Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et puisqu'on reparle d'Hugeux Vincent, disons tout ce qu'il faut en dire... (Le Gri-Gri)

par Grégory Protche 24 Avril 2014, 07:10 Vincent Hugeux Gri-Gri L'Express Afrique

Et puisqu'on reparle d'Hugeux Vincent, disons tout ce qu'il faut en dire...  (Le Gri-Gri)
Et puisqu'on reparle d'Hugeux Vincent, disons tout ce qu'il faut en dire... 

Le GriGri

Par Grégory Protche

Il était un nommé Vincent Hugeux. Spécialiste de l'Afrique à l'Express - au sein de la Société des journalistes duquel il exerce des responsabilités (son côté délégué de classe fayot ?).

Les pages de l'hebdo dirigé par l'ami de Carla "Patience" de Bruni-Sarkozy lui semblant trop étroites pour ses considérables réflexions, ses prodigieuses enquêtes et ses incommentables jeux de mots, il publia en 2006 un ouvrage monumental, à la verve satirique rarement égalée depuis - à part, peut-être, par l'immense Béchir Ben Yamed dans l'impayable (mais très achetable) Jeune Afrique.

Le livre s'appelait Les sorciers blancs. Et se présentait comme une manière de pamphlétaire et stimulant essai sur les "blancs" qui s'agitent et opèrent dans la communication, le journalisme et la politique en Françafrique...

Comme prévu, ceux qui furent attaqués dans le bouquin avaient presque tous en commun d'être... noirs.

Le Gri-Gri (déjà pro-Gbagbo) prit une avoine de six pages, directement dictées à Hugeux par nos anciens amis les "Bakchiens" - aka les amateurs de Bakchich (point info) -, qui avaient à coeur de nous aider à leur survivre. Un tissu de saloperies et de calomnies qu'il eût été rapide et aisé de vérifier : en nous appelant, par exemple. Pas le genre de Vincent Hugeux. L'homme coiffé comme les acteurs pornos des années 70 qui dispense, pourtant, des cours de journalisme...

Autre illustration du journalisme selon les règles d'Hugeux : reprendre sans les vérifier des informations erronées, et déjà condamnées par la justice (est-il bête !), au sujet de la directrice d'Africa International, Marie-Roger Biloa.

Devant les tribunaux, Hugeux et son éditeur Fayard en furent quitte pour quelques milliers d'euros.

À notre connaissance, Vincent Hugeux continue d'aimer l'Afrique...

Dessin - Waga Texte - Grégory Protche

commentaires

Haut de page