Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage : la récupération néocoloniale du "chef de guerre"

par Sam La Touch 11 Mai 2014, 09:07 Articles de Sam La Touch France Esclavage Journée de commémoration de l'abolition François Hollande Nigeria Boko Haram néocolonialisme Impérialisme

Journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage : la récupération néocoloniale du "chef de guerre"

Lors de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage dans les jardins du Luxembourg à Paris, François Hollande, le 10 mai 2014, a déclaré que "La France ne peut supporter d'entendre de nouveau prononcer le mot hideux d'esclavage sur le sol africain". "L'enlèvement de 220 jeunes filles au Nigeria est un crime abject... La France est donc aux côtés du Nigeria pour retrouver ces jeunes otages et pouvoir punir ceux qui se livrent à de telles abominations" alors qu'une équipe d'experts militaires français est arrivée le même jour au Nigeria pour participer aux recherches [1].


A l'occasion de la journée du 10 mai en mémoire de l'abolition de la traite négrière transatlantique, François Hollande n'a donc pas pu s'empêcher de faire le lien avec "l'enlèvement des 220 collégiennes" par les terroristes islamistes de Boko Haram au Nigéria qui prétendent vouloir les vendre en esclavage. Cette argumentation est spécieuse car loin d'évoquer les réparations en rapport avec le pillage et la mise en esclavage à l'échelle industrielle d'un peuple par l'Occident durant la période des traîtes transatlantiques ainsi que de la rançon imposée par le pouvoir colonial français au peuple haïtien jusque dans les années 1970, il tend à utiliser un exemple marginal au Nigeria qui risque implicitement de relativiser la responsabilité des puissances coloniales dans ce crime contre l'humanité tout en l'instrumentalisant en vue de justifier une intervention militaire française et atlantiste au Nigeria. Le monarque de la République serait-il donc prêt à n'importe quel argutie pour justifier l'inacceptable (les stratégies néocoloniales) à des fins mercantiles (l'accès au pétrole nigérian) ? Puisqu'in fine une intervention militaire français ou/et atlantiste au Nigeria ne fera qu'aggraver la situation sur le terrain comme en Centrafrique, ou en Afghanistan. Pourquoi le "chef de guerre" français ne dénonce-t-il pas l'esclavage au Tchad ou selon l'agence Irin plus de 2000 enfants sont réduits en esclavage dans un pays où le dictateur Idriss Déby a été installé par les services français et maintenu au pouvoir in extremis par l'armée française en 2008 ? Un dictateur par ailleurs accusé de nombreux crimes contre l'humanité selon l'opposition laminée et des organismes humanitaires ? Une indignations sélective de l'impérial-socialiste ?

Mais s'agit-il du même phénomène que celui de la traite négrière transatlantique ? Si il est certain qu'il y a eu une traîte arabo-musulmane monstrueuse en Afrique et qui se poursuit actuellement, de même que certains tyrans et bandits africains ont participé à la traite transatlantique et que le sort des enfants dans les pays défavorisés économiquement est souvent catastrophique, les propos du "chef de guerre" tendent-ils à masquer l'horreur coloniale de la traite négrière occidentale passée et à déculpabiliser les consciences occidentales en renvoyant le phénomène aux Africains dans l'actualité contemporraine ? Comme une certaine résonnance avec un discours colonialiste déculpabilisant maintes fois proféré où ce seraient les Africains qui auraient inventé l'esclavage sur leur continent tandis que les Occidentaux n'auraient fait que s'adapter aux coutumes locales ? En sortant du cadre historique de cette journée de commémoration et en l'inscrivant hors champs de manière manifeste dans une idéologie interventionniste renvoyant au discours pseudo-humaniste de "la responsabilité de protéger" ou du "devoir d'ingérence" en filiation directe avec le "devoir civilisationnel" colonial de Jules Ferry, Hollande instrumentalise la mémoire de la traite négrière transatlantique pour justifier les stratégies néocoloniales et impérialistes qui ont toujours été porteuses d'appauvrissement des peuples et d'asservissement. Ces propos apparaissent pour le moins déplacé en un amalgame douteux qui permet in fine d'instrumentaliser l'affaire des collégiennes enlevées par la secte islamiste Boko Haram pour justifier l'intervention néocoloniale française au Nigeria, l'un des plus gros producteurs de pétrole en Afrique. Cet amalgame permet de créer une cohésion et une fiction nationale autour d'un projet (néo)colonial atlantiste en Afrique s'adressant à tous les Français toutes communauté confondues et notamment à ceux d'origine afro-antillaise. En une énième aliénation idéologique ?

