Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'EIIL est-elle le relai en Irak et ailleurs de la «sale guerre» de la CIA, de l'OTAN et du Mossad ? Is ISIS the relay of the CIA/NATO/Mossad ‘Dirty War’ Op in Iraq ?

par Sam La Touch 25 Juin 2014, 15:00 Articles de Sam La Touch EIIL Irak Jordanie Syrie USA Israël Plan sioniste Moyen-Orient

L'EIIL est-elle le relai en Irak et ailleurs de la «sale guerre» de la CIA, de l'OTAN et du Mossad ? Is ISIS the relay of the CIA/NATO/Mossad ‘Dirty War’ Op in Iraq ?

Le programme d'invasion de l'EIIL semble se calquer sur le plan étatsuno-sionniste [1-3] qui vise à balkaniser la Syrie, L'Irak et dans un second temps la Jordanie, l'Egypte et l'Arabie Saoudite. Soutenue et renforcée par les forces atlantistes en Syrie [4-8], l'EIIL détient dans le nord de la Syrie un certain nombre de territoires géographiques [9]. L'EIIL en voulant créer un Etat islamique en Syrie a participé à sa balkanisation. En Irak, la conquête de Mossoul, et de nombreuses autres villes sunnites participent également à l'émiettement de l'Irak sur des critères ethniques. Et plus récemment, l'EIIL a annoncé vouloir marcher sur la Jordanie en activant des cellules dormantes au sein de l'armée et des services secrets jordaniens [10]. Curieusement les étapes de conquête de l'EIIL favorisent la balkanisation de ces Etats selon les mêmes lignes que le plan sionniste révélé par Oded Yinon [1]. Ce plan se base sur deux prémisses, pour survivre, Israël doit 1) devenir une puissance régionale impériale, et 2) doit effectuer la division de l'ensemble de la zone en petits Etats par la dissolution de tous les États arabes existants. "Petit" ici dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque état. Par conséquent, l'espoir sioniste est que les Etats-sectaires de base deviennent des satellites d'Israël et, ironiquement, sa source de légitimation morale. Ceci n'est pas une idée nouvelle mais avait déja été évoqué en 1980 dans le plan de l'ancien premier ministre israélien Moshe Sharett (Terrorisme sacré d'Israël)[11] où l'objectif était de morceller les Etats arabes en petits états. Une tentative fut appliquée au Liban. Une stratégie beaucoup plus sophistiquée est-elle en place actuellement pour émietter l'ensemble des pays arabes dans la région au travers de groupements se revendiquant d'Al-Quaïda et s'appuyant sur des bases sectaires mais étroitement instrumentalisés par les services atlantistes et israéliens ? Rappelons nous que jamais avant l'intervention directe atlantiste en Irak et en Libye et indirecte en Syrie, des troupes djihadistes n'avaient été présentes. Ce n'est que depuis les interventions atlantistes que les troupes se réclamant d'Al-Quaïda poussent comme des champignons dans la région.

Un certain nombre d'informations ne semblent pas être transmises par les grands médias atlantistes. Toutefois, il a été évoqué dans certains médias plus indépendants des informations pour le moins troublantes :
- selon The Telegraph, l'attaque de l'EIIL sur l'Irak était connue depuis 5 mois par la CIA et le MI6 et ceux-ci n'ont pas donné suite [12].
- des membres de l'EIIL ont été formés en Jordanie, au Qatar et sont soutenus par l'Arabie Saoudite [8, 13-15]
- certains miliciens de l'EIIL auraient des passeports des USA selon la BBC [16]. S'agit-il de simples Djihadistes états-uniens engagés ou bien sont-ils en lien étroit avec les services de renseignement US?
- L'EIIL viserait à attaquer aussi la Jordanie [10]
- Par ailleurs, un expert militaire israélien a déclaré à la chaîne 10 de la télévision israélienne que l'Arabie saoudite et le régime israélien avaient coopéré à un très haut niveau pour préparer le terrain aux attaques de l'EIIL en Irak [17].


