Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup de froid sur les relations Paris-Rabat après des accusations de torture visant un responsable marocain (AFP)

par AFP 24 Février 2014, 14:16 Maroc France Torture ACAT

Coup de froid sur les relations Paris-Rabat après des accusations de torture visant un responsable marocain (AFP)
Coup de froid sur les relations Paris-Rabat après des accusations visant un responsable marocain
AFP

Descente de police chez l'ambassadeur marocain à Paris, convocation de son homologue français à Rabat... Les relations franco-marocaines, d'ordinaire bien cadrées, ont subi cette semaine un sérieux coup de froid.

C'est la démarche d'une ONG française qui est venu gripper l'entente bilatérale. L'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) a saisi jeudi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain pour demander aux autorités d'entendre ce responsable qu'elle accuse de "complicité de torture".

Acat a demandé à la justice française d'auditionner Abdellatif Hammouchi dans le cadre de plaintes déposées à Paris relatives à des faits présumés de torture au sein du centre de détention marocain de Temara, qui dépendrait de la Direction générale marocaine de la surveillance du territoire (DGST).

M. Hammouchi accompagnait jeudi le ministre marocain de l'Intérieur Mohamed Hassad pour une rencontre avec ses homologues français, espagnol et portugais.

Dans la foulée de cette demande, et sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont rendus à Neuilly-sur-Seine, dans la banlieue parisienne, à la résidence de l'ambassadeur du Maroc à Paris, pour notifier à M. Hammouchi une convocation émanant d'un juge d'instruction.

Qualifiant l'affaire d'"incident rare et inédit" dans les relations avec la France, premier partenaire économique du Maroc, Rabat a convoqué vendredi soir l'ambassadeur de France, Charles Fries, "pour lui signifier la protestation vigoureuse du royaume".

Rabat rejette "catégoriquement" les accusations portées contre le directeur général de la DGST, estimant qu'elles sont "sans fondement".

Cet incident, a en outre mis en garde le ministère marocain des Affaires étrangères, est "de nature à porter atteinte au climat de confiance et de respect mutuel qui a toujours existé"...


Lire la suite

commentaires

Haut de page