Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centrafrique : Au cœur de la Françafrique (Moulzo)

par Moulzo 28 Janvier 2014, 19:30 France Françafrique Centrafrique

Centrafrique : Au cœur de la Françafrique (Moulzo)

Centrafrique : Au cœur de la Françafrique

Moulzo

Il y avait Quatre candidats déclarés à la Présidence de la transition en Centrafrique après la démission de Michel Djotodia, la marionnette d’Idriss Déby. Le premier des candidats, Désiré Kolingba n’est autre que le fils de l’ancien Président centrafricain André Kolingba qui instaura une dictature militaire après son coup d’État du 1er septembre 1981. En 1993, il quitte le pouvoir à la suite des élections Présidentielles imposées partout en Afrique francophone par le discours de la Baule mais tente néanmoins de reprendre le pouvoir par la force en 2001, sans succès. Son successeur n’est autre qu’Ange-Félix Patassé qui dirigea le pays de 1993 à 2003, date à laquelle il est lui même renversé par François Bozizé. Ange-Félix Patassé est le père de Sylvain Patassé, l’autre candidat à la Présidence de la transition de la République Centrafricaine de janvier 2014.

Au final, c’est une femme qui a été élue. Mme Catherine Samba Panza est aussi du sérail puisque son mari a été plusieurs fois ministre, notamment sous André Kolingba et François Bozizé. En réalité, il ne manquait plus que le fils ou le neveu de Jean-Bedel Bokassa 1er, l’homme qui s’était autoproclamé Empereur de l’Empire centrafricain le 4 décembre 1977 , douze ans après avoir renversé son cousin David Dacko. Ce dernier est par la suite remis en selle par la France en 1979, après la chute de Bokassa.

La Centrafrique est au cœur même du plus long scandale de la République française. On se souvient encore des diamants de Bokassa. Ce riche pays dirigé depuis les Indépendances par une oligarchie qui ne pense qu’à ses propres intérêts, est en réalité le meilleur élève de la sphère « Françafrique », où on peut faire et défaire les Présidents selon le bon vouloir de la France. Hollande nous l’a désormais confirmé, il aurait dû dire : « Moi, Président de la Françafrique... ».

Moulzo

commentaires

Haut de page