Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hillary Clinton et autres barbares, à la porte de la Russie

par Sam La Touch 8 Mars 2014, 14:06 Ukraine USA Racisme Fascisme Nazisme Hillary Clinton Articles de Sam La Touch

Hillary Clinton et autres barbares, à la porte de la Russie
Hillary Clinton et autres barbares, à la porte de la Russie
Hillary and Other Assorted Barbarians at Russia’s Gate
par Black Agenda Report, rédacteur en chef Glen Ford

Traduction SLT

"Les Etatsuniens ressemblent aux fascistes blancs du Sud des USA, avec leurs hypothèses récurrentes de suprématie, de privilège global, et de mission nationale d'ordre divin."

Hillary Clinton est un blasphème ambulant - et, de ce fait, un candidat de choix pour être la prochaine présidente des États-Unis. Le démon qui a joué les Jules César quand les djihadistes employés par les USA ont massacré Mouammar Kadhafi en Libye ( Clinton déclarait en riant à gorge déployée : "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort") compare maintenant la réponse de la Russie au putsch fasciste pro-étatsunien en Ukraine à la quête d'Hitler pour une Grande Allemagne. Ces paroles équivalent à un crachat sur les tombes des 25 millions de Russes et d'autres nationalités soviétiques abattus dans la jihad raciste d'Hitler - à la face des personnes qui ont effectivement vaincu les nazis alors que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne flânaient au large des côtes de l'Europe. À la fin de la guerre, les États- Unis ont exfiltré des milliers de nazis pour renforcer leur armement nucléaire / chimique / biologique qui ouvrirait la voie à un "siècle américain " - tout en confisquant les passeports de Paul Robeson et de WEB Dubois.

Grâce aux Etatsuniens, la dénazification ouest-allemande ne s'est jamais produite, mais, au milieu des années soixante-dix, Washington a implanté des régimes militaires fascistes en Amérique latine - dont la dictature guatémaltaise qui a exterminé 200 000 guatémaltèques mayas.

Lorsque John Kerry fait l'éloge des "braves Ukrainiens" qui sont "descendus dans les rues pour s'opposer à la tyrannie et demander la démocratie", il fait cause commune avec les héritiers politiques directes des unités ukrainiennes de la Waffen SS ainsi qu'avec les gardes de camp de concentration qui ont adhéré avec enthousiasme au saccage génocidaire d'Hitler au milieu du 20ème siècle. Les fascistes ukrainiens, qui commandent 40 pour cent de l'électorat dans certaines régions de l'ouest du pays, ont retourné le compliment à Kerry et ont fait hisser le drapeau des confédérés dans l'hôtel de ville de Kiev. Ils considèrent, à juste titre, que l'épicentre de leur idéologie n'est pas Berlin, mais Washington.

"La pureté ethnique fut le principe d'organisation des règles du parti démocratique unique dans le sud des Etats-Unis à partir du milieu des années 1870 jusqu'au milieu des années 1960."

L'affinité trans-atlantique va bien au-delà des 5 milliards de dollars que la secrétaire d'Etat adjointe Victoria Nuland a investi dans le développement des «institutions démocratiques» en Ukraine - entraînant le renversement du gouvernement démocratiquement élu et son remplacement par la loi ethnique du peuple. C'est le modèle qui a régné dans le sud des Etats-Unis pendant près d'un siècle, après l'échec de la reconstruction. La pureté ethnique était le principe d'organisation d'un parti à régime démocratique dans le sud des Etats-Unis depuis le milieu des années 1870 jusqu'au milieu des années 1960. Race et nation étaient unis, ordonnées par Dieu, la science et l'histoire, obligeant chaque homme blanc à casser et brûler les corps des Noirs, des métis et des blancs qui pourraient remettre en cause l'ordre politique.

Les règles de la foule - fondés sur la loi du lynchage - ont soutenu la suprématie politique et économique des secteurs les plus exploiteurs de l'industrie et de l'agroalimentaire. Le sud des Etats-Unis ou "Solid-Sud" s'inscrit non seulement dans la définition «classique» du fascisme mais il a fourni un modèle pour les fascistes des générations futures. L'ordre de l'apartheid au sud des Etats-Unis est antérieur à la mise en place des régimes fascistes en Europe et, en terme de sa composante raciale, a plus à voir avec la composante nazie de l'Italie de Mussolini.

L'unité idéologique du Sud Blanc a permis aux Démocrates/fascistes d'exercer une influence démesurée sur le gouvernement national. Le mouvement au sein des états du "Dixie" ((Virginie-Occidentale, Kentucky, Maryland, et Missouri) - infiltrés par le mouvement du Ku Klux Klan est devenu un phénomène national, et l'empire étatsunien émergent a rayonné sur ​​le monde avec un accent résolument sudiste. Pré-guerre civile, rêves d'une suprématie blanche dans le sud et de la construction d'un empire d'esclaves dans les Etats-Unis allaient bien avec les ambitions impériales de Teddy Roosevelt...

"Le Sud des Etats-Unis "Solid Sud" s'inscrit non seulement dans la définition « classique » du fascisme, il a fourni un modèle pour les fascistes à venir."

Lorsque le Mouvement pour la liberté des Noirs a entraîné une scission du Parti national démocratique, au début des années soixante, les Blancs du Sud liés aux Républicains, ont transformé le Parti de Lincoln en Parti national de l'homme blanc.

Avec le mouvement "Dixie", principal fondement de la base du collège électoral républicain, le langage codé racial est parvenu à dominer le discours politique étatsunien en général. Dans un sens très réel, les Etatsuniens ressemblent par certains aspects à des fascistes blancs du Sud, avec leurs hypothèses récurrentes de suprématie, de privilège global, et de mission nationale d'ordre divin- auquel adhèrent beaucoup de Noirs étatsuniens. Après tout, l'ordre fasciste de la période précédent les années soixante qui fut massif dans le Sud était simplement l'expression nationale de la "destinée manifeste"("Manifest Destin") étatsunienne - une religion nationale selon laquelle la nation étatsunienne a pour mission divine de répandre la démocratie et la civilisation pour justifier sa conquête de l'Ouest du pays.

Les fascistes de par le monde - et pas seulement ceux d'Ukraine - savent qu'ils ont des dizaines de millions de congénères aux États-Unis, y compris les dirigeants des deux principaux partis. C'est pourquoi ils ont soutenu la suprématie blanche du gang de Kiev. À son tour, la classe politique et les médias US prouvent qu'ils sont aussi dans la mouvance fasciste, en prétendant que leurs alliés ukrainiens sont démocrates.

Alors que les États-Unis et l'OTAN s'apprêtent à intervenir à la porte de la Russie, tout comme l'Allemagne en 1941, Hillary Clinton au travers de ses rodomontades tente de retourner le parallèle historique en dépeignant un président Poutine cherchant à bâtir une "Grande Russie". Le Kremlin a toutes les raisons de croire que les barbares sont à sa porte.

Éditeur BAR exécutif Glen Ford peut être contacté à Glen.Ford @ BlackAgendaReport.com.

Traduction SLT

Hillary Clinton plaisantant à propos de la mort de Kadhafi : "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort".

commentaires

Haut de page