Le cynisme de Hollande se dispute-t-il avec son racialisme ? On sait qu'il est farouchement opposé à toute forme de réparations envers les descendants d'esclaves et notamment envers le peuple haïtien qui a été obligé de verser une rançon à la France pendant presque deux siècles pour sa libération en 1804 des troupes napoléoniennes. On comprend la manière dont il traite les présidents africains au plus haut sommet notamment Macky Sall dont il s'est moqué devant les camarades "socialistes" du gouvernement français en s'écriant, suite à une remarque d'un photographe demandant à Macky Sall de retirer son manteau, qu'un "Africain n'a pas de manteau"[2]. Son humour douteux envers les Africains que d'aucuns pourraient considérés comme assez méprisants et dédaigneux (on se rapelle également de la remarque sur son ministre de l'intérieur "rentré sain et sauf d'Algérie" [3]) est à la hauteur de sa politique néocoloniale criminelle en Afrique. L'intervention au Mali pour chasser les islamistes armés par la France en Libye n'a été qu'un prétexte pour mieux recoloniser et remilitariser le Mali aux richesses fabuleuses et au caractère géostratégique évident [4]. De même son action militaire en Centrafrique marqué par un soutien initial apporté aux milices de la Séléka [5] puis dans un second temps aux désarmements exclusifs (au début de l'opération Sangaris) de celles-ci avec un soutien occulte apporté aux anti-balakas [6-7] a achevé de plonger ce pays dans le chaos le plus total [8].

Que le "chef de guerre" français instrumentalise les terroristes de Boko Haram pour justifier de ses actions militaires au Nigeria lors de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage est tout bonnement scandaleux. Surtout lorsque l'on sait que les liens entre cette secte islamiste et les services occidentaux ou leurs alliés sont plus que suspects [9-10]. On ne rentrera pas dans les détails mais Boko Haram a été financée par l'Arabie Saoudite via des Fonds fiduciaires Al-Muntada en Grande-Bretagne [11], Hillary Clinton [12] du temps de son règne de secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères de l'administration Obama a toujours refusé d'inscrire ce groupe sur la liste des groupes terroristes définis par Washington et enfin certains vont même jusqu'à considérer que comme les islamistes se revendicant d'Al-Quaïda en Libye et en Syrie, Boko Haram a été soutenu par les services secrets occidentaux [9,10, 13].
Tout ce que le "chef de guerre" a trouvé bon à faire a été d'envoyer l'aliénée dans la maison des maîtres cautionner la propagande atlantiste au travers d'une campagne intitulée # BringBackOurGirls[13,15], à l'instar de # Kony 2012 qui a abouti à renforcer la présence militaire étatsunienne en République démocratique du Congo et en Ouganda sans pour autant arrêter le prétendu chef terroriste de la LRA, Joseph Kony [15], afin de justifier l'expansion des forces de l'Africom au Nigeria en instrumentalisant le terrorisme. Hollande avait déjà tenté d'envoyer la pauvre Taubira à la commémoration du génocide au Rwanda pour dédouaner les impérialos-socialistes de leur implication et de leur filiation idéologique criminelle dans le génocide au Rwanda sous l'ère de François Mitterand [16]. Christiane Taubira s'imaginait-elle que que la journée de la commémoration de l'abolition de l'esclavage serait ainsi dévoyée et instrumentalisée par un prétendu "socialiste" marionnette des forces transatlantiques et de l'Etat-major français sans réel contrôle parlementaire ?

Références :
1. Huffington Post, 10 mai 2014
2.Panamza François Hollande : « Un Africain n’a pas de manteau »
3. Blog SLT (Info Panamza) - Algérie. Les bonnes blagues du "chef de guerre" Hollande devant le CRIF -
4. Agoravox Le « chef de guerre » Hollande va de Mali en pis...en Centrafrique
5. Blog SLT Exclusif : comment la France a soutenu la Séléka en Centrafrique
6. Canal Plus, Spécial Investigation, Centrafrique : au coeur du chaos (Vidéo)
7. Blog SLT François Hollande ou le triomphe du néocolonialisme et de la reconquête coloniale de l'Afrique
8. Blog SLT Chaos en Centrafrique et nouvelle rébellion. Le résultat de la politique africaine de Paris depuis 50 ans
9. Blog SLT Boko Haram: Une opération secrète de la CIA ?
10. Newsrescue Boko Haram Is A CIA Covert Operation – Wikileak
11. Infowars Les attaques terroristes de Boko Haram au Nigeria ouvrent la voie à l'Africom
12. Hotair Hillary Clinton a-t-elle refusé de désigner Boko Haram comme organisation terroriste ?
13. Blog SLT Les filières terroristes vers la Syrie étaient soutenues par les services français
14. LDC FRANCE/NIGERIA. Les services français à la rescousse d'Abuja
15. The Guadian ."Cher monde, vos hashtags (# BringBackOurGirls) ne ramèneront pas nos filles"
16. Bog SLT Suite aux accusations de "participation de la France au génocide rwandais" par les autorités de Kigali, le gouvernement français annule sa participation aux commémorations.

Journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage : la récupération néocoloniale du "chef de guerre"
Le dictateur Idriss Déby s'inclinant devant le "chef de guerre" François Hollande. Il a été  porté au pouvoir par les services français et maintenus en 2008 grâce à l'intervention de l'armée française. Il est accusé d'avoir commis de nombreux crimes de guerre et contre l'humanité au Tchad par l'opposition et des ONGs.. Selon l'agence Irin plus de 2000 enfants sont réduits en Esclavage au Tchad.

Le dictateur Idriss Déby s'inclinant devant le "chef de guerre" François Hollande. Il a été porté au pouvoir par les services français et maintenus en 2008 grâce à l'intervention de l'armée française. Il est accusé d'avoir commis de nombreux crimes de guerre et contre l'humanité au Tchad par l'opposition et des ONGs.. Selon l'agence Irin plus de 2000 enfants sont réduits en Esclavage au Tchad.

commentaires

Haut de page