Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire Dieudonné et Loi de Programmation militaire : la France n'est pas un Etat de droit

par Sam La Touch 8 Janvier 2014, 09:09 Articles de Sam La Touch Dieudonné Loi de programmation militaire France Liberté d'expression Censure

Affaire Dieudonné et Loi de Programmation militaire : la France n'est pas un Etat de droit

En interdisant les spectacles de Dieudonné avant même qu'il se soit produit, avant même qu'il y ait eu des troubles à l'ordre public que Valls appelait de ses voeux (un comble pour un ministre de l'intérieur), le gouvernement socialiste français porte atteinte à la liberté d'expression qui est pourtant un droit fondamental dans une démocratie digne de ce nom. Mais l'héritage de la Vème République a transformé le pouvoir français en monarchie républicaine où les présidents sont des rois qui décident des guerres sans en consulter au préalable le peuple via le Parlement et où les ministres de l'intérieur s'arrogent des pouvoirs exorbitants en mandatant les ministres de la justice qui feront exécuter leur sentence au travers d'une justice aux ordres en la présence du Parquet. Le président français en appuyant la décision de son Ministre de l'intérieur montre qu'il se moque de l'Etat de droit pendant que la meute des journalistes des mass médias a jeté l'hallali sur l'humoriste le plus controversé de France. Il semble que le gouvernement français ne fasse plus confiance à sa justice qui a pourtant été saisie dans des délits et les propos "antisémites" commis par l'artiste et qu'il ait décidé d'interdire purement et simplement le spectacle de l'humoriste avant toute infraction dûment constatée et jugée par la justice qui puisse justifiée une telle interdiction si tant est qu'elle puisse être en mesure de porter une telle condamnation. Le début d'une ère totalitaire à mettre en exergue avec la loi de programmation militaire 2014 sur le numérique ?

Cette loi votée au Parlement, sans guère de véritable retentissement médiatique en France, prévoit une extension considérable des possibilités de collecter les données numériques de dizaines de milliers de personnes par an sans contrôle judiciaire. Un peu à la manière dont Dieudonné est en train de se voir interdire tous ses spectacles avant toute décision judiciaire. L'article 16 de la LPM, prévoit que « les agents de l'autorité nationale de sécurité des systèmes d'information, habilités par le premier ministre puissent obtenir des opérateurs de communications électroniques l'identité, l'adresse postale et l'adresse électronique d'utilisateurs ou de détenteurs de systèmes d'information vulnérables, menacés ou attaqués ». Le gouvernement sera donc en mesure de collecter toutes données "techniques" concernant les internautes, au besoin en temps réel par "sollicitation par réseau", donc sans même avoir à en faire la demande auprès des opérateurs. Le tout en toute confidentialité, par une procédure qui permet de blanchir les collectes illégales jusqu'à 9 jours après leur commencement. Et encore, seule une Commission, et non un juge, dira si la collecte est légale ou non. La porte ouverte aux grandes oreilles de l'ELysée et au Big Brother à la française avec un accroc sérieux aux libertés individuelles et collectives.

Lire aussi :

- Le gouvernement français entre en guerre contre Dieudonné 
- La loi sur l’espionnage en temps-réel des Français vient d’être validée (Phone Android)  
 - La France "à deux doigts de la dictature numérique" avec la LPM (Numerama) 

commentaires

Haut de page