Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

12 years a Slave : le producteur du film anti-esclavagiste avait défendu l’Afrique du Sud durant l’apartheid (Panamza)

par Panamza 23 Janvier 2014, 17:55 Afrique du sud Apartheid 12 years a Slave Arnon Milchan

12 years a Slave : le producteur du film anti-esclavagiste avait défendu l’Afrique du Sud durant l’apartheid

Panamza

INFO PANAMZA. Dans les années 70, Arnon Milchan, producteur du film « 12 years a Slave », avait organisé une campagne médiatique en faveur de l'Afrique du Sud. À la demande du gouvernement israélien. Décryptage.

Le 25 novembre, Panamza était le premier média francophone à rapporter la révélation exclusive du Hollywood Reporter: Arnon Milchan, célèbre producteur de cinéma (Pretty Woman, Brazil, Fight Club, Heat), avait reconnu (dans un documentaire diffusé en Israël) avoir longtemps été, dans le plus grand secret, un marchand d'armes et un trafiquant de l'industrie nucléaire au service de Tel Aviv.

Aujourd'hui, un fait méconnu, relatif au passé du milliardaire Milchan, mérite d'être exhumé. Dans les salles de cinéma, un nouveau film -encensé par la critique- est à l'affiche: 12 years a slave, réalisé par Steve MacQueen et consacré à l'histoire authentique d'un Afro-Américain ayant été capturé et réduit en esclavage au milieu du XIXème siècle.

Comme le révéla l'un des assitants de Brad Pitt (acteur et coproducteur), le film n'aurait pas vu le jour sans le financement de dernière minute de la compagnie New Regency. Fondée en 1991 par Milchan, elle avait accepté, en avril 2012, de coproduire et de distribuer l'oeuvre cinématographique en partenariat avec une filiale de la Fox.

Arnon Milchan et Brad Weston (New Regency Productions) à la première du film, Los Angeles, 04.10.13

Qui est Arnon Milchan exactement?

Voici ce que l'auteur de ces lignes avait rapporté à son sujet, sur Panamza et dans le livre Israël et le 11-Septembre : le grand tabou.

***************************************

Richissime producteur d’Hollywood (The Medusa Touch, Brazil, JFK, Fight Club), cet Israélo-Monégasque francophile et francophone, proche de Shimon Peres, est également un ancien trafiquant d’armes et un (ex ?) agent secret au service de la force nucléaire de l’État hébreu. De même que Rupert Murdoch, propriétaire ultra-sioniste du groupe Fox, et Ronald Lauder, responsable de la privatisation du World Trade Center, Arnon Milchan figure parmi les donateurs des campagnes électorales de Benyamin Netanyahu.

Milchan collabore également avec Lauder (président du Congrès juif mondial et mécène -décoré par François Hollande- des services secrets israéliens) en tant que co-actionnaire d'une chaîne de télévision basée à Tel-Aviv. L'autre homme présent dans le capital du média se nomme Yossi Meiman, un ancien du Mossad devenu président du groupe Merhav (spécialisé dans les pipelines et grand bénéficiaire de la guerre d'Afghanistan).

L'homme âgé de 68 ans a été recruté en 1965 par Shimon Peres (alors au ministère de la Défense, aujourd'hui président de l'Etat d'Israël) pour servir d'agent de liaison au sein du Lakam, le bureau de l'espionnage scientifique. En 1985, cette officine méconnue (en comparaison du Mossad) fut au coeur du scandale de l'affaire Jonathan Pollard, du nom de cet analyste américain du renseignement naval qui délivra des informations secret-défense aux espions israéliens.

L'Administration Reagan connaissaît les activités illicites de Milchan, réalisées depuis le sol américain, mais avait choisi d'abandonner toute poursuite judiciaire à son encontre.

En 1975, Milchan porta d'abord son intérêt sur la France en achetant, sur les conseils du publicitaire Jacques Séguela, 50% de Citeca Productions. Son premier film, The Medusa Touch, sera porté à l'écran par la présence de Lino Ventura. Les acteurs de l'industrie cinématographique hexagonale lui rendront plus tard hommage -en 1996- à travers une soirée spéciale organisée par le Festival de Deauville. Une interview francophone de l'intéressé à cette occasion est visible sur le site de l'INA.

