Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Complicité française dans la crise en République centrafricaine

par Antoine Roger Lokongo 24 Janvier 2014, 20:39 Articles de Sam La Touch Centrafrique France Françafrique Europe Pillage Djotodia Sangaris Armée française

Complicité française dans la crise en République centrafricaine

Complicité française dans la crise en République centrafricaine
Black Agenda Report
Antoine Roger Lokongo
Traduction SLT

«Sans l'Afrique, la France serait reléguée au rang d'un pays du tiers-monde». Jacques Chirac.

Les lecteurs des mass médias pourraient conclure que la France porte "le fardeau de l'homme blanc" en République centrafricaine, sans l'aide de ce pays les Africains seraient descendus dans la barbarie. Pourtant, "c'est la France qui est « un fardeau » pour la RCA et ses autres anciennes colonies d'Afrique, et non l'inverse ."

À la fin de 2013, "le fardeau de l'homme blanc" se révèle trop lourd à porter pour la France. Percevant la situation comme militairement et matériellement tendue, Paris a demandé l'aide des autres puissances européennes pour l'aider à assumer " sa responsabilité " pour réprimer la violence, rétablir la paix, l'ordre et la légitimité politique dans son pré-carré au Mali et en République centrafricaine dans un contexte où ces deux pays sont dans la tourmente : les islamistes terroristes liés à Al - Qaïda au Maghreb ( Aqmi ), Boko Haram dans le nord du Nigeria..., font des ravages dans le nord du Mali et les chrétiens et les musulmans s'entretuent en République centrafricaine (RCA ). Face à cet appel, la Belgique et les États-Unis ont répondu positivement en fournissant logistique et transport pour les troupes françaises et africaines.

La France considère ces pays comme son arrière-cour, car la RCA et d'autres anciennes colonies françaises d'Afrique occidentale et centrale sont les constituants de la soi-disant «Françafrique », ce qui signifie que depuis l'indépendance, ils ont gardé des liens étroits avec la France, l'ancienne puissance coloniale, avec laquelle ils sont liés non seulement par des accords de défense, mais aussi par une monnaie commune, le franc CFA , qui a été rattachée au franc français, et donc au Trésor Public français, mais qui est maintenant rattachée à l'euro. Comme l'a déclaré Colette Braeckman dans le quotidien belge Le Soir le 31 Décembre 2013, si la France abandonne ces anciennes colonies, cela ne représentera aps seulement une démission en termes humanitaires, mais surtout un signal politique, indiquant l'affaiblissement de la position française sur le plan international. Mais ' abandonner ' n'est pas vraiment le terme exact dans son cas de figure parce que la France ne peut se passer de l'Afrique.

En fait, l'ancien président Jacques Chirac a reconnu en 2008 que «sans l'Afrique, la France serait reléguée au rang d'un pays du tiers-monde» ( Philippe Leymarie , 2008 , Manière de voir, n ° 79 , février -mars 2008) .

«Sans l'Afrique, la France n'aurait pas d'histoire au 21e siècle »

Le prédécesseur de Jacques Chirac, François Mitterrand avait déjà prophétisé en 1957 que «Sans l'Afrique, la France n'aurait pas d'histoire au 21e siècle » ( François Mitterrand , Présence française et abandon, 1957, Paris : Plon).

Ancien ministre des Affaires étrangères français Jacques Godfrain a pour sa part confirmé que la France est " un petit pays qui avec une peu de force, peut déplacer une planète grâce à ses relations avec 15 ou 20 pays africains ... ". Ceci est cohérent avec la politique françafricaine de la France, qui vise à perpétuer une «relation spéciale» avec notamment ses anciennes colonies africaines (Thabo Mbeki , "Comment le monde s'est trompé en Côte d'Ivoire" Foreign Policy, 29avril ). La France intervient en Afrique pour le bien de sa propre survie en tant que pays et en tant que puissance. Il est parfaitement justifié de dire que c'est la France qui est " une charge " pour la RCA et ses autres anciennes colonies d'Afrique, et non pas linverse. Et ainsi, l'indépendance totale de la RCA, à la fois politique et économique signifie la fin de " Françafrique ".

