Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hillary Clinton a discuté de l'approbation étatsunienne à une frappe israélienne sur l'Iran

par Sam La Touch 18 Janvier 2014, 07:30 Articles de Sam La Touch USA Iran Israël

Hillary Clinton a discuté de l'approbation étatsunienne à une frappe israélienne sur l'Iran
Hillary Clinton a discuté de l'approbation étatsunienne à une frappe israélienne sur l'Iran
Time Swampland
Traduction SLT



À mi-chemin du premier mandat de Barack Obama en tant que président, les responsables US ont été particulièrement alertés par la possibilité qu'Israël lance une attaque aérienne unilatérale contre le programme nucléaire de l'Iran. L'Iran avait snobé l'autorité d'Obama après l'élection de 2008, et avait rejeté une proposition internationale en octobre 2009 d'expédier la plupart de son uranium enrichi dans un pays étranger - engendrant un pessimisme croissant quant à une future sortie de crise.

"Militairement, je pensais que nous avions besoin de nous préparer à une possible attaque israélienne et à des représailles iraniennes", a écrit l'ancien secrétaire à la Défense, Robert Gates, dans son nouveau livre, Duty. Lors d'une réunion au Bureau ovale de la Maison Blanche en janvier 2010, Gates a déclaré à Obama qu'il "avait besoin d'examiner les conséquences d'une attaque israélienne sans avertissement", ainsi que la manière dont les Etats-Unis pourraient aider Israël et comment réagir à des représailles iraniennes.

Vers la même époque, les hauts fonctionnaires se sont réunis pour discuter de la manière dont les États-Unis pourraient dissuader le Premier ministre israélien de prendre des mesures unilatérales. Dans une réunion, la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton a soulevé une question polémique, selon les déclarations de deux anciens responsables de l'administration Obama à TIME, sa question consistait à savoir s'il serait possible que, au lieu d'essayer de retenir Israël, les Etats-Unis fournissent "un feu vert tacite aux Israéliens pour prendre soin du problème en notre nom ". En d'autres termes, au lieu de quémander au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de donner plus de temps à la diplomatie, cela valait peut-être la peine de l'autoriser à procéder à des frappes aériennes.


Clinton n'a pas approuvé l'idée. Elle a juste soulevé cette notion "comme une option à envisager ", selon un ancien fonctionnaire, qui ajoute qu'elle n'a pas gagné plus de soutien à l'intérieur de l'administration. L'actuel Secrétaire de presse de Clinton, Nick Merrill, n'a pas voulu répondre cette semaine aux demandes d'éclaircissement sur cette question.

Bien que l'idée même d'une frappe israélienne sur l'Iran approuvée par les États-Unis soit dramatique, l'expérience proposée par Clinton était en fait un acte responsable de délibération bureaucratique, explique Kenneth Pollack , un ancien de la sécurité nationale conseiller de la Maison Blanche sous Bill Clinton et auteur d'un livre récent sur ​​l'Iran.

"Chaque fois que quelque chose comme ça arrive, vous avez besoin d'en discuter et il serait irresponsable de ne pas le faire", dit Pollack , qui ajoute qu'il pense personnellement une frappe israélienne unilatérale doit être évitée. " Parfois vous voulez juste évaluer (une stratégie), et si vous décidez que c'est une mauvaise idée, cela vous permet de lutter contre celle-ci plus efficacement. Donc, elle conduit à une amélioration du processus politique vous aidant à comprendre ce qu'il faut faire à la place" .

Obama poursuit la diplomatie avec l'Iran. Et Israël continue de contenir une intervention militaire, à contrecoeur.

Traduction SLT.

commentaires

Haut de page