Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue

par communiqués partis amis et associations 6 Mai 2014, 06:42 Burkina Faso Thomas Sankara Déni de justice Blaise Compaoré Dictature

Affaire Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue

par communiqués partis amis et associations

Le 30 avril 2014, Le tribunal de Grande instance de Ouagadougou s’est déclaré incompétent pour ordonner une expertise ADN afin d’identifier des corps enterrés à Dagnoen.

Nous accueillons, cette décision, avec tristesse, déception et colère et c’est désormais la révolte et la rage qui nous envahissent. Cette décision fait pourtant suite à une requête déposée par les avocats de la famille datant du 2 février 2011. Il a donc fallu 3 ans pour que des juges se déclarent incompétents ! Et la première requête en justice de la famille date quant à elle de 1997 !

La réalité du Burkina Faso, c’est que Blaise Compaoré est le seul véritable juge concernant l’affaire Sankara. Il panique à chaque fois qu’il en est question, redoutant d’être lui-même poursuivi, comme il panique a l’idée d’être poursuivi pour son rôle dans les guerres, du Libéria, de Sierra Léone et de Côte d’Ivoire. C’est la raison pour laquelle, toutes les procédures lancées au Burkina sur l’assassinat de Thomas Sankara sont bloquées.

Mais la famille Sankara est en droit de pouvoir se recueillir sur une tombe authentifiée comme celle du défunt président Thomas Sankara. La famille Sankara, les familles des collaborateurs de Thomas Sankara assassinés avec lui, les peuples africains, et tous les héritiers politiques de Thomas Sankara demandent aujourd’hui la vérité et la justice.

Le peuple burkinabè a cette fois décidé de se lever pour mettre fin au régime décadent de Blaise Compaoré. Cette dernière décision de justice, après la condamnation du Burkina par la Cour africaine des droits de l’homme pour les nombreuses carences dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, ne fait que ternir un peu plus l’image de son régime, alors que la population burkinabé, y compris des personnalités jusqu’ici très proche du président réclame son départ.

Forts des 13600 signatures déjà obtenues (voir http://www.thomassankara.net/spip.p...), du soutien des dizaines d’associations et de partis politiques de par le monde, nous continuons plus que jamais à exiger que justice soit rendue et qu’une commission d’enquête internationale indépendante soit rapidement mise en place, faute de pouvoir compter sur la justice du Burkina. De nombreux témoignages font en outre état de l’implication de la France, de la CIA, de quelques pays voisins dans le complot international qu’est cet assassinat. C’est pourquoi, nous demandons par ailleurs :
aux membres du Congrès américain d’exiger que soient ouvertes, dans leur pays, les archives de l’époque et qu’une investigation soit menée sur une éventuelle implication de la CIA.
aux parlementaires français d’accepter la demande d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara, déjà déposée deux fois à l’Assemblée nationale de la République française, le 20 juin 2011 et le 5 octobre 2012 et d’exiger l’ouverture des archives permettant d’avancer dans la recherche de la vérité

Nous ne voulons plus attendre plus longtemps !

Nous appelons donc de nouveau les citoyen-ne-s, les partis politiques et les organisations de la société civile à amplifier la campagne par de nouvelles initiatives publiques.

Pour qu’enfin la vérité éclate sur l’assassinat de Thomas Sankara, nous appelons de nouveau :
les journalistes à se lancer dans des investigations ;
les historiens à engager de nouvelles recherches ;
les documentaristes à produire de nouveaux films ;
l’opinion publique à faire monter la pression d’un cran.

L’heure de la vérité et de la justice approche. Hâtons là tous ensemble !

Le réseau international « Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique »

Le 1 mai 2014, à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Abidjan, Dakar, Paris, New York, Londres, Washington, Madrid, Bruxelles, Turin, Ajaccio

Contact : contactjusticepoursankara at gmail.com

Affaire Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue

commentaires

Haut de page