Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Côte d’Ivoire Ouattara sur une liste de « 16 dictateurs les plus cruels du monde » (Connection Ivoirienne)

par Connection Ivoirienne 30 Mars 2014, 20:21 Côte d'Ivoire France Ouattara Dictature

Côte d’Ivoire Ouattara sur une liste de « 16 dictateurs les plus cruels du monde » (Connection Ivoirienne)
Côte d’Ivoire Ouattara sur une liste de « 16 dictateurs les plus cruels du monde »
Connection Ivoirienne

Cette liste a comme caractéristiques majeures que ces présidents, qualifiés de dictateurs, sont vieux et malades.

Ils sont tous proches de 70 ans ou plus !

Dans cette liste, y figure au total sept présidents africains qui sont, pour les uns, au pouvoir depuis l’indépendance du pays et pour les autres, une deuxième génération de président de la République. Les indépendances ayant lieu depuis les années 1960, il faut donc dire que ce sont tous des régimes d’un demi-siècle maxi pour les uns et d’un quart de siècle mini pour les autres. Ces présidents contrôlent tout: le système politique (l’exécutif), économique, judicaire et législatif malgré le discours démocratique que l’on peut leur prêter par moments.

En Côte-d’Ivoire, Ouattara a tout verrouillé, comptes bancaires d’opposants gelés, domiciles occupés et biens emportés, opposants emprisonnés ou déportés vers la Haye, caporalisation des médias d’Etat, milices armées et dozos nordistes [comme Ouattara] intégrés a l’armée nationale [FRCI], contrats d’état gré à gré à des proches par centaines de milliards, tribalisme et régionalisme [rattrapage ethnique], naturalisations massives en vue d’un électorat acquis a sa cause et de mêmes origines ethnico-tribales que lui…Un tableau sombre en somme pour celui qui depuis le Golf Hôtel, encerclé par les troupes de Laurent Gbagbo, ne faisait que claironner qu’il était le « meilleur démocrate » au monde. La pilule fut amer à avaler pour la classe politique et les Ivoiriens depuis sa prise effective de pouvoir, qui n’aurait été possible sans les interventions des armées française et burkinabé.

commentaires

Haut de page