Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Echappée belle de Michel Sapin dans la dictature douce mauritanienne! (Mondafrique)

par Nicolas Beau 11 Mars 2014, 14:38 Michel Sapin Mauritaie Dictature France

Echappée belle de Michel Sapin dans la dictature douce mauritanienne!
 Par Nicolas Beau 
Mondafrique

Michel Sapin, ministre du travail, effectue un déplacement en République islamique de Mauritanie du 6 au 9 mars 2014. Au cours de cette visite dans ce pays qu'il affectionne particulièrement, le ministre rencontrera Mohamed Ould Abdelaziz, Président de la République islamique de Mauritanie, un pays qui connaît une corruption endémique et des troubles violents dans la rue ces derniers jours...Mais de ces sijets qui fachent, un Sapi toujours indulgent pour le régime d'Aziz ne dira sans doute rien.

Michel Sapin a toujours eu pour la Mauritanie une certaine tendresse. Longtemps député à l'Assemblée Nationale, il a présidé le groupe d'amitié France-Mauritanie. Lorsque l'actuel président Aziz prend le pouvoir en 2008 à la suite d'un coup d'Etat militaire, les politiques français ont été peu nombreux, au départ, à lui trouver des circonstances atténuantes. Il faudra quelques mois pour que Nicolas Sarkozy et Claude Guéant blanchissent le coup de force d'Aziz et reprennent des relations normales avec la Mauritanie.

Eh bien, Michel Sapin fera, quelques jours après la prise de pouvoir par Aziz, des déclarations plus qu'ambigües pour dédouaner le général putchiste et explique benoîtement que deux facteurs expliqueraient ce coup de force : le danger de l'islamisme radical, une vieille rengaine, et la crise politique qui sévirait dans le pays. En fait de crise, le prédécesseur d'Aziz fut le seul président démocratiquement élu de l'histoire de la Mauritanie et chercha en effet à rogner un peu le pouvoir d'une armée mauritanienne qui s'est toujours comporté en territoire conquis. Pour conclure à l'époque, Michel Sapin expliquait que le coup d'Etat était l'occasion de trouver "des voies constitutionnelles" pour le pays.

Et effectivement après les élections présidentielles bâclées de 2009 où Aziz se refait grossièrement une virginité démocratique, Michel Sapin vole une nouvelle fois à son secours. Il avait déclaré, le 27 octobre 2009, après une audience que lui a accordé le président Aziz à Paris que « les résultats de l’élection présidentielle de juillet 2009 en Mauritanie sont des résultats transparents, reconnus à l'intérieur de la Mauritanie comme à l'extérieur et nous pouvons désormais reprendre normalement nos relations (…) "

Echappée belle

On comprend mieux dans ces conditions que Michel Sapin, malgré la controverse sur les chiffres du chomage en France, trouve le temps de passer quatre jours en Mauritaine pour rencontrer le président Aziz. Parlera-t-il à son interlocuteur des appels d'offre truqués, de la corruption généralisée, des élections fraudées qui caractérisent aujourd'hui l'état du pays? On peut en douter.

Il reste que Michel Sapin arrive en Mauritanie dans un climat de contestation et de trouble. En début de semaine, des manifestations violentes ont eu lieu à Nouakchott, ainsi que dans d'autres villes mauritaniennes, suite au témoignage d'un adolescent qui aurait vu quatre hommes descendre d'un 4*4 pour pénétrer dans une mosquée de Nouakchott, dans le quartier Teyarett, et y jeter le Coran dans les toilettes. Vrai? Faux? C'est du moins une version colportée dans certains méias. Le régime a officiellement cherché à apaiser les manifestants, tout en proclamant haut et fort la primauté de la religion. Rien que de très normal dans une république islamique qui applique une charia plutôt light depuis une trentaine d'années.

Plus grave, le président Aziz a utilisé cet incident, dont on ignore la réalité, pour discréditer le seul parti d'opposition encore représenté significativement au Parlement, le mouvement "Tawassoul", succursale mauritanienne du mouvement des Frères Musulmans. Les sites d'information mauritaniens proches du pouvoir désignent l'imam Mohameden Ould Dah comme le responsable de la mosquée où a eu lieu le vrai faux incident. Interpellé, laisse-t-on entendre, il aurait refusé de collaborer à l'enquête.

Une façon d'insinuer que ce religieux lié aux Frères Musulmans aurait lui-même fabriqué ce fait divers pour créer des troubles dans la rue.

Echappée belle de Michel Sapin dans la dictature douce mauritanienne!  (Mondafrique)

commentaires

Haut de page