Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les États-Unis et la Grande-Bretagne vont renforcer le soutien aux rebelles syriens, déclare Kerry (The Guardian)

par Sam La Touch 18 Mai 2014, 11:08 Articles de Sam La Touch USA Syrie Grande-Bretagne OTAN CNS Opposition Collaboration Bachar al-Assad

Les États-Unis et la Grande-Bretagne vont renforcer le soutien aux rebelles syriens, déclare Kerry (The Guardian)
Les États-Unis et la Grande-Bretagne vont renforcer le soutien aux rebelles syriens, déclare Kerry.
Article original : US and Britain to boost support to Syrian rebels, says Kerry
Par Ian Black, Middle East editor
The Guardian

Traduction SLT



L'Arabie saoudite entend jouer un rôle de premier plan dans la coordination des efforts pour armer les unités rebelles soigneusement sélectionnées en Syrie.

John Kerry a déclaré jeudi que les États-Unis, la Grande-Bretagne, ainsi que les Etats européens et arabes vont augmenter tous les aspects de leur soutien à l'opposition syrienne qui lutte pour renverser le président Bachar al-Assad.
S'exprimant à l'issue de rencontres au sommet à Londres, le secrétaire d'Etat étatsunien a déclaré qu'il ne voulait pas discuter des systèmes d'armes spécifiques qui seraient livrés ou de la puissance qui pourrait les fournir, bien que l'Arabie saoudite soit amenée à jouer le rôle principal dans la coordination des efforts pour armer les unités rebelles soigneusement sélectionnées. Les États-Unis et la Grande-Bretagne déclarent qu'ils fourniront uniquement une "aide non létale".

Ahmed Jarba, président de la Coalition nationale syrienne (CNS), avait auparavant exhorté les 11 pays amis de la Syrie lors d'une réunion du groupe au Foreign Office à fournir des missiles anti-aériens pour les aider à lutter contre les attaques aériennes d'Assad.

«Chaque piste possible sera poursuivie par un pays ou un autre», a déclaré Kerry. "Je ne vais pas discuter du type d'armes spécifiques livré ou des pays qui peuvent ou ne peuvent pas fournir [les armes], mais hors de la réunion d'aujourd'hui tous les aspects de ce qui pourra être fait sera renforcé, et cela comprend un effort politique pour aider l'opposition ... et des efforts économiques et des sanctions."

Jarba a passé la semaine dernière à Washington afin de faire du lobbying pour la livraison de missiles portables "Manpad", soulignant l'effet dévastateur des barils de bombes lancés par le gouvernement syrien sur les zones détenues par l'opposition. Il a parlé d'essayer de "convaincre les États-Unis pour nous donner ces armes, ou pour les convaincre de permettre à nos amis de nous fournir ces armes". Il en a fait de nouveau la demande à Londres. "Personne n'a dit non, mais personne n'a fait des promesses", a déclaré un diplomate présent.

Le porte-parole de Jarba, Munzer Akbik, a déclaré au Guardian "Nous avons ressenti une grande compréhension pour le problème et pour trouver une solution adaptée. Heureusement nous trouverons un moyen."

Le ministre des Affaires étrangères, William Hague, a déclaré que la Grande-Bretagne allait accorder un statut de mission diplomatique à la CNS, après un mouvement similaire fait par les États-Unis. Il a également promis une augmentation des efforts humanitaires du Royaume-Uni avec 30 millions de livres de fonds supplémentaires, visant en particulier à obtenir l'accès à des zones de la Syrie que l'ONU n'a pas encore été en mesure d'aider. Kerry a déclaré que les Etats-Unis étaient prêtes à suivre l'exemple de la Grande-Bretagne et d'envisager de canaliser l'aide vers les zones tenues par les rebelles à l'aide des organisations non gouvernementales au lieu de l'ONU. "Nous sommes ouverts à l'idée de fournir une aide par tous les moyens qui iront aux personnes qui en ont besoin et tant qu'une décision n'a pas catégoriquement été prise, nous sommes ouverts à tout" a-t-il déclaré.

Dans une déclaration courte mais très ferme, le groupe des pays amis de la Syrie a condamné le plan d'Assad pour ce qu'ils nomment : des élections présidentielles «illégitimes» du mois prochain comme "une parodie de démocratie". En vertu d'une nouvelle "stratégie coordonnée", ils se sont engagés à "accroître le soutien à l'opposition modérée du CNS, à son conseil militaire suprême et aux groupes d'opposition modérés qui y sont associés." L'utilisation répétée du mot modéré est en contraste avec la préoccupation qu'ils ont exprimé sur "la forte hausse de l'extrémisme".

Kerry a également salué le courage des journalistes britanniques Antony Lloyd et Jack Hill du Times, qui ont été kidnappés, battus et tués par un gang de rebelles dans le nord du pays.

"Ce n'est pas la première fois que des journalistes courageux ont fait partie de l'histoire tragique de la Syrie", a-t-il déclaré. "Beaucoup trop de journalistes et de civils innocents ont été blessés et tués ou pris en otage en Syrie et il y a tout juste deux jours de cela à Washington, nous avons rencontré un grand nombre de familles de ceux qui sont détenus en Syrie".

"Nous sommes très attentifs à poursuivre l'effort pour essayer d'obtenir leur libération. Nous réaffirmons notre respect et notre admiration pour les journalistes qui mettent leur vie et leur liberté en danger pour informer le monde sur des sujets qui n'auraient jamais pu être transmis autrement".

Les États-Unis et la Grande-Bretagne vont renforcer le soutien aux rebelles syriens, déclare Kerry (The Guardian)

commentaires

Haut de page