Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En mémoire du journaliste français Bruno Jacquet Ossébi (10.12.1964-02.02.2009)

par Sam La Touch 8 Février 2014, 21:01 Articles de Sam La Touch Bruno Jacquet Ossébi France Congo-Brazzaville Biens mal acquis SNPC BNP Françafrique Sassou Nguesso

En mémoire du journaliste français Bruno Jacquet Ossébi (10.12.1964-02.02.2009)

Le 21 janvier 2009, le journaliste français Bruno Jacquet Ossébi et le Congolais Benjamin Toungamani, qui avaient fait part de leur intention de se joindre à la plainte contre les Biens Mal Acquis, ont été victimes le même jour, à Brazzaville et à Orléans d’un incendie dans leurs domiciles respectifs. La compagne d’Ossebi et ses deux enfants sont morts brûlés dans l'incendie. Bruno Ossébi sera admis à l'hôpital militaire de Brazzaville, après avoir été brûlé à 30 % où il décédera dans la nuit du 1er au 2 février 2009 dans des circonstances jamais élucidées par la police congolaise.


Bruno Jacquet-Ossebi est né en France sous le nom de Bruno Jacquet le 10 décembre 1964 d'un père français et d'une mère congolaise.

Il s'est installé au Congo-Brazzaville dans les années 1990 et écrit sur le site de la diaspora congolaise en France Mwinda http://www.mwinda.org/ après l'arrivée du dictateur françafricain Denis Sassou-Nguesso au pouvoir pour dénoncer le pillage du pétrole, du bois et les violations des Droits de l'Homme au Congo. Il crée le blog bruno-ossbi.novoblog.com.



Après des années d'activisme, sa famille commence à être « inquiétée ». Malgré tout il persévère. Il était aussi actif au sein du Programme StAR de la Banque mondiale et du United Nations Office on Drugs and Crime, programme ayant pour buts de récupérer les avoirs africains détournés (en anglais STolen Asset Recovery). Dans son dernier article publié le 17 janvier, Bruno Jacquet-Ossebi révélait que la Société nationale du pétrole (SNPC) cherchait à obtenir auprès de la BNP Paribas, via un trader domicilié dans un paradis fiscal, un prêt de 100 millions de dollars (75 millions d'euros) gagé sur l'or noir. Le régime congolais a abusé de cette méthode, le « préfinancement », au cours des quinze dernières années, notamment pour financer la guerre civile de 1998-1999. Suite à la révélation de ce «préfinancement » interdit par la loi, la banque BNP Paribas aurait ensuite refusé le prêt à la SNPC.

Bruno Jacquet-Ossébi décèdera dans des conditions non élucidées à l'hôpital de Brazzaville deux semaines plus tard. Selon l’enquête menée par Reporters sans frontières, le domicile du journaliste a été rasé moins de quatorze heures après l’incendie alors même qu’aucune expertise n’avait été pratiquée sur les lieux du sinistre. Le corps de Bruno Ossebi n’a fait l’objet d’aucune autopsie. Tous les éléments qui auraient permis de comprendre ce qui s’est passé dans les nuits du 20 janvier et du 1er février ont donc été effacés. D’après le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), les autorités congolaises refusent de fournir la moindre information sur les résultats de l’enquête ouverte le 25 février 2009.

Bruno Jacquet Ossébi a-t-il été éliminé par la dictature congolaise installée et soutenue par la France ? Par son réseau, il avait réussi à posséder des documents qui compromettaient l'accès du Congo à l'initiative PPTE. Bruno Ossébi avait écrit au FMI et à la Banque mondiale, une lettre qui eut pour effet de freiner le processus d'accès à l'initiative PPTE du Congo.

Combien savent que le pouvoir de Brazzaville s'est opposé à son transfert médical en France pour raison d'enquête qui n'a jamais eu lieu - alors même qu'on faisait disparaître les preuves en démolissant les restes de la maison au marteau et ensuite en rasant le tout par un bulldozer ? Alors même qu'il était Français ? La France se plaît à défendre ses citoyens à l'étranger. Hélas pour Bruno, la politique française a été comme anesthésiée, frappée par un mutisme cynique. Aucune protestation n'a fusé du gouvernement Sarkozy face à la destruction des éléments de l'enquête.

Auteur de la pièce de théâtre "le procès des Biens Mal Acquis" (adaptation du vrai procès) en hommage à Bruno Ossebi-Jacquet, Lionel Girard a décidé de consacrer un reportage à ce journaliste afin que son combat se poursuive et éclaircir le mystère autour de sa mort. Puisque aucun média officiel ne semble vouloir ou pouvoir soutenir ce projet, il se tourne vers un site de participation en ligne.

Source :
- LA CROIX 26.03.09 Vie et mort suspecte d'un militant franco-congolais
- RUE 89.COM 06.05.09 Congo : sur l'affaire Ossébi, le silence de la France est éloquent
- Wikipedia Bruno Ossébi
- Survie 2 fév 2010Il y a un an, Bruno Jacquet Ossebi disparaissait

commentaires

Haut de page