Trente ans auparavant, en 1967, Milchan se rendait au Salon de l'Air de Paris pour entamer une fructueuse relation d'affaires parallèle avec Raytheon, sous-traitant de l'armée américaine. Comme le détaille l'historien Yvonnick Denoël dans son livre Les Guerres secrètes du Mossad, paru en 2012, "Milchan devenait le banquier occulte des grosses opérations secrètes du renseignement israélien à l'étranger : non seulement celles du Lakam mais aussi parfois celles du Mossad". En 1965, le jeune Arnon venait de reprendre la direction d'une entreprise de fertilisants à la suite de la mort de son père. C'est alors qu'il découvrit que la petite compagnie familiale servait de couverture à une filière d'import-export en armement. Moshe Dayan, alors ministre de la Défense, et son adjoint Shimon Peres devinrent rapidement ses parrains et tuteurs en la matière. C'est dans un night-club de de Tel Aviv que Milchan et Peres se rencontrèrent et entamèrent alors une indéfectible amitié.

Dix ans plus tard, en 1975, le gouvernement sud-africain initia une alliance stratégique et secrète avec Israël, dénommée "Opération David". Arnon Milchan fut l'homme choisi par Shimon Peres pour représenter Israël et rejoindre le "Club des Dix", un groupe d'hommes chargés, à travers le monde occidental, de faciliter la promotion de l'image de l'Afrique du sud. Les moyens: persuasion, corruption, chantage et rachat de parts dans les capitaux des médias si besoin. La collaboration militaire, commerciale et nucléaire entre Prétoria et Tel Aviv culmina en 1979 avec le premier test commun d'une bombe à neutrons au large de l'Afrique du sud.

Propagandiste

Il existe une connexion indirecte mais singulière entre Arnon Milchan et Nelson Mandela: dans la seconde partie des années 70, tandis que Mandela traversait le coeur de sa détention (27 années de prison entre 1963 et 1990), Milchan, futur producteur d'Hollywood, était missionné par Shimon Peres pour redorer, notamment aux Etats-Unis, le blason de l'Afrique du sud. Extrait du livre de Denoël :

Pour Israël, la relation avec l'Afrique du Sud, premier client de son industrie militaire mais bientôt sous le coup d'un embargo international, devenait compliquée à gérer. Il fallait à la fois donner des gages verbaux de condamnation de l'apartheid, tout en préservant l'essentiel de la relation commerciale. Et en conseillant les Sud-Africains sur la meilleure façon de restaurer leur image dans les médias occidentaux. Dès 1976, le ministre de l'Information Connie Mulder et son adjoint Eschel Rhoodie lancèrent une campagne médiatique au financement quasi illimité. Suivant les conseils d'un ancien agent de la CIA et d'un homme d'affaires proche des services israéliens (Arnon Milchan), ils achèterent des journaux, financèrent des partis d'extrême droite, payèrent des lobbyistes à Washington et subventionnèrent même des campagnes électorales aux Etats-Unis pour faire battre des sénateurs démocrates farouchement anti-apartheid.

En novembre dernier, le web-media communautaire Jewish News One avait interrogé Ilana Dayan, journaliste israélienne à l'origine du scoop sur la confession de Milchan. Elle y relate (à 2') les implications de l'homme d'affaires dans la propagande politico-médiatique en faveur de l'Afrique du sud au temps de l'apartheid.

Fuck you. You know what? I did it for my country, and I'm proud of it

Milchan raconte avoir été "fier" de servir son pays et regrette d'avoir eu à nier ses activités auprès de ses collègues d'Hollywood. Son dernier film, neuf fois nominé aux Oscars, pourrait lui permettre d'obtenir le trophée doré qu'il n'a jamais reçu en quarante ans de carrière cinématographique parallèle.

Curieusement, son nom ne figure pas dans la série des producteurs du film qui sont nominés sur la liste officielle des Oscars. Étrange omission: les cérémonies prestigieuses du Spirit Awards et du Bafta de Londres n'ont pas manqué, à l'inverse, de le créditer.

Même discrétion à propos de Milchan lors de la récente soirée des Golden Globes: bien que le nom de sa compagnie figura dans la liste des nominés, il n'a pas été cité lors du décrochage du Golden Globe du meilleur film dramatique. Idem lors du décrochage du Prix Darryl Zanuck: tous les producteurs (y compris Brad Pitt, à droite de l'image) étaient présents sauf Milchan.

Émettons ici une folle hypothèse: il est probable qu'Arnon Milchan ne se soit pas, non plus, déplacé à l'avant-première du film organisé, vendredi dernier, à Johannesbourg.

Hicham HAMZA

commentaires

Haut de page