits de l'homme. (1)

Mais si nous essayons de creuser un peu plus en profondeur, nous découvrons une toute autre réalité. Khodorkovski a été arrêté en Sibérie en octobre 2003 alors qu'il descendait de son avion personnel. Il a été arrêté parce qu'il s'était soustrait au paiement des impôts comme l'affirme très justement Wikipédia. Mais Wikipédia omet de dire qu'à l'âge de 40 ans, l'oligarque était devenu, en un tour de main, l'homme le plus riche de Russie (avec une fortune évaluée à environ 15 Milliards de dollars) après s'être approprié par escroquerie de biens de l'État, à l'époque d'Eltsine où étaient commises ces exactions. A la vente aux enchères, organisée par sa propre banque, Khodorkovski avait payé, pour Ioukos, la somme dérisoire de 309 Millions de dollars. En 2003, la même compagnie était déjà estimée à 45 Milliards de dollars et cette augmentation n'était pas due à la gestion géniale de Khodorkovski.

En 1998, Khodorkovski avait été acquitté par un tribunal américain lors d'un procès où il était accusé de complicité pour le blanchiment d'argent sale, au sein de sa propre banque et à la « Bank of New-York ». Visiblement, il avait des amis très influents aux USA. Quelques mois plus tard, le directeur de la « Bank of New-York » était assassiné dans son appartement de Monaco par les membres d'une soi-disant, selon les bruits qui ont couru à l'époque, « mafia russe » qu'il aurait trompée dans le scénario du blanchiment d'argent provenant de la drogue. (2) Mais il y a mieux encore. Khodorkovski avait réussi à construire en Occident un tissu de relations tout à fait impressionnant. Avec ses nouveaux milliards, volés en définitive au peuple russe, il avait pu s'acheter quelques amis influents. Sur le modèle du fameux fond « Société Ouverte » du milliardaire américain George Soros, il avait créé un fond baptisé « Russie Ouverte ». Il avait placé au Conseil d'administration de ce fond deux représentants occidentaux influents : Henry Kissinger et Lord Jacob Rothschild. Ensuite, il s'était appliqué à développer ses relations avec les membres de plusieurs cercles de Washington parmi les plus puissants. Il avait été nommé au Conseil Consultatif de la Compagnie privée très fermée d'actionnaires « Carlyle Group » et il assistait aux réunions du Conseil à côté d'autres consultants comme George Bush sénior et James Baker III. (3)

Néanmoins, le véritable crime de Khodorkovski, celui qui l'a envoyé derrière les barreaux, était le fait qu'il se trouvait au centre d'un complot de coup d'État, soutenu par les USA, pour s'emparer du poste de Président de Russie au moment des élections à la Douma prévue pour 2004. Khodorkovski utilisait méthodiquement son immense fortune pour acheter un nombre suffisant de places de députés aux futures élections à la Douma et obtenir ainsi la possibilité de changer les lois russes relatives au droit d'acquisition de gisements pétroliers et de pipe-lines.

En outre, il projetait de se présenter en tant que concurrent de Poutine aux futures élections et de devenir président de Russie. Dans le cadre de l'entente politique qui avait apporté à Poutine le soutien discret de ceux qu'on appelle les riches oligarques russes, Poutine avait conclu à l'époque un accord selon lequel les oligarques pourraient conserver leur fortune (s'ils en ramenaient une partie en Russie) à condition qu'ils ne se mêlent pas, avec leur argent, de politique intérieure russe. La majorité des oligarques était d'accord, tout comme Khodorkovski à l'époque. La majorité d'entre eux sont restés des businessmen russes mais pas Khodorkovski.

En outre, au moment de son arrestation, Khodorkovski avait engagé des pourparlers avec son ami Georg Bush sénior, le père du président de l'époque Georg Bush, sur la vente de 40 % des avoirs d'Ioukos soit à l'ancienne compagnie de Condi Rice « Chevron », soit à « Exon Mobil », geste qui aurait porté un coup fatal à l'atout russe essentiel que la Russie et Poutine s'apprêtaient à utiliser dans le but de redresser l'économie russe moribonde : le pétrole et l'exportation en dollars vers l'Ouest par des pipe-lines d'état.

Au cours de l'enquête qui a suivi pour l'affaire Ioukos, il s'est avéré de surcroit que Khodorkovski avait conclu un accord secret avec Lord Rothschild de Londres mais pas seulement pour le développement de la culture russe via le fond « Russie Ouverte » (4). En cas d'échec et d'arrestation (Khodorkovski savait parfaitement qu'il jouait avec le feu et essayant de faire un coup d'état contre Poutine) 40 % de ses actions à Ioukos devaient passer dans les mains de Lord Rothschild. (5)

Les larmes de crocodile d'Hillary Clinton et de Barak Obama sur les atteintes aux droits de la personne de Khodorkovski cachent une strate bien plus profonde dont ils préfèrent ne pas parler à haute voix. Washington a utilisé l'oligarque russe pour essayer d'atteindre son objectif qui était de détruire définitivement l'unique puissance du globe possédant une puissance militaire suffisante capable de s'opposer à la stratégie du Pentagone basée sur un Spectre de domination totale et de contrôle sur toute la planète. Si l'on considère les évènements de ce point de vue, les beaux discours sur les « droits de l'homme » prennent alors une toute autre signification.

Notes

(1) Wikipedia, Yukos, accessed in http://en.wikipedia.org/wiki/Yukos
(2) David Kohn, Murder In Monaco: An American On Trial Is Ted Maher Guilty Of Arson?, February 4, 2003
(3) Dateline D.C., Soros and Khodorkovsky, TribLiveNews, November 16, 2003
(4) AFP, Arrested oil tycoon passed shares to banker, November 2, 2003, The Washington Times
(5) F. William Engdahl, Full Spectrum Dominance: Totalitarian Democracy in the New World Order, Edition.engdahl, 2009, pp. 58-60.

William Engdahl est économiste et écrivain diplômé des université de Princeton et de Stockholm. Il publie depuis plus de 30 ans sur les questions énergétiques, la géopolitique et l'économie, et intervient dans les conférences internationales. Il est conseiller indépendant pour plusieurs grandes banques d'investissement.
www.warandpeace.ru - 31 décembre 2011

commentaires

Haut de page