Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hillary Clinton : va-t-en guerre pour les Banksters (Infowars)

par Sam La Touch 8 Juin 2014, 20:26 Articles de Sam La Touch Hillary Clinton Belliciste Bankster Complexe militaro-industriel Bush Obama

Hillary Clinton : va-t-en guerre pour les Banksters.
La prochaine présidente est soutenue par les mêmes banques et multinationales que Bush et Obama
Article orginel :Hillary Clinton: Warmonger for the Bankster Elite
Par Kurt Nimmo
Infowars

Traduction SLT 

 

Hillary Clinton : va-t-en guerre pour les Banksters

La prochaine présidente est soutenue par les mêmes banques et multinationales que Bush et Obama

 

 

 Malheureusement, il a fallu attendre les médias du gouvernement russe pour connaître la vérité sur Hillary Clinton et le parti de la guerre. Vous n'aurez jamais la vérité de la part des médias du gouvernement des États-Unis qui se gargarisent hypocritement d'être indépendants, «justes et équilibrés».



Clinton, bien sûr, ne dépareille pas du lot des Républicains, y compris de n'importe quels néo-conservateurs. Tous  sont branchés sur le complexe militaro-industriel, les services de renseignements et les banksters qui mènent le monde et qui  prétendent en riant que nous vivons tous dans une démocratie pluraliste. Bien sûr, n'importe quel individu ayant plus de deux neurones connectés ensemble et qui n'est pas dans un déni profond sait que nous vivons dans une ploutocratie autoritaire qui mène le monde au nom d'une petite clique de puissants et de méga-riches internationaux.



Clinton sera la candidate démocrate au poste de lectrice du prompteur (des banksters  et ducomplexe militaro-industriel, ndt). Jeb Bush sera probablement le choix républicain pour jouer un rôle politique équivalent dans ce qui s'apparente à un jeu de chaises musicales. L'élite dirigeante a décidé qu'elle s'en tiendrait à l'avenir à la dynastie Bush-Clinton.



La candidature d'Hillary est préférable parce que les élites tiennent à s'assurer que toute critique et tout activisme politique soient marginalisés, annulés ou considérés comme haineux et donc non seulement révocables, mais digne d'une condamnation violente par le gouvernement. La critique d'Hillary sera considérée comme sexiste de la même manière qu'une critique sérieuse contre Obama pouvait être considérée comme raciste.



En outre, la personnalité conflictuelle et le tempéramment détestable d'Hillary Clinton seront décrits comme des qualités admirables révélatrices d'un fort leadership de la même façon que les personnalités psychopathiques de ses homologues masculins sont décrites comme l'attribut des maîtres dans l'art de gouverner (ce mot est synonyme de bombarder les petites nations sans défense pour renflouer les banques transnationales).



C'est vraiment dommage que ce soit Russia Today qui ait révélé le morceau. Le gouvernement russe, bien sûr, est aussi autoritaire et

violent, et dans certains cas plus, que le gouvernement au pouvoir aux Etats-Unis. La propagande anti-russe diffusée par les réseaux appartenants et exploités par un consortium de banques et de sociétés transnationales soulignent chaque jour les défauts de la Russie.

Tout ce que nous voyons à la télévision, et de plus en plus sur Internet, «dépasse souvent tout ce que l'on pouvait craindre concernant la soumission des médias à la propagande du gouvernement», comme Edward S. Herman l'a noté il y a près de deux décennies. Seuls les médias alternatifs, qui souffrent naturellement de leurs propres défauts, sont libres de dire la vérité.



Comme bras médiatique de l'Etat, Russia Today a son agenda de propagande. Une partie de cet agenda consiste à souligner le fait incontestable que le gouvernement états-unien est détenu et exploité par les banques et les grandes entreprises. Nous pouvons cependant leur être reconnaissant de souligner ce que les médias de masse aux Etats-Unis n'ont pas le droit de mentionner. Mais, nous devons être prudents et méfiants concernant Russia Today et tout autre organe médiatique de propagande d'Etat.

commentaires

Haut de page