Selon Russia Today [18] :
"des fuites suggèrent que l'attaque militaire de grande envergure de l'EIIL et des militaires sunnites en Irak - et de façon moindre dans la Syrie voisine - a été contrôlée depuis la Virginie aux Etats-Unis, ainsi que par d'autres avant-postes de la CIA et du Pentagone dans la région comme une prochaine étape dans la diffusion du chaos en Irak, deuxième plus grand état producteur de pétrole, ainsi que pour favoriser l'affaiblissement des récents efforts de stabilisation syriens.
Les détails mêmes de la réussite militaire de l'EIIL dans le centre pétrolier irakien, Mossoul, sont suspects. Selon des journalistes irakiens bien informés, L'EIIL a pris possession de la région de Mossoul sans qu'un coup de feu ne soit tiré en résistance. Selon un rapport, les habitants de Tikrit ont déclaré avoir observé de façon surprenante des "soldats remettre leurs armes et leurs uniformes aux miliciens d'EIIL qui normalement sont connus pour tuer les soldats du gouvernement sur place."

Selon le New York Times, le cerveau derrière le succès militaire ISIS est l'ancien chef du parti Baas de Saddam Hussein, le général Ibrahim al-Douri. Douri serait le chef du groupe rebelle irakien L'Armée des Hommes de l'Ordre de Naqshbandi ainsi que le Commandement suprême pour le Jihad et la Libération en raison de ses positions de leadership de longue date dans la secte Naqshbandi en Irak.
En 2009, États-Unis, le général David Petraeus, à la tête du Commandement central des États-Unis lors de l'avancée irakienne, a affirmé aux journalistes que Douri était en Syrie. Des Parlementaires irakiens ont affirmé qu'il était au Qatar. Le fait curieux, c'est que tout en étant sur la liste étatsunienne des plus recherchés depuis 2003, Douri a miraculeusement réussi à éviter la capture et à revenir pour se venger pour reprendre de grandes parties de l'Irak sunnite. A-t-il eu de la chance ou bien a-t-il des amis bien placés à Washington?
Enfin le soutien financier pour les djihadistes de l'EIIL vient également de trois des plus proches alliés des États-Unis dans le monde sunnite à savoir le Koweït, le Qatar et l'Arabie saoudite."

---------------------------
English translation:
The ISIS's plan of invasion seems to be similar as the one planned by israel and the US [1-3] which aims at balkanizing Syria, Iraq and secondly Jordan, Egypt and Saudi Arabia. Supported and strengthened by the Atlanticist strengths in Syria [ 4-8 ], ISIS holds numerous geographical territories in the North of Syria [9]. The ISIS's goal to create an Islamic State in Syria is participating in its balkanization. In Iraq, the conquest of Mosul, and other numerous Sunni cities also participates in the crumbling of Iraq on ethnic criteria. More recently, ISIS has announced his intention to attack Jordan by activating sleeper cells within the army and the Jordanian secret services [10]. Curiously the stages of conquest of ISIS favor the balkanization of these States according to the same lines as the Zionist plan revealed by Oded Yinon [1]. The plan operates on two essential premises. To survive, Israel must 1) become an imperial regional power, and 2) must effect the division of the whole area into small states by the dissolution of all existing Arab states. Small here will depend on the ethnic or sectarian composition of each state. Consequently, the Zionist hope is that sectarian-based states become Israel’s satellites and, ironically, its source of moral legitimation. This is not a new idea but had already been evoked in 1980 in the plan of former Israeli Prime Minister Moshe Sharett (Israel’s Sacred Terrorism) [11] whose goals were to balkanized Arab States in small states. An attempt was applied in the Lebanonin the eighty years. The question remains: is a much more sophisticated strategy has already been plan to crumble all the Arab countries in the region through groups claiming to be affiliated to al-Quaïda and leaning on sectarian bases but closely instrumentalized by Atlanticist and Israeli services ? Let us remind that never before the Atlanticist direct military intervention in Iraq and in Libya as well as its indirect intervention in Syria, Jihadist troops had been present. Since the Atlanticist interventions in these countries, the Jihadist troops referring to al-Quaïda sprout up.

