Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crimée : la nationalisation du secteur énergétique entraîne des pertes majeures pour l’Ukraine (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 23 Mars 2014, 08:46 Ukraine Russie Gaz Crimée Nationalisation

Crimée : la nationalisation du secteur énergétique entraîne des pertes majeures pour l’Ukraine (Blog Finance)
Crimée : la nationalisation du secteur énergétique entraîne des pertes majeures pour l’Ukraine

Par Elisabeth Studer

Le Blog Finance

Alors que nous laissions entendre récemment que la Crimée pourrait représenter un enjeu particulièrement important en terme d’hydrocarbures, pouvant justifier en grande partie le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine, les faits semblent nous donner raison désormais.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a ainsi indiqué vendredi que le rattachement de la Crimée à la Russie avait engendré des pertes de centaines de milliards de dollars pour l’Ukraine. S’exprimant devant des journalistes à l’aéroport à son retour de Bruxelles, M. Iatseniouk s’est élevé contre la récente nationalisation par la Russie de dizaines d’installations appartenant à l’Etat ukrainien. « Il ne s’agit pas de milliards mais de centaines de milliards de dollars », a-t-il insisté. Le Premier ministre ukrainien a par ailleurs indiqué que l’Etat ukrainien devrait déposer à très brève échéance des requêtes auprès de tribunaux internationaux.

Via ce qu’on peut considérer comme une annexion de la Crimée par la Russie, l’Ukraine vient ainsi de perdre le contrôle de ses gisements gaziers de la mer Noire. La déclaration d’indépendance votée par le parlement de la péninsule en vue de son rattachement à la Russie, porte également sur le plateau continental et la zone économique exclusive en mer.

Le vice-premier ministre de Crimée, Roustam Temourgaliev avait prévenu la semaine dernière qu’en cas de victoire au référendum de dimanche, «toutes les entreprises nationales ukrainiennes seront nationalisées et deviendront propriétés de la Crimée autonome».

Lundi, le parlement régional de Crimée a voté en faveur de la nationalisation des compagnies d’énergie Tchornomornaftogaz et Ukrtrans gaz et de tous leurs équipements situés sur le territoire de la Crimée. Tchornomornaftogaz, en charge de l’extraction des hydrocarbures, est une société pétrolière publique ukrainienne, filiale de l’opérateur public ukrainien Naftogaz, présente en Crimée et sur le plateau continental qui entoure la péninsule. Sa valeur est estimée par les analystes entre 500 et 800 millions de dollars.

Deux autres entreprises ont vu leur statut modifié : Oukrtransgaz et l’entreprise d’approvisionnement en hydrocarbures de Feodossia dans le sud-est de la Crimée.

Tchornomornaftogaz emploie 4 000 personnes et a produit 1,6 milliard de mètres cubes de gaz en 2013, ce qui correspond à plus de 5% de la production ukrainienne. Ce volume, en hausse de 40% par rapport à 2012 est suffisant pour assurer la consommation de Crimée.

L’entreprise exploite dix-sept gisements, onze de gaz naturel, deux de pétrole et quatre de condensat de gaz et dispose de 13 plateformes offshore, en mer d’Azov et en mer Noire. Elle emploie plus de 4.000 personnes.
Plusieurs medias russes laissent entendre que la société pourrait être rachetée par le géant gazier russe Gazprom.
Le numéro deux du gouvernement de Crimée, Roustam Temirgaliev, a ainsi indiqué au journal russe Kommersant que l’appel d’offres pour sa privatisation serait lancé rapidement et que Gazprom avait fait part de son intérêt.

Dans un entretien au site internet de l’édition ukrainienne du magazine Forbes, le vice-président de Tchornomornaftogaz a déclaré que dès le jeudi précédant le référendum, des représentants du pouvoir local étaient venus installer leurs représentants à la tête de l’entreprise, escortés d’hommes armés. Parmi eux figuraient quatre représentants de Gazprom. Des hommes armés se sont ensuite postés sur les plateformes de l’entreprise.
Au delà de l’aspect financier, cette perte nuit à la stratégie de l’Ukraine de s’affranchir de ses importations en gaz russe. A noter également que d’importants moyens avaient été mis en oeuvre pour moderniser l’entreprise ukrainienne. Cette dernière s’est fixée pour objectif de doubler sa production d’ici 2015, tandis que la construction de gazoducs en direction du sud de l’Ukraine est planifiée.

Sources : AFP, Medias russes

Elisabeth Studer – 21 mars 2014 – www.leblogfinance.com

commentaires

Haut de page