Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Égypte: La junte militaire condamne à mort 529 membres des Frères musulmans (WSWS)

par Johannes Stern 27 Mars 2014, 08:24 Egypte Junte militaire Frères musulmans Peine de mort Condamnation

Égypte: La junte militaire condamne à mort 529 membres des Frères musulmans (WSWS)
Égypte: La junte militaire condamne à mort 529 membres des Frères musulmans
Par Johannes Stern
WSWS

Lundi, un tribunal égyptien a condamné à mort 529 membres des Frères musulmans (FM). C'est la plus grande condamnation à mort de masse de l'histoire récente et cela marque une nouvelle étape dans la campagne impitoyable de la junte militaire soutenue par les États-Unis pour annihiler ses opposants politiques et noyer la révolution égyptienne dans le sang.

Depuis le coup d'État du 3 juillet 2013 (mené au cours de manifestations de masses contre le président FM Mohammed Morsi) la junte militaire a violemment attaqué les sit-ins, les manifestations et les grèves, tuant au moins 1400 personnes et en emprisonnant plus de 16.000. Il a interdit les FM, la plus grande organisation islamiste d'Égypte, a promulgué une loi contre les manifestations et imposé une constitution qui entérine le rôle dominant de l'armée dans la société.

La plupart des accusés ont été arrêtés au cours des manifestations dans le gouvernorat de Minya contre le coup d'État qui ont éclaté après la dispersion brutale de deux sit-ins pro-Morsi au Caire par les forces de la police et de l'armée le 14 août. Les accusations portées contre eux comprennent le meurtre, la tentative de meurtre, l'attaque d'un commissariat et des dégâts aux biens publics et privés. Sur 545 accusés, seulement 150 étaient présents au tribunal; tous les autres ont été jugés par contumace.

L'ensemble du procès, qui avait tout l'air d'un procès-spectacle, était une mascarade.

«C'est l'affaire la plus rapide et le nombre de condamnés est le plus élevé dans l'histoire de la justice», a déclaré l'avocat Nabil Abdel Salam, qui défend les membres dirigeants des FM dont Morsi lui-même. L'avocat de la défense Khaled el-Koumi a déclaré à l'Associated Press: «Nous n'avons pas eu l'occasion de dire un mot, de nous pencher sur plus de 3000 pages d'enquête et de voir quelles sont leurs preuves.»

Le juge qui présidait, Said Youssef, aurait commencé à crier et demander l'intervention du service d'ordre du tribunal quand les avocats de la défense ont protesté contre la conduite de la procédure. Certains avocats ont déclaré qu'ils se sont vu tout bonnement interdire l'entrée du tribunal.

Walid, un membre de la famille de l'un des accusés, a déclaré à Reuters: «Un procès qui commence le samedi et qui n'en est qu'à l'audience préliminaire, où le juge n'écoute aucun avocat, aucun témoin et n'appelle même pas les accusés: vous savez que vous êtes devant un groupe de truands et non devant la justice.»

Des scènes dramatiques se sont déroulées après le verdict. Des membres des familles ont commencé à crier de désespoir et la télévision publique a rapporté que des manifestants en colère ont mis le feu à un bâtiment proche.

Hier, un autre procès de masse devait commencer et 683 autres personnes font face à des accusations similaires. Parmi les accusés, il y a le guide suprême des FM, Mohamed Badie, et le dirigeant de sa branche politique, Saad al-Katani.

Le gouvernement américain et ses alliés impérialistes en Europe ont réagi par des déclarations vides et complètement hypocrites. Marie Harf, la vice-porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, a exprimé «de graves inquiétudes» et un «choc» au sujet de «la condamnation à mort de 529 Égyptiens pour la mort d'un policier». En même temps, elle a clairement indiqué que le soutien de Washington à la junte serait maintenu. Elle a insisté sur le fait que la Maison-Blanche considère ses liens avec Le Caire comme «une relation importante», et qu'elle n'a aucun désire de «mettre un terme à ces relations».

