Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommet de l'UE à Ypres : vers la fin de l'Union européenne sous sa forme actuelle (WSWS)

par WSWS 30 Juin 2014, 12:20 UE Remodelage Ypres Sommet Européen Discorde

Sommet de l'UE à Ypres : vers la fin de l'Union européenne sous sa forme actuelle (WSWS)
Sommet de l'UE à Ypres : vers la fin de l'Union européenne sous sa forme actuelle
Par Peter Schwarz
28 juin 2014
WSWS

C’est dans la ville belge d’Ypres que le président du Conseil européen Herman Van Rompuy avait invité à se réunir les participants au sommet européen du jeudi 26 juin. Les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l’Union européenne y ont rendu hommage aux centaines de milliers de soldats qui sont morts durant la Première Guerre mondiale sur le champ de bataille autour de cette ville des Flandres. « Ce sera une cérémonie émouvante qui témoignera de ce qu'est l'Europe : un projet de paix, de solidarité et de coopération », avait commenté Van Rompuy avant le sommet.

En fait, Ypres sera probablement un symbole du contraire : la discorde sur des bases nationales, le conflit social et la guerre; et de la fin de l'Union européenne telle qu'on la connaissait jusqu'ici.

Durant les préparatifs du sommet, le conflit pour déterminer qui devait être le futur président de la Commission européenne a atteint un point qui rend tout compromis pratiquement impossible. Le Premier ministre britannique David Cameron est déterminé à empêcher l'élection de l'ex-dirigeant du gouvernement du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, qui est soutenu par la majorité du Parlement européen et des chefs de gouvernement. Un vote, que Cameron perdrait, semble inévitable. Pour la première fois dans l'histoire de l'UE, le chef influent de la bureaucratie de Bruxelles avec ses 33 000 employés ne sera pas choisi par consensus.

Une défaite humiliante pour Cameron renforcerait les opposants à l'UE au Royaume-uni et risquerait de déclencher la sortie du pays de l'Union européenne. Cela modifierait profondément l'équilibre des pouvoirs dans l'UE. L'influence politique de la France, et en particulier de l'Allemagne, augmenterait à court terme ; sur le long terme, cependant, le départ de la troisième économie la plus puissante de l'UE exacerberait les tensions entre les deux pays. Paris comme Berlin ont utilisé à maintes reprises Londres par le passé pour contrer leur voisin.

Cameron est victime du génie qu'il a lui même fait sortir de la lampe. Pour endiguer l'influence grandissante du parti anti-UE UKIP et de la tendance euro-sceptique dans son propre parti conservateur, il a dénoncé Juncker comme l'incarnation du « fédéralisme » européen. La presse tabloïde britannique a repris ce thème avec enthousiasme, le Daily Mail décrivant Juncker comme un homme « célèbre pour son fédéralisme fanatique » et quelqu'un qui a « suivi avec une détermination sans faille une vision de l'union politique et économique qui défie la volonté populaire, les identités culturelles, les principes démocratiques et le simple bon sens. »

C'est là une grossière exagération. Ce chrétien-démocrate luxembourgeois, qui au cours de son règne de 19 ans a transformé le Grand duché, qui compte un demi-million d'habitants, en un paradis fiscal pour les banques et les grandes entreprises, a les mêmes opinions que Cameron sur de nombreuses questions politiques. En tant que chef de l'Eurogroupe, Juncker a joué un rôle essentiel dans le sauvetage des banques avec des milliards d'euros des fonds publics. Les attaques britanniques contre lui contiennent néanmoins une part de vérité, en ce qu'il est soupçonné de faire passer les intérêts des pays de la zone euro avant ceux de la City de Londres.

Ce qui inquiète particulièrement Cameron chez Juncker, c'est le fait qu'il a été proposé au poste de président de la Commission par le Parlement européen. Cameron pense que le chef de la bureaucratie de Bruxelles devrait être nommé exclusivement par les chefs d'Etat et de gouvernement en tant que représentants des Etats-nations, au lieu du Parlement, qui est une institution centrale de l'UE.

Pour la première fois cette année, les plus grands groupes du Parlement européen ont participé aux élections européennes avec des candidats paneuropéens têtes de liste et s'étaient accordés pour n'élire comme président de la Commission que le candidat de la fraction victorieuse. Maintenant, ils insistent, et c’est le cas en particulier des sociaux-démocrates, pour que cet accord soit respecté. Tous les chefs de gouvernement sociaux-démocrates et le SPD allemand soutiennent Juncker, le candidat présenté par le Parti populaire européen (PPE) conservateur, qui est la plus grande faction au Parlement.

Lorsque après les élections européennes, la chancelière allemande Angela Merkel (CDU) a prudemment pris ses distances avec Juncker, son propre candidat, pour apaiser Cameron elle s’est vue accusée d'avoir trompé les électeurs. Les tentatives d'infléchir la position de Cameron en proposant à la Grande-Bretagne de choisir un autre poste de haut niveau dans l'UE ont échoué. Le premier ministre britannique s’est retrouvé complètement isolé ; à l’ouverture du sommet, seul le Premier ministre hongrois, l'autoritaire Viktor Orbán, le soutenait encore.

