Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Motion collective contre le sommet de la honte de Paris des 6 et 7 décembre 2013 (Femmes en Résistance)

par Femmes En Résistance 9 Décembre 2013, 18:10 Sommet Afrique-France France Françafrique Afrique

Motion collective contre le sommet de la honte de Paris des 6 et 7 décembre 2013 (Femmes en Résistance)

Motion collective contre le sommet de la honte de Paris des 6 et 7 décembre 2013
Femmes en Résistance

Le Continent africain regorge de richesses aussi bien humaines que minérales. Prévue pour accueillir plus d’un quart de la population mondiale en 2050, l’Afrique a tout pour devenir la locomotive d’un développement au service de l’Humanité dont elle est le berceau. Et pourtant, de nombreux pays, voire des régions entières de l’Afrique sont en crise. Des tragédies d’une ampleur sans pareil sont en cours sans que personne n’y prête attention ou alors juste ce qu’il faut pour sécuriser les filières d’approvisionnement des pays occidentaux en Pétrole, Coltan, Cacao, Café, Bois, Terres, Diamant, Or, Cobalt et autres marchés lucratifs. La République Démocratique du Congo, la Centrafrique, la Libye, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Congo, la Guinée Bissau, le Rwanda, la Guinée Conakry,…sont ravagés par la guerre, le pillage, la torture et le viol. Le bilan de toutes ces tragédies africaines dépasse de loin l’Holocauste et même celui de la deuxième guerre mondiale dans son ensemble, sans pour autant que grand-monde ne s’en émeuve mis à part quelques gesticulations de circonstance quand l’horreur de ces génocides en série se glisse dans certains médias complaisants, juste ce qu’il faut d’empathie hypocrite pour calmer la révolte qui gronde chez les peuples africains dépossédés de leur souveraineté.

Quel pays peut prétendre présider à sa destinée alors même qu’il ne possède ni souveraineté militaire, ni souveraineté monétaire ? La tenue même de ce sommet à PARIS n’est-elle pas en soi un aveu d’instrumentalisation des maux du continent en proie à la convoitise des dominants, véritables pompiers-pyromanes au gré de leurs intérêts du moment ? De quoi peut accoucher un sommet qui accueille les dirigeants les plus corrompus et les moins démocratiquement élus de l’Afrique ?

Nous aimerions pouvoir compter sur le soutien et l’impartialité de l’ONU dont l’idéal de justice et d’égalité nous parait si noble… Sur le papier. Sauf que dans la réalité, la plupart des missions de maintien de la paix et/ou de défense des populations civiles ont lamentablement échoué. Les forces dites impartiales de l’ONU, adossées ou non à la France ou à d’autres membres de l’OTAN ont largement fait la preuve de leur incapacité, voire de leur complicité avec les auteurs des pires crimes contre l’Humanité, que cela soit au Rwanda, en RDC, en Libye, en Côte d'Ivoire, au Mali,... Quant au bras judiciaire de l’ONU, la Cour Pénale Internationale, qui était supposée garantir une justice équitable pour tous, elle aura du mal à trouver la moindre crédibilité tant qu’elle agira en tant qu’instrument de pression politique au service des Nantis Unis qui nous gouvernent. Le jour où la CPI ou tout autre Tribunal International sera capable de juger des dirigeants occidentaux pour leur implication dans les guerres afghane, irakienne, libyenne, syrienne, congolaises, ivoirienne, malienne,.., la CPI aura peut-être une chance d’œuvrer pour la Paix et la Sécurité mondiale dans la droite ligne de figures emblématiques tels que GANDHI, UM NYOBE, BOGANDA, BEN BARKA, MARTIN LUTHER KING, LUMUMBA, MODIBO KEITA, AMILCAR CABRAL, SEKOU TOURE, SANKARA, MANDELA, MONDELANE, BOUMEDIENE, NASSER, CESAIRE, MALCOM X,…

Dans un de ses célèbres romans, « le soleil des indépendances », le regretté Ahmadou KOUROUMA met en scène une vieille dame qui s’interroge en ces termes : on a eu l’esclavage et c’était abominable; on a eu la colonisation et on souffrait beaucoup; maintenant on a les indépendances, mais quand est-ce que finissent les indépendances ? Car le problème est bien là. Les pays africains ne jouissent que d’une indépendance formelle et encore. On le voit avec la mise sous tutelle franco-onusienne de tant de pays africains dont la dernière en cours en Centrafrique qui fera d’ailleurs l’objet d’un mini-sommet spécifique le samedi 7 à l’Elysée après les discours de clôture. Souhaitons que l’esprit de BOGANDA et de son célèbre «"Zo kwe zo" («une vie en vaut une autre ») si souvent utilisé pour endormir les exigences des peuples africains, mais jamais mis en œuvre au service de leur réelle émancipation, souffle à nouveau sur le continent. Mais pour cela, il faut que chacun se lève et s’unisse avec tous ceux qui partagent la même aspiration. La liberté n’est jamais donnée par l’oppresseur ; elle doit être exigée par l’opprimé.

Nous réitérons notre ferme opposition à ce énième sommet à PARIS visant à présider aux destinées du continent africain, sommet qui n’est pas sans nous rappeler le sinistre partage de l’Afrique à BERLIN en 1885. Nous continuons de croire qu’une autre relation Nord-Sud est possible, respectueuse du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

SIGNATAIRES : Collectif des Associations Unies et Solidaires pour l’Afrique et sa Renaissance (AUSAR), Résistants Combattants Congolais (RCK), CRI Panafricain, Diaspora mauritanienne, Club Ahmed Sékou Touré, Lisanga Ya Bakolo Kongo (LBK), Kimpuanza, Collectif des ressortissants sympathisants et amis de la Guinée Bissau, Réseau des Femmes en Action pour le Développement (REFAD), Plateforme pour la Souveraineté Panafricaine (PSP), Keraba Village Concepts, Kamerun Initiatives, Femmes En Résistance,…

Femmes En Résistance

commentaires

Haut de page