Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Etat du Gabon inflige à la filiale locale de Total un redressement fiscal de 805 millions $ (Agence Ecofin)

par Agence Ecofin 22 Février 2014, 22:24 France Gabon Total Redressement fiscal

L’Etat du Gabon inflige à la filiale locale de Total un redressement fiscal de 805 millions $ (Agence Ecofin)
L’Etat du Gabon inflige à la filiale locale de Total un redressement fiscal de 805 millions $
Agence Ecofin


Le gouvernement gabonais réclame à la filiale locale du groupe pétrolier français Total le paiement de 805 millions de dollars d'impôts au titre des années 2008 à 2010, rapporte l’agence Reuters le 21 février. Ce montant est mentionné dans un avis de redressement fiscal adressé à Total Gabon par le ministère gabonais de l'Economie à la suite du contrôle fiscal dont la société a fait l'objet au titre des années 2008 à 2010.

En réaction à cet avis, Total Gabon a indiqué dans un communiqué que le redressement fiscal en question était «dénué de tout fondement», ajoutant contester «l'ensemble des chefs de redressement et les montants associés». La compagnie pétrolière se dit «confiante dans l'issue du contentieux».

Le gouvernement estime pour sa part que la réaction de Total prouve la «mauvaise volonté» de la compagnie. «L'administration regrette la mauvaise volonté de Total Gabon qui, en dépit de sa taille, reste un contribuable comme tous les autres, soumis aux lois et règlements de la République gabonaise», a indiqué le directeur général des impôts, Joël Ogouma, dans un communiqué.Le contentieux fiscal entre l’Etat gabonais et Total Gabon est suivi de près par des compagnies pétrolières actives au Gabon ou intéressées par les richesses du sous-sol de ce pays.

Un différend qui avait éclaté en 2013 entre le fisc gabonais et Addax Petroleum avait conduit cette filiale du géant chinois Sinopec à débourser au moins 400 millions de dollars.

Total Gabon est contrôlée à hauteur 58,28% par Total tandis que l'Etat gabonais possède 25% du capital de la société.

commentaires

Haut de page