La haute représentante de l'UE, Catherine Ashton, a rappelé à la junte égyptienne que «la peine de mort est cruelle et inhumaine» et a demandé aux «autorités provisoires en Égypte d'appliquer les normes internationales». Elle a affirmé: «C'est particulièrement important pour la crédibilité de la transition égyptienne vers la démocratie.»

Alors que la junte militaire emploie les méthodes les plus barbares et les plus antidémocratiques, Washington et Bruxelles continuent à présenter la situation comme une transition vers la «démocratie».

Ce verdict intervient en plein durant les préparatifs de la junte militaire pour installer le chef du coup d'État et ministre de la Défense, le maréchal Abdel-Fattah al-Sisi, comme nouveau président. Le dictateur de facto a supervisé ces massacres et ces emprisonnements durant les mois derniers et se prépare maintenant à une confrontation directe avec la classe ouvrière, qui est la cible principale de la répression étatique et du coup d'État militaire lui-même.

Lors d'une conférence de jeunes docteurs au début du mois, Sisi a lancé la menace d'années d'austérité et de souffrances: «Nos conditions économiques, pour être totalement sincère, sont très, très difficiles. Je me demande si les gens sont prêts à en faire plus pour notre pays. Le pays ne va pas faire de progrès avec des mots. Il va progresser par le travail et par la persévérance, l'impartialité et l'altruisme. Possiblement une ou deux générations [devront souffrir] pour que les générations suivantes puissent vivre.»

Il y a des signes de plus en plus nets de conflit social et de luttes ouvrières. Le nouveau premier ministre égyptien Ibrahim Mehleb a été installé à la fin du mois dernier en plein milieu d'une grève massive de dizaines de milliers de travailleurs du textile et des chauffeurs de bus. Il a appelé au «patriotisme» des travailleurs égyptiens et a insisté sur le fait qu'il serait temps de travailler et non de faire grève. Il a prévenu que «faire de demandes qui dépassent la logique détruiront le pays» et déclaré: «la sécurité et la stabilité dans l'ensemble du pays ainsi que l'écrasement du terrorisme ouvriront la voie à l'investissement».

Le règne de la terreur militaire et sa préparation d'une violence contre toutes les grèves et les manifestations pour le compte du capital financier international soulignent le rôle contre-révolutionnaire des organisations libérales et de la pseudo-gauche qui ont soutenu ce coup d'État militaire.

Au premier plan parmi ceux-ci, il y avait le groupe des Socialistes révolutionnaires (SR), qui ont, depuis l'éclatement des luttes de masse en janvier 2011, soumis les manifestations à l'une faction ou l'autre de la bourgeoisie. Après avoir commencé par encourager les illusions dans le régime militaire établi après la chute du dictateur Hosni Moubarak soutenu par les États-Unis, les SR ont ensuite fait la promotion de Morsi et des FM, en les présentant comme «l'aile droite de la révolution».

Au cours des manifestations de 2013, les SR ont soutenu avec enthousiasme le mouvement Tamarod qui comprenait le Front national du salut du dirigeant libéral Mohammed El Baradei. Tamarod a joué le rôle principal pour détourner l'opposition des masses derrière l'armée.

Tamarod alimente maintenant la campagne violemment nationaliste et anti-ouvrière de la junte et soutient l'arrivée d'al-Sisi à la présidence. Le chef de Tamarod, Mahmoud Badr, a récemment déclaré que Tamarod «soutient complètement Abdel Fattah al-Sisi comme président de l'Égypte», et appelle «tous les Égyptiens» à le soutenir «en tant que candidat national et accepté par la population».

Quant aux syndicats, ce sont les partisans les plus ouverts de la campagne nationaliste de la junte. Gebaly al-Maraghy, le président de la Fédération des syndicats d'État égyptiens n'a fait que répéter le programme de la junte d'une confrontation massive avec la classe ouvrière quand il a déclaré: «Notre bataille est d'augmenter la production et de combattre le terrorisme. Si nous ne gagnons pas, toute l'Égypte sera détruite.»

(Article original paru le 23 mars 2014)

commentaires

Haut de page