Unis dans la peur de la Chine

La raison pour laquelle la France compte sur le soutien européen est lié au fait que toutes les puissances européennes sont maintenant unis dans leur crainte de l'expansion de la présence de la Chine en Afrique. Comme Colette Braeckman l'a expliqué dans le quotidien belge Le Soir, le 31 Décembre 2013, la France compte sur la solidarité des anciennes puissances coloniales ( Grande-Bretagne, Belgique) afin de ne pas céder complètement ses parts du gâteau africain aux nouveaux arrivants (Chinois , mais aussi les Coréens, les Turcs ... ) dans ces pays potentiellement riches et de plus en plus courtisés (riches en bois, en ressources agricoles, hydrauliques et en ressources pétrolières et minérales, y compris, le diamant, le pétrole et l'uranium dans le cas de la République centrafricaine) . C'est ce qui est le moteur principal des interventions de la France à la fois au Mali, en République centrafricaine et en Côte-d'Ivoire en 2011 où Sarkozy a enlevé Laurent Gbagbo par la force et installé Alassane Ouattara. Il est bien connu que Gbagbo de Côte-d'Ivoire et l'ancien président François Bozizé de la RCA ont eu des problèmes avec leur maître - à savoir la France - car ils se sont tournés vers la Chine pour la coopération gagnant-gagnant. Ils ont été rapidement écartés du pouvoir. Dans le cas de la RCA, la France a opté pour Michel Djotodia qui a dirigé le Séléka (ce qui signifie «union» en sango ), mouvement rebelle qui a renversé M. Bozizé en l'espace de quelques semaines. Est-ce que la France savait que la Séléka était un mouvement islamiste du nord de la RCA lié à Al-Qaïdai au Maghreb (Aqmi) et à Boko Haram dans le nord du Nigeria à l'époque ? Paris le savait assurément ! Mais ces transactions d'uranium signées par Bozizé avec la Chine ont scellé la fin de son régime.

D'une "guerre de changement de régime" à une "guerre de correction"

Le mouvement rebelle Séléka a renversé Bozizé et pris le pouvoir en mars 2013. Cependant, les hommes de la Séléka ont refusé d'être désarmés et enfermés dans la caserne, et pendant des mois ils ont multiplié les exactions contre les civils, en majorité des chrétiens du sud du pays. Le 13 Septembre 2013, président de la RCA par intérim, Michel Djotodia annoncé que le Séléka avait été dissoute. Les horreurs perpétrées par des bandes de Séléka (y compris les Tchadiens, Soudanais et autres « soldats sans frontières ») ont conduit à l'émergence de groupes d'auto-défense, les "anti- balakas", composé de chrétiens, de simples paysans armés de machettes, mais aussi d'anciens partisans du président déchu François Bozizé (Colette Braeckman, Le Soir, le 28 Décembre 2013). La France a lancé au début ce qu'elle a appelé "l'Opération Sangaris" qui était essentiellement une opération de police, avec des objectifs bien définis à savoir neutraliser les combattants Séléka .

"Les Musulmans accusent les forces françaises de se tenir au côté des Chrétiens"

Les forces françaises opéraient en coordination avec la force d'intervention de la Misca (Mission des Nations Unies en République centrafricaine ), qui a remplacé la FOMAC (force militaire en Afrique centrale ), composée de soldats tchadiens, burundais et congolais ( Brazzaville).

Le 5 Décembre 2013, alors que l'opération "Sangaris" en était encore à ses débuts, les "anti- Balaka" armés de machettes, ont lancé des attaques et massacrés de nombreux musulmans qu'ils accusent de soutenir le Séléka du nord à majorité musulmane - diviser pour régner, l'héritage du colonialisme français fait des ravages. Selon l'hebdomadaire Jeune Afrique, ce n'était pas seulement des représailles, mais une attaque militaire professionnelle coordonnée par le fils de l'ancien président Bozizé. Plus de 600 personnes ont été tuées dans la capitale de Bangui. Depuis lors, l'image du conflit est devenu très floue. Bien qu'elles prétendent être neutres, les forces françaises sont accusées par les musulmans de complicité avec les chrétiens. Les relations avec le président par intérim, Michel Djotodia se sont détériorées à un niveau de haine ( notamment en raison de son lien avec les islamistes contre lequel la France a lutté au Mali). Les forces africaines destinées à aider à rétablir la paix ont semble-t-il suivi des programme divergents. Ainsi les Tchadiens étaient censés protéger la Séléka (parmi lesquels des ressortissants de leur pays) tandis que les soldats du Congo-Brazzaville et du Burundi se sentant plus proches des populations chrétiennes, dans la mesure où un échange de tirs a eu lieu entre "casques bleus " burundais et leurs homologues tchadiens à Bangui . La tension était telle que, finalement, il a été décidé que les Tchadiens soient déplacés vers le nord du pays (Colette Braeckman , Le Soir , le 28 Décembre 2013).

