Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enlevé et séquestré en lieu inconnu, le journaliste djiboutien MAYDANE OKIEH aux mains de la police politique risque la mort certaine… (Afriques en Lutte)

par Houssein IBRAHIM HOUME 4 Mai 2014, 04:09 Djibouti MAYDANE OKIEH Répression Journalistes Enlèvement Liberté de la presse Police politique

Enlevé et séquestré en lieu inconnu, le journaliste djiboutien MAYDANE OKIEH aux mains de la police politique risque la mort certaine… (Afriques en Lutte)
Enlevé et séquestré en lieu inconnu, le journaliste djiboutien MAYDANE OKIEH aux mains de la police politique risque la mort certaine…

Par Houssein IBRAHIM HOUME
Afriques en Lutte

Enlévé hier après-midi pour avoir couvert l’évènement de la rafle des opposants politiques, le journaliste Maydane OKIEH est enlevé par la police politique du sinistre Hassan Said et sequestré dans un lieu inconnu : une habitude pour le régime djiboutien qui fait monnaie d’échange, une pratique ignominieuse devenue le cheval de bataille pour ne dire l’unique d’un régime aux abois.

Seulement, cette arrestation et séquestration d’un des rares journalistes à avoir défié le régime en place ne grandit pas un Monsieur Ismaël Omar Guelleh à quarante-huit heures de sa convocation à la Maison Blanche avec le Président Barack Houssein Obama.

Un affront intolérable comme si le monde entier devait goûter aux décisions les plus irrationnels de ce tyran sanguinaire qui autorise encore en 2014 à faire torturer ses opposants, à faire assassiner des femmes et des enfants et à faire taire des journalistes dont l’unique objectif est de préserver la liberté et le droit à l’information.

Maydane OKIEH aura commis le seul crime d’informer le monde entier sur ce qui se passe à Djibouti, sur cet insupportable qui cherche à se supporter. Devant cet océan de possibilités désormais hypothétiques et finalement indifférentes où toutes les abbérations de la tyrannie paraissent justifiables, comment agir et réagir pour faire de celle-ci une réelle action et non une réaction ou une abréaction comme celle du dictateur déchu en quête d’une légitimité qui ne vient aprce qu’elle n’existe plus ?

Nous appelons à la libération immédiate et sans condition de Maydane OKIEH, journaliste indépendant pour qu’il continue d’informer sur la réalité quotidienne de Djibouti Nous appelons également à la libération de Mohamed JABHA, le plus ancien des prisonniers politiques ainsi que les 3 Oulémas et tous les prisonniers politiques qui risquent la mort dans la sinistre prison de Gabode.

MAYDANE OKIEH risque la mort si rien n’est fait : il est temps de réagir, d’alerter tous les médias du monde entier pour qu’il échappe à la mort décidée par le régime de Guelleh…

Houssein IBRAHIM HOUMED

commentaires

Haut de page