Numerous informations do not appear to be transmitted by large atlanticist media. However, it was mentioned in some more independent medias puzzling informations :

- According to The Telegraph, the Kurdish head of intelligence services asserts that informations were delivered to the CIA and to the MI6, five months ago, concerning an ISIS plan to take Baghdad and other numerous cities with Sunni majority [12]
- Members of the ISIS were trained in Jordan, Qatar and supported by Saudi Arabia [8, 13-15]
- Some ISIS' militants had U.S. passports, according to the BBC [16]. Were they simple US jihadists or were they closely related to the U.S. intelligence services ?
- ISIS could go for Amman in Jordan [10]
- In addition, an Israeli military expert told the Israeli Channel 10 on israel TV that Saudi Arabia and the Israeli regime had cooperate at a very high level to prepare the ground for EIIL attacks in Iraq. [17]


According to Russia Today[18] :
"Details leaking out suggest that ISIS and the major military ‘surge’ in Iraq - and less so in neighboring Syria - is being shaped and controlled out of Langley, Virginia, and other CIA and Pentagon outposts as the next stage in spreading chaos in the world’s second-largest oil state, Iraq, as well as weakening the recent Syrian stabilization efforts.
The very details of the ISIS military success in the key Iraqi oil center, Mosul, are suspect. According to well-informed Iraqi journalists, ISIS overran the strategic Mosul region, site of some of the world’s most prolific oilfields, with barely a shot fired in resistance. According to one report, residents of Tikrit reported remarkable displays of “soldiers handing over their weapons and uniforms peacefully to militants who ordinarily would have been expected to kill government soldiers on the spot.”

According to the New York Times, the mastermind behind the ISIS military success is former Baath Party head and Saddam Hussein successor, General Ibrahim al-Douri. Douri is reportedly the head of the Iraqi rebel group Army of the Men of the Naqshbandi Order as well as the Supreme Command for Jihad and Liberation based on his longstanding positions of leadership in the Naqshbandi sect in Iraq.
In 2009, US ‘Iraqi surge’ General David Petraeus, at the time heading the US Central Command, claimed to reporters that Douri was in Syria. Iraqi parliamentarians claimed he was in Qatar. The curious fact is that despite being on the US most wanted list since 2003, Douri has miraculously managed to avoid capture and now to return with a vengeance to retake huge parts of Sunni Iraq. Luck or well-placed friends in Washington?

The financial backing for ISIS jihadists reportedly also comes from three of the closest US allies in the Sunni world—Kuwait, Qatar and Saudi Arabia."

Reference :
1. The Zionist Plan for the Middle East
2. Washington relance son projet de partition de l’Irak (Voltaire.net) 
3. US plotting to reshape Mideast, Africa: Analyst Press TV
4. La France et les USA veulent à nouveau attaquer la Syrie ! (Irib) 
5. En bon atlantiste, Fabius regrette que les Etats-Unis n'aient pas fait la guerre en Syrie 
6. Libye, Syrie. Qui sont ces terroristes soutenus par la France et les USA ? (vidéo) 
7. Les USA ont Officiellement armé des extrémistes en Syrie
8. WND Blowback ? U.S. Trained ISIS At Secret Jordan Base
9. L'Etat islamique d'Irak (EIL) en passe de contrôler le nord-est de la Syrie.
10. Moon of Alabama Where Will ISIS Go Next ?
11. Israel’s Sacred Terrorism
12. The Telegraph US and Britain were warned of Isis advance in Iraq but 'turned a deaf ear'
13. Al Arabiya Six cent Saoudiens combattent au côté d'Al-Quaïda en Syrie 
14. De la Libye à la Syrie : les USA ont armé et formé les rebelles islamistes selon un documentaire de PBS (Vidéo) 
15.PBS Frontline Syrian Rebels Describe U.S.-Backed Training in Qatar
16. BBC ISIS militants with US passports?
17. Irib Alliance des espions israéliens et saoudiens
18. Russia Today ISIS in Iraq stinks of CIA/NATO ‘dirty war’ op

commentaires

Haut de page