Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le secteur français de l’armement boosté par les tensions au Moyen-Orient (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 1 Février 2014, 03:45 France Armements Moyen-Orient

Le secteur français de l’armement boosté par les tensions au Moyen-Orient (Blog Finance)
Le secteur français de l’armement boosté par les tensions au Moyen-Orient
Blog Finance
Elisabeth Studer

Lire aussi : Les six plus grands pays marchands d'armes sont les USA, le Royaume-Uni, la Russie, la France, Israël et l'Allemagne

La guerre, un bon moyen pour relancer l’économie ? Cela y ressemble … Il est vrai que la recette n’est pas nouvelle

Quoi qu’il en soit, les exportations du secteur français de l’armement se sont envolées de 30 % en 2013. Un excellent résultat dû notamment aux ventes destinées au Moyen-Orient. Au final, des commandes d’une valeur de 6,3 milliards d’euros ont été enregistrées durant l’année, contre 4,8 milliards d’euros en 2012.

Ce qui permet au ministère de la Défense d’affirmer que 2013 a été marquée par « un retour significatif des contrats majeurs« , avec huit contrats d’environ 200 millions d’euros, contre trois seulement l’année précédente.

Tout semble être pour le mieux dans le meilleur des mondes ou presque , puisque la France espère « faire au moins aussi bien en 2014″ et conforter ainsi sa position de quatrième exportateur d’armes au niveau mondial , derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie.

Il faut dire que le domaine est porteur et le contexte on ne peut plus « favorable » …. les tensions entre Etats-Unis, Iran et Syrie n’offrant pas que des désavantages … D’autant plus que, selon la Défense, la politique française au Moyen-orient « fait que les monarchies du Golfe ont tendance à favoriser les commandes françaises ».

La filière a également gagné en efficacité via la création d’un Comité ministériel exportations de défense (Comed), lequel a permis d’obtenir un meilleur soutien aux entreprises dont « l’attitude de conquête » a été soulignée.

Résultats des courses : la France a fait un retour particulièrement remarqué et remarquable sur le marché moyen-oriental, puisque ce dernier a représenté 40 % du montant total de ses exportations.

L’Arabie saoudite est ainsi le premier client des entreprises françaises (représentant 28 % de l’ensemble) avec 1,8 milliard d’euros de prises de commandes. Viennent ensuite l’Asie du Sud-Est (16 %), et tout particulièrement Singapour, l’Afrique du nord (11 %) et l’Amérique latine (9 %).

Parmi les contrats majeurs 2013, notons le marché de rénovation de la flotte saoudienne, pour plus de 500 millions d’euros, la vente de satellites de communication au Brésil pour 300 millions, mais également la vente d’hélicoptères à l’Ouzbékistan et au Pérou.

La société ODAS, qui représente les intérêts français en Arabie saoudite, a en effet signé cet été un contrat d’Etat à Etat avec Ryad d’un montant de plus de 1 milliard d’euros portant sur la modernisation d’une partie de la flotte militaire du Royaume, à savoir quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). DCNS, Thales et le fabricant européen de missiles MBDA ainsi que ODAS se partageant la commande.

Reste tout de même qu’un tel contrat constitue une première pour DCNS en Arabie Saoudite. Le chantier naval français va devoir créer une structure industrielle à Djeddah sur les bords de la Mer Rouge. A noter également que la remise en état des navires devrait être complexifiée par leur manque d’entretien.

Ce que la Défense oublie ainsi de dire que DCNS devra relever le défi de maîtriser coûts de production et les délais dans un nouvel environnement … tout en gardant en ligne de mire la signature d’un nouveau contrat de modernisation (Sawari II ).

A noter également la signature de deux contrats d’une valeur totale de près de 1 milliard d’euros pour EADS et Thales aux Emirats arabes unis (deux satellites espions et 17 radars de défense aérienne). Autre élément notable : les contrats d’une valeur inférieure à 200 millions d’euros ont progressé de 7 %.

Principaux bénéficiaires d’un tel engouement pour les produits français : MBDA et Thales, spécialisé dans l’électronique de défense. La seule part française de leurs contrats représente pour chacun une somme de 1,5 milliard d’euros.

Des chiffres plus que satisfaisants qui pourraient un temps faire oublier les déboires du rafale de Dassault à l’international.

Sources : AFP, La Tribune

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com - 31 janvier 2014

Le secteur français de l’armement boosté par les tensions au Moyen-Orient (Blog Finance)
Le secteur français de l’armement boosté par les tensions au Moyen-Orient (Blog Finance)

commentaires

Haut de page