Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ex jihadiste Abdelhakim Belhadj reçu au Quai d’Orsay (Mondafrique)

par Jacques Marie Bourget 15 Mai 2014, 09:22 Abdelhakim Belhadj France Fabius Quai d'Orsay Libye Djihadisme

L’ex jihadiste Abdelhakim Belhadj reçu au Quai d’Orsay (Mondafrique)
L’ex jihadiste Abdelhakim Belhadj reçu au Quai d’Orsay

Par Jacques Marie Bourget 
Mondafrique

Abdelhakim Belhadj, ce jihadiste « repenti » que les États Unis préparent comme un cheval de course afin que, le plus vite possible, il prenne le pouvoir en Libye, était donc en visite à Paris il y a quinze jours. On en sait un peu plus aujourd’hui sur le périple parisien de celui qui est déjà le « Maitre de Tripoli » avant de devenir celui de tout le pays si Washington parvient à ses fins.

Lors de nos précédents articles sur notre ami Belhadj, nous avons évoqué le role joué auprès de lui Chafik Jarraya, un homme d'affaires tunisien douteux surnommé "monsieur Banane" en raison de ses premiers pas dans le commerce de ce fruit recherché en Afrique. Pourtant, à défaut d’avoir une marraine, il apparait que Belhadj possède, non point un seul, mais deux parrains tunisiens aussi peu recommandables l'un que l'autre…

En pleine couscous connection

Celui que l’on découvre maintenant n’est autre que Ghazi Mellouli, un homme « d’affaires » qui a connu son apogée grâce à sa parfaite entente avec le clan Ben Ali. Moncef Ben Ali, le jeune frère du potentat régnant à Tunis, était l'associé numéro 1 de Mellouli,. Hélas, Moncef est mort avant que la justice française n’ait pu le juger pour un colossal trafic de cocaïne, baptisé "la couscous connection".

Après avoir été poignardé par une soirée de pleine lune lors d’une tribulation à Tripoli, le rescapé Mellouli préfère maintenant séjourner en France, loin des couteaux. Dans l’ombre de la Tour Eiffel, il était donc aux côtés de son poulain Belhadj lors du passage de ce dernier à Paris.

Tapis rouge au Quai d'Orsay

Moments chaleureux puisque Belhadj adore l’humour roumain de la secrétaire des Mellouli (Ghazi a aussi un frère dans l’hexagone). Et puisque le « repenti » ne tient pas les femmes éloignées, le sort a voulu que ce soit une représentante du deuxième sexe qui le reçoive au ministère des Affaires étrangères, la distinguée Bénédicte Villardi de Monlaure, excusez du peu. La noblesse du nom rattrapant le faible niveau hiérarchique de la fonctionnaire : sous directrice de l’Afrique du Nord. On le constate, des quolibets et des femmes, à Paris Belhadj est bien tombé dans une embuscade.

La DGSE a protégé le séjour de Belhadf, qui, méfiant, a décidé de changer d’hôtel. Elle a délégué un cornac à l’éminent personnage. Ce gradé de la « piscine » connait Abdelhakim depuis l’offensive de Sarkozy et des forces occidentales contre la Libye. L’homme de l’ombre avait alors été dépêché à Doha, au Qatar, où en compagnie de membres de l’état major de l’armée française, il avait guidé et soutenu Belhadj dans sa conquête de Tripoli.

Ainsi, à quelques heures du 8 mai, Abdelhakim a pu jouer les anciens combattants auprès de ses sponsors.

commentaires

Haut de page