Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hillary Clinton a-t-elle refusé de désigner Boko Haram comme organisation terroriste ?

par Sam La Touch 10 Mai 2014, 23:30 Articles de Sam La Touch Nigeria USA Boko Haram Al-Quaïda Hillary Clinton

Hillary Clinton a-t-elle refusé de désigner Boko Haram comme  organisation terroriste ?
Hillary Clinton a-t-elle refusé de désigner Boko Haram comme organisation terroriste ?
Did Hillary refuse to designate Boko Haram as a terrorist organization?
Hotair

Traduction SLT

Depuis 2009, Boko Haram a fait des ravages au Nigeria et dans les nations environnantes, alors que le gouvernement nigérian a tenté en vain de réprimer leurs activités de collecte d'armes. Ce groupe de terroristes islamistes a été surtout connu à cette époque pour avoir des liens avec al-Qaïda, à la fois pour des raisons idéologiques et tactiques. Des centaines, voire des milliers de personnes sont mortes dans les attentats terroristes de 2009 à 2013, beaucoup d'entre elles le furent en raison de leur christianisme. Pourtant, Boko Haram n'a été considéré comme un groupe terroriste aux Etats-Unis qu'à partir de novembre 2013.

Pourquoi ? Nous devrions poser la question à Hillary Clinton. Josh Rogin, du Daily Beast, a rapporté hier soir que le Département d'Etat a demandé à plusieurs reprises au cours de son mandat en tant que Secrétaire d'Etat d'ajouter Boko Haram à la liste des organisations terroristes - mais qu'elle a refusé de le faire :

Mercredi, Mme Clinton a déclaré au sujet de l'enlèvement des filles par Boko Haram qu'il s'agissait d'un acte "abominable, c'est criminel, c'est un acte de terrorisme et il mérite vraiment toute la réponse possible, d'abord et avant tout du gouvernement du Nigeria." Clinton a déclaré que quand elle était au poste de secrétaire d'État, elle a eu de nombreuses rencontres avec le président nigérian Goodluck Jonathan et avait exhorté le gouvernement nigérian à faire plus pour la lutte antiterroriste.

Ce que Hillary Clinton n'a pas mentionné, c'est que son propre Département d'Etat a refusé de placer Boko Haram sur la liste des organisations terroristes étrangères en 2011, après que le groupe ait bombardé le siège de l'ONU à Abuja. Le refus est venu malgré l'insistance du ministère de la Justice, du FBI, de la CIA, et de plus d'une douzaine sénateurs et membres du Congrès.

"La seule chose qu'elle aurait pu faire, le seul outil qu'elle avait à sa disposition, elle ne l'a pas utilisé. Et personne ne peut dire qu'elle n'a pas été invitée à le faire. C'est une grossière hypocrisie", a déclaré un ancien haut responsable étatsunien qui a été impliqué dans le débat". Le FBI, la CIA et le ministère de la Justice voulaient vraiment que Boko Haram soit désigné, ils voulaient l'autorisation de pouvoir les poursuivre, et ils ont exprimé à plusieurs reprises leurs volontés auprès des élus."

En mai 2012, Lisa Monaco (maintenant à la Maison Blanche), alors responsable du département de Justice, a écrit au Département d'Etat pour exhorter Clinton à désigner Boko Haram comme une organisation terroriste. Le mois suivant, le général Carter Ham, chef de l'AFRICOM, a déclaré que Boko Haram a fourni un "refuge" pour Al-Qaïda au Maghreb islamique et a probablement partagé des explosifs et des fonds avec ce groupe. Et pourtant, la secrétaire au Département d'Etat, Hillary Clinton, a toujours refusé de placer Boko Haram sur sa liste des terroristes officiels.

Rogin prend soin de déclarer cet épisode comme ayant lieu pendant le mandat de Clinton, mais qui ne furent pas de la responsabilité directe d'Hillary Clinton elle-même. Cependant, il est difficile d'imaginer un fonctionnaire de l'Etat de rang inférieur écarter des demandes du commandant de l'AFRICOM, ainsi que de la CIA et du FBI. La lettre du Département de Justice (DoJ) est allée directement à Clinton, pas à un membre du personnel de niveau intermédiaire. Tôt l'an dernier, avant qu'Hillary ait quitté son poste, les Républicains du Sénat ont tenté de forcer l'État à désigner Boko Haram de manière législative - des efforts que l'Etat a entravé, comme le rapporte Rogin. Selon Rogin, il est clair que la responsabilité de cet échec incombe directement à Hillary Clinton, si il ne s'agit tout simplement pas de la décision elle-même.

Pour citer la Secrétaire elle-même, quelle différence à ce point cela aurait-il fait ? Le Républicain Peter Meehan, qui a rejoint les autres membres du Congrès a écrit "lettre après lettre" à l'Etat depuis 2011 leur demandant d'agir à propos de Boko Haram, a expliqué à Rogin qu'il serait alors beaucoup plus facile de « ramener nos filles », comme Hillary Clinton a commencé à l'exprimer au cours de la dernière semaine :

"Nous avons perdu deux ans de surveillance accrue. Le type de soutien qui se déroule maintenant aurait été en place il y a deux ans", a-t-il déclaré. La désignation "de groupes terroriste" aurait "renforcé la capacité de nos institutions à faire le travail nécessaire. Nous avons été très frustrés, nous avons pris beaucoup de retard."

Alors, pourquoi l'Etat a-t-il refusé d'agir ? Cela semble familier :

"À l'époque, le sentiment qui a été exprimé par l'administration était que c'était un grief local et donc pas une menace pour les États-Unis ou pour ses intérêts", a-t-il déclaré. "Ils disaient qu'Al-Qaïda était en fuite pourtant nos arguments n'allaient pas dans ce sens là. Il s'est métastasé et il est en fait à bien des égards une menace de plus en plus grande et Boko Haram en est un exemple flagrant".

Il est vrai que les problèmes locaux ne nécessitent pas toujours une désignation du Département d'Etat, mais Boko Haram s'est allié à al-Qaïda et lui a fournit au moins un appui tactique. Cela aurait du inciter l'État à intervenir, en particulier avec le consensus au sein de la communauté de sécurité nationale exigeant cette intervention à plusieurs reprises. Au lieu de cela, Hillary Clinton a refusé d'agir afin de maintenir un prétexte selon lequel "al-Qaïda était en fuite."

Maintenant Hillary veut mener l'offensive contre Boko Haram. Dommage qu'elle n'ait pas pu les combattre avec des ressources réelles quand elle en a eu l'opportunité.

Traduction SLT

commentaires

Haut de page