Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attaque du musée juif de Bruxelles : « Haaretz » parle d’une « guerre secrète » (AFP)

par AFP 1 Juin 2014, 04:10 Musée Juif Bruxelles Haaretz Israël Assassinats Antisémitisme Mossad

Attaque du musée juif de Bruxelles : « Haaretz » parle d’une « guerre secrète » (AFP)

Attaque du musée juif de Bruxelles : « Haaretz » parle d’une « guerre secrète »
AFP

Pour le quotidien israélien « il est possible que le meurtre (...) ne soit pas un crime haineux ou antisémite mais une attaque ciblée (...) une bataille dans une guerre secrète, même s’il y a peut-être eu erreur sur l’identité des personnes visées ».

Selon le quotidien, les meurtres ne seraient pas antisémites, mais le résultat d’une « attaque ciblée » contre des Israéliens ayant travaillé pour le gouvernement.
L’attaque commise samedi contre le Musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts, dont deux Israéliens, pourrait avoir été un assassinat planifié, souligne mardi le quotidien Haaretz. L’homme qui a tué avec une kalachnikov les quatre personnes dans le musée est toujours recherché par les autorités belges.
Les deux Israéliens tués, un couple de quinquagénaires, avaient travaillé pour le gouvernement mais étaient comptables plutôt qu’espions, selon l’expert en matière de défense de Haaretz, Amir Oren. Miriam et Emmanuel Riva « étaient tous deux comptables, employés séparément par des organismes gouvernementaux », a-t-il indiqué. « Mais il est possible que le meurtre (...) ne soit pas un crime haineux ou antisémite mais une attaque ciblée (...) une bataille dans une guerre secrète, même s’il y a peut-être eu erreur sur l’identité des personnes visées ».
En Belgique, la piste terroriste était privilégiée dans l’enquête, avec la désignation de magistrats spécialisés.
Selon Haaretz, Emmanuel Riva a travaillé pour le ministère des Finances ainsi que pour l’organisation Nativ, fondée dans les années 1950 pour encourager secrètement l’éducation juive dans l’Union soviétique durant la Guerre froide ainsi que l’immigration en Israël. Autrefois accusée d’espionnage par le KGB, cette organisation qui dépend du bureau du Premier ministre œuvre aujourd’hui pour encourager l’émigration vers Israël des juifs russophones résidant en Europe de l’ouest, particulièrement en Allemagne.
Miriam Riva a, elle, travaillé pour une « agence gouvernementale » non précisée, affirme le quotidien israélien, précisant que « son travail était purement administratif ». « Elle n’était pas Mata Hari », ajoute le journal, en référence à une danseuse et courtisane qui a été fusillée en France pour espionnage pendant la Première Guerre Mondiale.
Contacté par l’AFP, le ministère israélien de la Défense a nié que le couple ait travaillé pour lui, tandis que le bureau du Premier ministre s’est abstenu de tout commentaire.
Les corps des deux Israéliens sont arrivés en Israël dans la nuit pour être enterrés à 14 heures locales (16 heures en France) dans un cimetière de Tel-Aviv.

commentaires

Haut de page