Les médias ont réagi par une série de commentaires sur l'« erreur tactique » de Cameron qui s'est mis lui-même en difficulté par son comportement « tapageur », et par des critiques de Merkel, qui n'aurait jamais dû accepter la nomination de Juncker pour commencer. Derrière ces tensions montantes, cependant, il y a plus que des erreurs tactiques. Les conséquences de la crise financière et économique internationale ont renforcé les tendances centrifuges en Europe. Sous la pression de la récession et des tensions sociales croissantes, les gouvernements font de plus en plus passer leurs intérêts nationaux en premier.

Le sommet d'Ypres a eu lieu dans la foulée des élections européennes de mai, qui ont vu une réaction massive de la part des électeurs contre pratiquement tous les partis au pouvoir et contre l'UE en général. Nettement plus de la moitié de l'électorat est resté à l'écart des urnes et un cinquième a voté pour des partis qui critiquent ou rejettent l'UE. Dans des conditions où les sociaux-démocrates et la gauche européenne soutiennent l'UE, les partis nationalistes de droite ont pu profiter du sentiment anti-UE. Au Royaume-uni l'UKIP et en France le Front national en sont ressortis avec le vote le plus important.

Tandis que le Royaume-uni prend de plus en plus ses distances avec l'UE, les partisans d'une UE forte réagissent eux au résultat des élections par des attaques renouvelées contre la classe ouvrière. C'est là le fond de la controverse sur la gestion future du Pacte de stabilité, qui, avec celle à propos de Juncker, a dominé les préparatifs du sommet.

Le président français François Hollande et le premier ministre italien Mateo Renzi, tous deux sociaux-démocrates, ont exprimé leur soutien à Juncker – mais uniquement à condition que les objectifs d'austérité exigeants du Pacte de stabilité soient appliqués avec plus de flexibilité. Ils ont le soutien du président du SPD allemand, Sigmar Gabriel, qui est ministre de l'Economie dans la grande coalition de Merkel. Gabriel a pris part à une réunion des dirigeants sociaux-démocrates au début de la semaine à Paris pour préparer le sommet de l'UE.

Le but des sociaux-démocrates n'est pas d’arrêter les coupes sociales massives faites ces dernières années. Au contraire, le relâchement des objectifs d'austérité vise à se donner le temps nécessaire pour appliquer des réformes massives du marché du travail dans le but d’améliorer la compétitivité économique au détriment de la classe ouvrière. Renzi s'est donné pour objectif de catapulter l'Italie de la 65e à la 15e place dans le classement mondial de la compétitivité réalisé par la Banque mondiale. Son modèle est l'« Agenda 2010 » introduit par le chancelier allemand SPD Gerhard Schröder (1998-2005), qui a créé un énorme secteur à bas salaires en Allemagne.

Le Süddeutsche Zeitung a résumé les plans des sociaux-démocrates comme suit : « Les gouvernements prêts à imposer des changements notables à leurs citoyens – par exemple assouplir les protections contre les licenciements, abolir les augmentations automatiques de salaire ou réduire les aides sociales – devraient avoir plus de temps pour réduire les déficits budgétaires et la dette. »

Gabriel, chef du SPD, a illustré ce processus par un exemple : si un gouvernement abaisse les coûts salariaux du travail, rendant ainsi le travail moins cher et renonçait à 20 milliards de revenus, cela devrait être compté dans le calcul du déficit, a-t-il dit à Paris.

Les gouvernements européens sont conscients que cela va provoquer une résistance sociale massive. À la veille du sommet, et largement ignoré des médias, les ministres européens concernés ont adopté des mesures pour l’application d’une soi-disant « clause de solidarité » qui réglemente le déploiement à l'échelle européenne de forces militaires, de police, et autres forces de sécurité dans les crises qui ont un « effet sérieux sur les gens, l'environnement ou la propriété ». Cela comprend le contrôle des manifestations et des émeutes.

A l'ordre du jour du sommet, il y avait également la signature du volet économique de l'Accord d'association avec l'Ukraine. Le refus de signer cet accord avait entraîné le coup d'Etat contre l'ex-président Viktor Ianoukovitch à la pointe duquel se trouvaient les fascistes et qui fut soutenu par l'UE.

Au départ, le sommet devait également décider d'accentuer les sanctions contre la Russie. Après le recul du président russe, cependant, cela n'aura probablement pas lieu. Néanmoins, avec la signature de l'Accord d'association, qui devait avoir lieu à Ypres et qui liera étroitement l'Ukraine à l'UE, le sommet montrera clairement que l'UE maintient son offensive agressive contre la Russie.

(Article original paru le 26 juin 2014)

commentaires

Haut de page