Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Libye, la guerre reprend pour le partage du pétrole (Mondafrique)

par Mondafrique 13 Mars 2014, 09:50 Libye Chaos Guerre Pétrole Balkanisation

Libye, la guerre reprend pour le partage du pétrole (Mondafrique)
Libye, la guerre reprend pour le partage du pétrole

Par Jacques Marie Bourget
Mondafrique

 

Rien ne va plus en Cyrénaïque. Plusieurs milices autonomistes ont pris le contrôle d'importants terminaux pétroliers de cette région de l'est libyen qui vit en quasi autonomie. Une plaie pour les autorités centrales de ce pays dont 70% des ressources proviennent du pétrole. Depuis, un intense bras de fer s'est engagé entre le le parlement "provisoire libyen" et le "premier ministre" autoproclamé de Cyrénaïque, Abd-Rabbo al-Barassi.


 


 




 

inPartag



Rififi à Al-Sedra, le port libyen de Cyrénaïque, à l’est du pays. Depuis la chute de Kadhafi cette province vit en une forme de sécession sous la houlette de groupes fortement armés. Le 8 mars Abd-Rabbo al-Barassi, le « Premier ministre » du « gouvernement » autoproclamé de Cyrénaïque formé en août dernier, a annoncé se lancer dans l’exportation directe de pétrole, sans passer par la structure d’état de Tripoli. « En vendant ces cargaisons, nous ne défions ni le gouvernement ni le Congrès. Mais nous arrachons nos droits », a précisé cet auto-Premier ministre. Depuis juillet 2013, notamment à Ras Lanuf, des groupes rebelles bloquent plusieurs terminaux pétroliers de la Cyrénaïque dont ils réclament l’autonomie. Pour qui sait que 70% des ressources libyennes proviennent du pétrole, on mesure la colère des membres du Congrès Général National, le Parlement « provisoire » libyen.

Un pétrolier Nord-Coréen prend le large

Déjà, en août dernier, les rebelles ont tenté de pratiquer la vente directe du pétrole par le truchement d’un bateau maltais… Sans succès. Cette fois ils ont été à deux doigts de réussir. La semaine dernière un pétrolier Nord Coréen, le « Gloire du Matin », de 350 000 barils, s’est ancré au terminal d’Al-Sedra tenu par les autonomistes. Lundi, alors que les cuves sont pleines, Tripoli se fâche et fait savoir par la bouche du ministre de la Culture ( ! ) que, « peu importe les morts et la pollution, si le navire tente de quitter le port, il sera transformé en tas de ferraille »… Avant lui le Premier ministre Ali Zeidan avait signalé que l’on ne plaisante pas avec l’or noir et que le bâtiment risquait d’être « bombardé ». 

Finalement, le « pouvoir » central a fait appel aux ex-rebelles de Misrata. Mobilisés contre on ne sait quelle récompense, ces guérilleros ont pris le contrôle du « Gloire du Matin » qui devait être escorté vers Misrata ou Zawiyah « afin de vider les cales » et récupérer les 30 millions dollars de brut. Le mardi 11 mars, le navire a finalement échappé à ses accompagnateurs et se trouverait actuellement dans les eaux internationales.

Libérer les terminaux pétroliers

Déçu, le Premier ministre autoproclamé de Cyrénaïque considère cette intervention des frères de Misrata comme « une déclaration de guerre ». Ce qui n’est pas un mince constat dans la bouche d’un homme qui revendique 10 000 combattants. Dans la foulée le Parlement libyen a ordonné la constitution d’une force militaire pour “libérer” les terminaux pétroliers bloqués par les milices autonomistes. Une opération qui devrait être lancée d’ici une semaine et qui, n’en doutons pas, sera coordonnée par les experts et Forces spéciales des pays occidentaux frustrés de ce manque à gagner en pétrole libyen… En face, Essam al Djahan, un chef militaire rebelle, a précisé « Nous envoyons des renforts terrestres et maritimes pour défendre la Cyrénaïque jusqu’à l’ouest de Syrte. Le généralissime de cette armée de « libération » est un certain Ibrahim Djathran, un ancien chef de la brigade anti-Kadhafi “Hamza” un personnage que l’on dit hostile aux islamistes, mais dont on ignore qui le sponsorise… Sans doute un amoureux du pétrole ?


 

commentaires

Haut de page