Craignant que la crise puisse déborder en RDC (comme cela a été le cas avec le Rwanda en 1994, en fait, la RDC a déjà accueilli des milliers de réfugiés de la RCA, qui partage une longue frontière poreuse avec la RCA), Kinshasa a annoncé le déploiement de 850 soldats en Afrique centrale pour sécuriser la frontière. Curieusement, le Rwanda, qui est en guerre avec la RDC, a également annoncé qu'il fournirait un contingent de 800 hommes de l'Union africaine (apparemment les troupes rwandaises vont chasser les Hutus génocidaires » prétendument cachés en RCA) .

Plus de 1.000 personnes ont été tués en quelques jours dans les premières semaines de 2014 et l'agence de l'ONU pour les enfants, l'UNICEF, déclare que deux enfants ont été décapités, et que "des niveaux de violence sans précédents" sont dirigés contre les enfants. On estime que 935 000 personnes ont été déracinées dans tout le pays (AP , le 13 Janvier 2014). 150.000 personnes déplacées à l'intérieur restent entassées depuis des mois à l'aéroport international Mpoko.

La France est déterminée à «corriger l'erreur» qu'elle a faite en soutenant Michel Djotodia. Depuis les relations de troupes françaises avec le président par intérim, Michel Djotodia se sont détériorées à un niveau de haine intense, il n'y avait pas moyen qu'il puisse continuer à présider le pays. Il est rapidement devenu encombrant.

Tant le président intérimaire Djotodia et le Premier ministre de transition Nicolas Tiangaye ont été forcés de démissionner le 9 janvier 2014, lors du sommet extraordinaire des dirigeants de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale ( CEEAC, selon l'acronyme français) se sont réunis à N'Djamena, la capitale du Tchad, à l'initiative du président tchadien Idriss Déby Itno (le principal bailleur de fonds de Djotodia). Déby a finalement compris que la France ne voulait plus Djotodia.

Selon l'Agence France Presse (AFP), Djotodia a été accusé par la «communauté internationale» (lire) de passivité face à la violence sectaire qui a évolué en de nombreux massacres. Une paralysie totale de Bangui a également alerté les pays voisins de la RCA. La France, qui voulait le départ de Djotodia (il a débuté son long exil au Bénin) a demandé au Conseil national de transition (parlement provisoire) - composé de 135 membres nommés appointés par le déposé Michel Djotodia, aux différents partis politiques, au mouvement Séléka, à la société civile et les institutions publiques - à choisir un nouveau président de transition le plus tôt possible.

La France mène toujours la danse en RCA

Pour le moment, la RCA a "un président de la République de transition par intérim", Alexander Ferdinand Nguendet, l'actuel président de transition du Conseil national. M. Nguendet a déjà promis que l'élection aurait lieu "dans les conditions" stipulées par la Charte de transition. Jusqu'à présent, la violence se poursuit sans relâche et la tension reste élevée.

Le chef de la transition nouvellement élu aura la difficile tâche de pacifier le pays avec une administration totalement paralysée et de permettre à des centaines de milliers de personnes déplacées de regagner leurs foyers. La France a également indiqué qu'elle souhaitait que les élections générales se tiennent "avant la fin 2014". Nous supposons que tous les contrats miniers signés par Djotodia avec qui que ce soit seront probablement annulés. C'est la France qui mène la danse. Ce n'est guère surprenant ! Quelle est l'indépendance des pays africains ? Nouvel An et nouvelles guerres en Afrique. Même le Sud-Soudan, le plus jeune Etat d'Afrique, n'a pas échappé au chemin le plus souvent arpenté par ses frères et sœurs plus âgés. En vérité, derrière chaque «guerre des ressources» en Afrique, il y a des mains cachées tirant les ficelles.

Antoine Roger Lokongo est un journaliste et l'Université de Beijing.

PhD candidat au doctorat de la République démocratique du Congo.

Traduction SLT

commentaires

Haut de page