Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La FIJ et la FAJ demandent justice après l’attaque des locaux d’un journal au Burkina Faso (IFJ)

par IFJ 12 Février 2014, 10:20 Burkina Faso Liberté de la presse

La FIJ et la FAJ demandent justice après l’attaque des locaux d’un journal au Burkina Faso (IFJ)
La FIJ et la FAJ demandent justice après l’attaque des locaux d’un journal au Burkina Faso

International Federation of Journalist

Le cambriolage des locaux du journal « l’Opinion » au Burkina Faso ne doit pas rester impuni, ont déclaré aujourd’hui la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) et la Fédération des Journalistes Africains (FAJ).

Selon des sources indépendantes, les locaux de l’hebdomadaire « l’Opinion » ont été cambriolés dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 février dernier. Les auteurs de cet acte ont emporté avec eux plusieurs ordinateurs de dernière génération, un matériel nouvellement acquis et devant contribuer à l’amélioration des conditions de travail des journalistes.

« Cet acte ignoble ne doit pas rester impuni d’autant que le mobile semble être prémédité. Les autorités policières sont interpellées pour rapidement ouvrir une enquête afin d’arrêter le ou les auteurs », a déclaré Gabriel Baglo, directeur Afrique de la FIJ. « Nous apportons tout notre soutien à nos collègues de l’Opinion et rappelons à l’Etat burkinabé que la protection des journalistes et de leurs locaux de travail est une prérogative qui lui incombe en même temps que celle de tous les citoyens », a ajouté Baglo.

Dans une déclaration signée de son président Chérif Moumina Sy, la Société des éditeurs de la presse privée (SEP) a confirmé le cambriolage, et a affirmé que « du matériel d’autres natures, des biens et des objets de valeur plus importante et à portée de main ont été soigneusement épargnés pendant le cambriolage au profit uniquement des outils de production comportant des données dont se servent les journalistes. Toute chose qui élimine d’ores et déjà la thèse d’un cambriolage ordinaire et fait croire plutôt à un acte ciblé et savamment orchestré », a déclaré la SEP.

« Nous observons que le Burkina Faso traverse une période politique assez agitée mais cela ne doit pas être une raison qui menace la sécurité des journalistes et de leurs lieux de travail », a pour sa part déclaré Mohamed Garba, président de la Fédération des Journalistes Africains.

La FIJ et la FAJ constatent avec la SEP, que les cambriolages suivis du vol d’outils de travail au domicile des journalistes sont de plus en plus récurrents au Burkina Faso. "Ils ne mais ne doivent pas être relégués au rang de faits divers : ils doivent être sévèrement punis", ont ajouté Baglo et Garba.

« L’attaque ciblée des locaux de l’Opinion amène à dire que les hommes et femmes de médias pourraient être visés par des individus tapis dans l’ombre dont l’unique et seul dessein serait d’œuvrer à bâillonner la liberté de la presse au travers de divers actes d’agression et d’intimidation », déclare Chériff Moumina Sy, président de la SEP dans un communiqué publié le 10 février.

Pour plus d'information veuillez contacter la FIJ au: +221 33 867 95 86/87

La FIJ représente 600.000 journalistes dans 134 pays

La FAJ représente plus de 50.000 journalistes dans 40 pays en Afrique

commentaires

Haut de page