Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dictateur Sassou Nguesso porté au pouvoir par la France en 1997 révèle la responsabilité de l'Etat français dans les crises qui secouent le Centrafrique depuis 50 ans

par Sam La Touch 25 Décembre 2013, 09:40 Articles de Sam La Touch Sassou Nguesso Congo-Brazzaville France Centrafrique Dictature Paris-Match

Le dictateur Sassou Nguesso porté au pouvoir par la France en 1997 révèle la responsabilité de l'Etat français dans les crises qui secouent le Centrafrique depuis 50 ans

Extrait d'une interview complaisante de Sassou Nguesso publiée dans Paris-Match le 17 décembre 2013.

"Vous-même vous êtes beaucoup impliqué en Centrafrique, pourquoi ce pays ne parvient-il pas à se stabiliser? Qui sont les responsables de son chaos ?
Ramener ça aux acteurs d’aujourd’hui, c’est faire trop court. Depuis l’indépendance, la RCA a connu un parcours confus, toujours en étroite relation avec la France. Le premier chef de cet état, Barthélemy Boganda, est mort dans un accident d’avion dont les circonstances n’ont jamais été élucidées peu de temps après son élection. Dacko lui succède, vite renversé par le calamiteux Bokassa dont la proximité avec la France n’est pas à démontrer. Le même Dacko est ensuite remis en place à Bangui, déposé par un avion venant de Paris. Un coup d’Etat le balaye, et c’est le général André Kolingba que l’on installe. Lui ne faisait même pas semblant de diriger. Quand nous, chefs d’états voisins, arrivions à l’aéroport, c’est un certain commandant français, Mansion, qui se présentait en short et en chemisette, pour nous accueillir. Puis Patassé est venu et il a fait son tour, avant d’être balayé par Bozizé, avec l’aide de l’armée française… Ce drame dure depuis cinquante ans."
Source Paris-Match



Par contre le dictateur françafricain Sassou Nguesso n'évoque pas la manière dont il a été porté au pouvoir par l'Elysée, Elf, l'Etat-major dans une terrible guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts au Congo-Brazzaville. Pas plus qu'il n'évoquera la manière dont en concertation avec l'Elysée il a soutenu la Séléka en mars 2013 et soutenu Djotodia afin de destituer le dictateur Bozizé lâché par la Françafrique et l'Etat français. Le dictateur Sassou Nguesso, a réussi à initier dans sa loge de la franc-maçonnerie plusieurs dirigeants centrafricains dont le fameux Michel Djotodia, aussitôt après son arrivée au pouvoir (Journal de Bangui).

Nous ne rappellerons pas non plus la manière dont il a été sollicité pour déployer 300 soldats en renfort des troupes françaises pour contrôler Bangui et favoriser le désarmement de la Séléka en décembre 2013.

La Françafrique c'est bien connu n'existe plus, la majorité des journalistes français vous le diront avec force de conviction racialiste.


Autre question, Sassou Nguesso serait-il prêt à balancer si la justice française allait plus loin sur l'enquête de ses biens mal acquis en France avec l'argent du peuple Congolais ? Il est évident que compte tenu de l'importance des secrets d'Etat français qu'il détient, la République Française ne laissera pas ce "gouverneur à peau noire" faire de fracassantes révélations. On se souvient déjà comment en mars 2004 le gouvernement français sous Chirac-Villepin avait laissé fuir Jean-François Ndengué, directeur de la police congolaise impliqué dans le massacre du Beach, lorsqu'il avait été interpellé et interrogé par la justice en France tout cela dans une forte odeur de pétrole et de Total révélations.

A lire chez SLT
- Centrafrique : les tirailleurs congolais arrivent en Centrafrique 
- Comment la France a fait et défait les dictatures en Centrafrique : de Bokassa à Djotodia en passant par Bozizé 
- Le dictateur Sassou Nguesso porté au pouvoir par la République française en 1997, renforce sa garde prétorienne

commentaires

Haut de page