Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau “Guide” libyen fait l’unanimité, sauf en Tunisie (Mondafrique)

par Samir Sohb 23 Mai 2014, 07:06 Libye Khalifa Haftar Moncef Marzouki USA Egypte

Le nouveau “Guide” libyen fait l’unanimité, sauf en Tunisie (Mondafrique)
Le nouveau “Guide” libyen fait l’unanimité, sauf en Tunisie
Par Samir Sohb 

Mondafrique

L'éventail des alliances du Général Khalifa Haftar s'élargit. L'appui des américains permet eu nouvel homme fort de Libye de rallier à son panache des soutiens multiples. Même "la résistance verte", le mouvement des anciens khadafistes dont la création est annoncée pour le début du mois de juin, lui est favorable. Seul le président tunisien Moncef Marzouki fait bande à part et dénonce le coup de force du général Haftar

Les ralliements se multiplient en faveur du général Haftar. Mercredi soir, Abdessalam Jadallah al-Obeidi, chef d'Etat-major de l'armée, originaire lui aussi de Benghazi et issu de la grande tribu Al-Obeidate, a rejoint le camp d'Haftar. C'est le cas également du porte parole de cette institution militaire, Mohamed Hijazi, lui aussi natif de Benghazi. Les soutiens internationaux du militaire libyen se confirment, comme Mondafrique l'avait annoncé. Les premiers entretiens donnés par le général à "El Hayat" et au "Washington Post", les deux grands journaux saoudien et américain, montent à eux seuls où vont les sympathies du général

La revanche de l'Est

Les postes clés, notamment au sein de l'armée, sont en train d'échapper aux hommes de l'Ouest. Dans l'est, les manifestations se multiplient en faveur du nouveau "Guide" libyen. On attend maintenant à Tripoli, le sort de la NOC (National Oil Corporation), le bras financier du pays,qui devrait transférer son siège à Benghazi. Un décret dans ce sens avait été signé par l'ancien premier ministre, Ali Zeidan, proche lui aussi des Américains). Lequel a déclaré lui aussi, depuis l'Allemagne où il réside, son soutien à Haftar.

Même les ex-kadhafistes qui devraient annoncer bientôt la naissance d'un nouveau mouvement "la résistance verte" (déjà présent dans le sud libyen) expriment leurs sympathies pour le nouveau "Gde" libyen. D'anciens hauts cadres de l'armée sous Kadhafi, emprisonnés à Benghazi, ont été libérés. " Nous sommes juste un peu inquiets du sort des cinq cent détenus de la prison militaire de Tripoli, encore entre les mains des milices radicales", a confié à "Mondafrique" un porte parole officieux de "la résistance verte".

Un grincheux à Tunis

Il reste juste un grincheux qui fait grise mine face à l'irrésistible ascension du général Haftar. Il s'agit du président tunisien, Moncef Marzouki, qui a émis des réserves sur le nouvel homme fort libyen. En cela, il reste fidèle à ses commanditaires qataris qui, en Libye, soutiennent les milices islamistes d'Abdelhakim Bellhadj qui jusqu'à présent, du moins à Tripoli, dominaient le paysage politique. Marzouki a soutenu publiquement le gouvernement en place en Libye face au "putch" mené par Haftar. Autant dire que cette nouvelle sortie a jeté le trouble au sein de la classe politique et du gouvernement tunisien, où beaucoup savent à quel point le chaos qui régnait en Libye pouvait provoquer d'immenses dégâts sécuritaires sur les plages tunisiennes.

Enfin le silence assourdissant de la France, où l'on vient de recevoir le patron des Frères Musulmans libyens, Abdelkarim Bellhadj, montre à quel point la diplomatie française marche sur la tête.

commentaires

Haut de page