Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Burkina Faso : Etat Major Permanent de Crise (Communiqué)

par Communiqués partis amis et associations 20 Janvier 2014, 19:29 Burkina Faso Blaise Compaoré Dictature

Burkina Faso : Etat Major Permanent de Crise (Communiqué)
Burkina Faso : Etat Major Permanent de Crise (EMPC) 
Communiqués partis amis et associations

Depuis le 12 décembre 2013, tous les burkinabè ont maintenant la confirmation que le Président Blaise Compaoré a décidé à partir de Dori de réviser l’article 37 de notre Constitution, afin de s’offrir un pouvoir à vie.

Ils ont aussi compris que le Chef de l’Etat tient, coûte que coûte, à imposer aux Burkinabè le Sénat inutile et budgétivore, massivement rejeté à travers les marches meetings du 29 juin et 28 juillet 2013.

Notre pays se trouve désormais à une étape très cruciale de son histoire politique. Notre peuple est confronté à la soif inextinguible de pouvoir d’un homme et de son clan composé de situationnistes de tout genre.

Le jeu est désormais clair et l’évolution des choses donne finalement raison à l’Opposition politique qui n’a eu cesse, depuis des années, d’appeler à la vigilance quant aux velléités de révision de l’article 37 de notre Constitution et de dénoncer toutes les manœuvres orchestrées et les subterfuges utilisées pour endormir la conscience du peuple.

La résistance citoyenne commence ici et maintenant. A cet effet, au nom de l’ensemble des partis de l’Opposition et du Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP), l’Etat Major Permanent de Crise (EMPC), par ce communiqué n°1, invite le peuple du Burkina Faso à prendre part, massivement, à une Journée Nationale de Protestation (JNP) le 18 janvier 2014, pour dire NON à la révision de l’article 37 de notre Constitution, NON au Sénat et NON à la politique du Gouvernement.

L’Etat Major Permanent de Crise (EMPC) appelle les patriotes et les démocrates de tous bords, les organisations de la société civile, les travailleurs, les commerçants, les enseignants, les élèves et étudiants, les paysans, à se mobiliser massivement le 18 janvier 2014 à travers tout le territoire national pour exprimer leur refus du pouvoir à vie, selon des modalités qui leur seront précisées incessamment.

Cette protestation nationale du 18 janvier 2014 marquera le départ d’une série d’actions de grande envergure qui montreront la détermination farouche de notre peuple à s’opposer à la révision de l’article 37 et son attachement légitime à une véritable démocratie républicaine et citoyenne.

Au moment où débute une phase du combat décisif pour la démocratie, l’EMPC tient à saluer la clairvoyance, la loyauté et l’attachement du peuple burkinabè aux idéaux de justice, d’égalité et de paix que défend l’Opposition politique mobilisée derrière son Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP), Zéphirin DIABRE.

Pour la Patrie en danger ;

Pour la démocratie ;

Ensemble, nous vaincrons !

commentaires

Haut de page